Sortir à Lyon
Partager cet article :

Leila et ses frères, le nouveau film déce­vant du réali­sa­teur de La Loi de Téhé­ran

Leila et ses frères, le nouveau film du réalisateur de La Loi de Téhéran.
Taraneh Alidoosti est Leila dans le nouveau film de Saeed Roustaee.

Après La Loi de Téhé­ran, Saeed Rous­taee revient avec un film qui démarre bien mais s’en­glue dans trop de conven­tions occi­den­tales à la fois. A vous de voir…

Après La Loi de Téhé­ran et le trafic de drogue, avec Leila et ses frères, Saeed Rous­taee s’in­té­resse cette fois à la corrup­tion écono­mique et fami­liale. On retrouve les impres­sion­nantes scènes de foule en ouver­ture et les tunnels de dialogue à la façon d’un Taran­tino iranien, le réalisme socié­tal en plus. Ce huis-clos quasi-théâ­tral  – mais filmé avec les zooms et le sens de l’ac­tion ciné­ma­to­gra­phique que Rous­taee affec­tionne –  est souvent drôle dans sa première partie, croquant ces “frères” chômeurs du titre comme des grands dadais inca­pables en pleine corvée de chiottes (litté­ra­le­ment), héri­tiers impo­tents. “Vous êtes des brêles mes frères, même pas capables d’ou­vrir une fripe­rie !” leur assè­nera Leila, tapie dans sa revanche dans un premier temps avant d’abattre son jeu en fin de partie.

Saeed Pour­sa­mimi, l’ex­tra­or­di­naire patriarche dans Leila et ses frères. (photos Amirhos­sein Shojaei)

Trop long et gran­di­lo­quent

Dommage alors que Saeed Rous­taee mélange les genres et multi­plie les fins à la recherche d’un climax qui ne vien­dra pas. Les magouilles du pater­nel en faux naïf (extra­or­di­naire Saeed Pour­sa­mimi) et sa comé­die fami­liale de losers pas magni­fiques du tout valaient mieux que le renver­se­ment final gran­di­lo­quent, sombrant dans la recette occi­den­tale la plus oppor­tu­niste. On atten­dra donc son quatrième film pour percer le mystère Rous­taee, son premier film d’avant La Loi de Téhé­ran restant encore inédit en France.


Leila et ses frères  de Saeed Rous­taee (Iran, 2h45) avec Tara­neh Alidoosti, Saeed Pour­sa­mimi, Navid Moham­mad­za­deh, Payman Maadi (tous les deux déjà dans La Loi de Téhé­ranSortie le 24 août.

Avec son Asté­rix, Canet copie Chabat en plus nul

Après Claude Zidi, Alain Chabat et Laurent Tirard, Guillaume Canet s’attaque à la bande dessinée culte de Goscinny et Uderzo avec Astérix et Obélix, L'Empire du milieu. Une adaptation poussive avec un duo principal décevant, malgré les seconds rôles qui raviront les enfants. K...

Un petit frère, le nouveau film de toute beauté de Leonor Saraille

Après Jeune femme, son beau premier film, Léonor Saraille signe un second long-métrage encore plus ambitieux, portrait d’une famille immigrée originaire de Côte d’Ivoire sur plusieurs dizaines d’années. A la façon du Boyhood de Richard Linklater mais dans un contexte on ne peut p...

Pour la France avec Karim Leklou, un petit film pour un grand sujet

Malgré un titre ronflant, Rachid Hami s'arrête un peu trop à l'anecdote du portrait de famille dans son film Pour la France, avec un Karim Leklou en alter-ego de son réalisateur. Mouais... Aïssa, le frère cadet d'une famille algérienne qui souhaitait s'engager pour son pays, n...