Sortir à Lyon
Partager cet article :

Nicole Corti, femme de tête et de choeur

Dans son ensemble noir, avec ses gestes posés, Nicole Corti dégage une certaine auto­rité natu­relle. Et de l’au­to­rité, il en faut quand on a dirigé le chœur Brit­ten jusqu’à un niveau inter­na­tio­nal, en plus d’avoir était la première femme à la tête de la maîtrise de Notre-Dame de Paris. Un poste que la Lyon­naise a occupé de 1993 à 2006, soit treize années d’in­ves­tis­se­ment total, passées à réamé­na­ger la maîtrise en lieu de forma­tion pour profes­sion­na­li­ser les chan­teurs, en plus d’ac­com­pa­gner chaque jour les offices. Depuis 2017, c’est à la tête de l’en­semble Spirito que Nicole Corti offi­cie. Une forma­tion qui dénote par sa taille : 32 chan­teurs qui peuvent se produire en très petite forma­tion pour des concerts de musique de chambre, comme passer en forma­tion sympho­nique. Et quand l’en­semble accom­pagne l’ONL avec le Jeune chœur sympho­nique, formé par Spirito, la cheffe de choeur dirige jusqu’à 80 chan­teurs, « une rareté dans le contexte écono­mique, qui permet de faire entendre un réper­toire d’une richesse inouïe !  ».

Musique en cuisine

Il suffit de jeter un œil au programme de Spirito pour comprendre que Nicole Corti est toute entière tour­née vers le public : « La musique est faite pour être reçue, je suis connec­tée à cette idée dès que l’on commence à travailler ». De Ouïe le jeudi, au Mac – sorte de répé­ti­tions publiques augmen­tées d’échanges avec les spec­ta­teurs- aux carte postale distri­buées à la sortie des concerts pour que les audi­teurs envoient leurs avis, la Lyon­naise multi­plie les initia­tives pour donner des clefs d’écoute et fidé­li­ser le public : « L’idéal, c’est lorsque en écou­tant une œuvre, les gens ont l’im­pres­sion de la chan­ter eux-mêmes  ». Elle n’hé­site pas, non plus, à asso­cier la musique aux autres sens, consi­dé­rant que cet art est avant tout senso­riel. Avec la société Emosens, elle a créé des parfums asso­ciés à chaque programme et distri­bués sous forme de carton parfumé à l’en­trée des concerts, avant de lancer le mois dernier un concert gastro­no­mique en compa­gnie du chef étoilé Jérémy Galvan et de quatre jeunes chefs de chœur, avec des plats qui s’ac­cor­daient aux notes de musique.

De Bruck­ner à l’ac­cor­déon

Egale­ment femme d’en­ga­ge­ment, qui cette année donne la voix aux séniors amateurs avec le projet le Chœur des sages, Nicole Corti reste avant tout une défri­cheuse de réper­toire. Celui de son ensemble est très large, embras­sant un réper­toire allant du XVe siècle à aujourd’­hui. Et alors que Spirito s’ap­prête à sortir son premier disque consa­cré au très roman­tique Anton Bruck­ner, Nicole Corti prépare Cori, un programme dédié aux compo­si­trices de toutes les époques. Parmi elles, la Lyon­naise Edith Canat de Chizy, qui a créé spécia­le­ment pour Spirito une œuvre avec 12 chan­teurs et… deux accor­déons ! « Ces instru­ments popu­laires ont énor­mé­ment évolué, aujourd’­hui ils peuvent même rempla­cer un orgue  », s’en­thou­siasme la cheffe de choeur, qui déci­dé­ment n’ap­par­tient à aucune chapelle. Caro­line Sicard

Cori, fémi­nin pluri-elles, dimanche 24 novembre à 17h à Cour-et-Buis (38). Gratuit + navette gratuite au départ de Lyon. spirito.co

De la grande musique roman­tique !

C’est devenu LE théâtre musical de la Métropole avec une programmation alternative aux grandes institutions, souvent des plus alléchantes. C’est le cas dès ce concert d’entrée dans l’automne, dans lequel le quatuor Debussy est allé chercher un compète supplémentaire, Nima Sarkech...

Fran­cesco Corti, coup de coeur du festi­val d’Am­bro­nay

Claveciniste hors pair et ancien continuiste des Musiciens du Louvre, Francesco Corti est devenu un chef d’orchestre à part entière avec un sens du théâtre peu commun. Il est de passage au festival d’Ambronay. A ne rater sous aucun prétexte. Vous venez de sortir un double ...