Sortir à Lyon
Partager cet article :

Sandrine Kiber­lain, irré­sis­tible dans le nouveau film d’Em­ma­nuel Mouret

Sandrine Kiberlain à l'affiche de Chronique d'une liaison passagère d'Emmanuel Mouret.
Chronique d’une liaison passagère, un film écrit et réalisé par Emmanuel Mouret - Avec Sandrine Kiberlain (Charlotte), Vincent Macaigne (Simon), Georgia Scalliet (Louise)

Il faut souf­frir d’un certain cinéma français pour appré­cier Chro­nique d’une liai­son passa­gère, mais le nouveau film d’Em­ma­nuel Mouret a fini par nous toucher au coeur, avec Sandrine Kiber­lain et Vincent Macaigne dans leurs plus beaux rôles.

Elle débi­tait déjà des insa­ni­tés sexuelles face à Fabrice Luchini dans Tout sur Robert, un de ses premiers rôles. Cette fois, Sandrine Kiber­lain passe à la pratique. Quinqua en jeans baskets à la Birkin,  cette Char­lotte de Chro­nique d’une liai­son passa­gère « séduit encore les jeunes« . Et femme toujours plus libé­rée, elle compte bien « grim­per aux arbres » et « cueillir les plus beaux fruits« , « sans se poser de ques­tions ». Malheu­reu­se­ment le film, dans sa première partie, est loin de faire comme elle, et retombe souvent dans les travers du cinéma d’Emma­nuel Mouret (onze films au comp­teur) : poser trop de ques­tions et faire s’en poser en perma­nence à ses person­nages, en plein commen­taire d’eux-mêmes dès la première scène… Même l’échap­pée dans la nature de ce couple de bobos pari­siens passant leur temps entre une expo au musée et une séance d’un film de Berg­man devient le prétexte d’une énième psycha­na­lyse de couple extra-conju­gale. Bref, si Char­lotte / Sandrine Kiber­lain ne supporte la passion et ses souf­frances, il vous faudra suppor­ter les souf­frances coutu­mières d’un certain cinéma français pour arri­ver à la beauté de ce film… qui n’en manque pas.

Sandrine Kiberlain et Vincent Macaigne dans Chronique d'une liaison passagère d'Emmanuel Mouret.
Vincent Macaigne et Sandrine Kiber­lain en train d’en­le­ver leurs chaus­sures avant leur « plan à trois ».

Le plus beau rôle de Vincent Macaigne

Car Emma­nuel Mouret a fait appel à un nouveau scéna­riste, Pierre Giraud, passé par des séries comme Les Sauvages ou Ousse­kine. S’en suit un art du feuille­ton assez jouis­sif entre ellipses, rendez-vous inci­dents et dialogues on ne peut plus lucides. « Il faut être chari­table pour coucher avec un homme comme quoi«  lui dira cet homme « lent« , perdu à force d’être décons­truit entre une femme qu’il aime – qui restera hors champ. Il faut voir la tête de chien battu atten­tionné d’un Vincent Macaigne dans son plus beau rôle pour s’éton­ner des choses simples avec sa Char­lotte. « Je n’ai pas l’ha­bi­tude », commen­tera-t-il sobre­ment. La bascule senti­men­tale de cette « rela­tion d’in­tel­li­gence » aura bien lieu, le temps d’un plan à trois déli­cieux aux consé­quences inat­ten­dues qu’on vous lais­sera décou­vrir… Cette divine idylle contem­po­raine en totale liberté pour­rait presque se voir comme l’exact opposé de la rela­tion de vengeance du très beau Made­moi­selle de Joncquières… Jusqu’à une scène finale qui vient vous cueillir le coeur au moment où vous vous y atten­dez le moins, dans une scène d’adieu qui n’en est pas une, comme un dernier tour… de rein. L’air de rien, cette chro­nique de l’amour en fuite aura su éviter tous les clichés du genre et construire de nouvelles pers­pec­tives comme une Carte du tendre d’aujourd’­hui, au plai­sir digres­sif insoupçonné.

Chro­nique d’une liai­son passa­gère d’Em­ma­nuel Mouret (Fr, 1h40) avec Sandrine Kiber­lain, Vincent Macaigne, Geor­gia Scal­lett, Maxence Tual… Sortie le 14 septembre.

Sandrine Kiberlain et Vincent Macaigne au musée dans Chronique d'une liaison passagère.

Pourquoi on aime Maïwenn, mais pas son nouveau film Jeanne du Barry

Déception unanime à la rédaction d'Exit Mag quant à la Jeanne Du Barry de Maïwenn avec Johnny Depp et surtout un Benjamin Lavernhe éloquent en second rôle, malgré un sujet de départ passionnant... Il y a un sujet passionnant au coeur de la Jeanne du Barry de Maïwenn comme au c...

Les plus beaux films de Cannes à voir avant tout le monde

Vous voulez connaître le Palmarès du festival de Cannes avant qu'il soit annoncé ? On a la solution : passez votre week-end au Pathé Bellecour du 26 au 28 mai, avec douze films de la compétition, les plus grands noms et les plus attendus... donc forcément ceux qui seront palmés !...