Sortir à Lyon
Partager cet article :

Every­thing everyw­here all at once, le nouveau film de kung fu avec Michelle Yeoh

Michelle Yeoh dans Everything, everywhere all at once.
Michelle Yeoh, Everything, everywhere, all at once.

Sorte de comé­die kung fu multiple, Every­thing, everyw­here, all at once de Daniel Schei­nert et Daniel Kwan donne à Michelle Yeoh un nouveau rôle d’éclate, en plus d’un bel hommage à toutes les possi­bi­li­tés qu’offre le cinéma. On adhère.

Evelyn Wang (Michelle Yeoh) , issue de l’im­mi­gra­tion chinoise, tient une lave­rie… Comme c’est origi­nal ! Atteinte d’un syndrome de défi­cit de l’at­ten­tion, elle commence toutes sortes de choses sans jamais les mener à bien. Comme sa compta par exemple. Le fisc la convoque donc pour qu’elle explique, parmi un nombre extra­va­gants de bizar­re­ries, pourquoi une lave­rie auto­ma­tique compte un karaoké en notes de frais. Pendant ce temps son mari tente déses­pé­ré­ment d’at­ti­rer son atten­tion pour lui faire signer un certi­fi­cat de divorce, tandis qu’elle doit expliquer à son père, coincé dans la tradi­tion et tout juste débarqué de Chine, que sa fille, moitié Mexi­caine, est lesbienne. Et c’est là que tout part dans l’hy­per-espace, ou plus préci­sé­ment le multi­verse, une infi­nité de mondes paral­lèles.

Michelle Yeoh dans le film phénomène Everything, everywhere, all at once.
Rete­nez Michelle Yeoh ou elle fait un malheur…

Kung fu et multi­verse

Une autre version de son mari lui annonce qu’elle a été choi­sie pour débar­ras­ser les univers d’une force obscure qui ressemble étran­ge­ment à sa fille. Il faudra en passer par les arts martiaux, notam­ment face à une version malé­fique de l’ins­pec­trice du fisc (cela reste crédible), passer dans un monde où l’hu­ma­nité a évolué avec des doigts en forme de saucisses, démasquer un cuisi­nier mani­pulé par un raton-laveur. Ce chaos orga­nisé, ses fulgu­rances, ses costumes, cette folie douce, les réfé­rences à Rata­touille ou à In the mood for love exsudent un véri­table amour du cinéma et de ses infi­nies possi­bi­li­tés. Ce film exubé­rant a été tourné avec le même budget que Camping 2 (25 millions de dollars), dont le décor est un camping. Pas le multi­verse. Va comprendre.

Every­thing, everyw­here, all at once de Daniel Schei­nert et Daniel Kwan (EU, 2h19) avec Michelle Yeoh, Ke Huy Quan, Jamie Lee Curtis, Harry Shum Jr… Sorti depuis le 31 août.

Avec son Asté­rix, Canet copie Chabat en plus nul

Après Claude Zidi, Alain Chabat et Laurent Tirard, Guillaume Canet s’attaque à la bande dessinée culte de Goscinny et Uderzo avec Astérix et Obélix, L'Empire du milieu. Une adaptation poussive avec un duo principal décevant, malgré les seconds rôles qui raviront les enfants. K...

Un petit frère, le nouveau film de toute beauté de Leonor Saraille

Après Jeune femme, son beau premier film, Léonor Saraille signe un second long-métrage encore plus ambitieux, portrait d’une famille immigrée originaire de Côte d’Ivoire sur plusieurs dizaines d’années. A la façon du Boyhood de Richard Linklater mais dans un contexte on ne peut p...

Pour la France avec Karim Leklou, un petit film pour un grand sujet

Malgré un titre ronflant, Rachid Hami s'arrête un peu trop à l'anecdote du portrait de famille dans son film Pour la France, avec un Karim Leklou en alter-ego de son réalisateur. Mouais... Aïssa, le frère cadet d'une famille algérienne qui souhaitait s'engager pour son pays, n...