Sortir à Lyon

Des ramages et un Rameau

Opéra baroque. Clément Cogi­tore vient d’en signer une version revi­go­rante à l’Opéra de Paris, qui a scan­da­lisé la presse spécia­li­sée qui aime tant le scan­dale, et réjoui un public conquis qui l’a saluée debout. Les Indes galantes restent mythiques, entre autres, pour l’ex­cep­tion­nelle Danse des sauvages qui pour­raient encore faire danser en boîte de nuit aujourd’­hui. Et pour l’art du chant et du ballet de celui qui reste le lus grand compo­si­teur français du XVIIIe siècle : Jean-Philippe Rameau. C’est l’épa­tant Leonardo Garcia Alar­con, révélé par le festi­val d’Am­bro­nay, qui le diri­geait à Paris. Et c’est le même Leo Alar­con qui vient le diri­ger pour les fêtes dans le tout nouvel écrin de l’Opéra de Genève, dans une nouvelle produc­tion a priori haute en couleurs de l’Amé­ri­caine Lydia Steier. L.H.

Les Indes galantes de Rameau. Direc­tion musi­cale Leonardo Garcia Alar­con avec son orchestre de la Capella Medi­ter­ra­nea. Mise en scène Lydia Steier. Du vendredi 13 au dimanche 29 décembre à 19h30 (dim 15h) au Grand théâtre de Genève. De 17 à 294 CHF. gtg.ch

Ondine, le plus beau film de la rentrée

Tous ses films parlent d'amour, mais en parlent comme aucun autre. Dans Transit, Christian Petzold mettait en scène sans prévenir un court récit de 1940 dans le monde d'aujourd'hui, comme si tous les enjeux de la Seconde Guerre mondiale (réfugiés, persécution, Résistance) venaien...

De l’art (contem­po­rain) qui fait du bien

Ils sont doublement inspirés au Mac de Lyon : d'abord, ils ont eu le nez (façon de parler) de fermer pour travaux juste avant la crise du Covid-19..., et ce jusqu'en septembre 2020 ! Ensuite, ils partagent avec plaisir sur leur site et leur fil twitter : Une « œuvre qui fait d...

Iggy à oilpé !

Torse poil C’est notre chronique la moins habillée de l’histoire d’Exitmag, mais c’est sûrement celle qui demande le plus d’entretien. Car arborer le torse glabre aux muscles saillants façon Ken fait du surf d’Iggy Pop, ça se mérite. Epilé, waxé, hydraté… ça, c’est pour la ph...