Sortir à Lyon
Partager cet article :

Jean-Yves Thibau­det, de Los Angeles à Lyon

Quand il vient à Lyon, c’est dans un de ses bolides rouges de luxe dont il fait collec­tion. Gône pur sucre, Jean-Yves Thibau­det est une véri­table star à Los Angeles, où il s’est exilé très tôt, à la faveur d’un rempla­ce­ment sur une tour­née avec Riccardo Chailly à Amster­dam. Il n’y a pas que les acteurs qui sont sont des stars à Holly­wood.Pianiste surdoué, il avait joué en culottes courtes pour l’inau­gu­ra­tion de l’Au­di­to­rium Maurice Ravel en 1974, avant de partir à peine majeur sur le côte Ouest, de l’autre côté de l’At­lan­tique. Voilà près de trente ans qu’il y vit, mais il revient toujours dans sa ville natale de Lyon, jusqu’à deve­nir artiste asso­cié de l’ONL cette saison. Fils de musi­ciens amateurs, cette person­na­lité géné­reuse a gardé le goût du partage spon­tané et une approche de la musique sans oeillères, à l’Amé­ri­caine, s’adon­nant aussi bien à la grande musique française qu’à la musique de films, sans limite. Il fallait toute sa fougue et sa carrure pour exis­ter dans la Turan­ga­lila Sympho­nie de Messiaen l’au­tomne dernier, avec un orchestre débor­dant à l’ef­fec­tif de plus d’une centaine de musi­ciens. Fin février, c’est le nouveau direc­teur musi­cal de l’ONL qui pren­dra son poste en septembre, Niko­laj-Szeps Znai­der, qu’il accom­pagne pour leur première tour­née en Russie. Le concerto de Grieg a tout le lyrisme et le roman­tisme qui conviennent à merveille à cet homme enjoué, domi­nant les débats du clavier tout en favo­ri­sant le partage avec l’or­chestre. Soliste inter­na­tio­nal qu’on ne présente plus, Jean-Yves Thibau­det a joué avec tous les grands chefs, et parle avec la même amitié de Leonard Slat­kin, aujourd’­hui chef hono­raire de l’ONL, que de Znai­der.

Le plus améri­cain des pianistes français.

« Leonard Slat­kin m’avait dit un jour qu’il me consi­dé­rait comme le plus améri­cain des pianistes français, ça m’avait fait plai­sir de la part d’un chef améri­cain qui aime tant la musique française. Nous nous sommes rapi­de­ment adop­tés. » Il témoigne avec la même tendresse de Niko­laj Szeps-Znai­der : « J’ai eu la chance d’as­sis­ter à ses débuts de chef d’or­chestre alors qu’il était encore le grand violo­niste qu’on connaît. Et j’ai vu tout de suite que passer à la direc­tion d’or­chestre était une démarche murie, profonde pour lui, et qu’il aura la même exigence de plai­sir avec la musique en diri­geant les autres que lorsqu’il était soliste », explique le pianiste. Après un concert d’ou­ver­ture impres­sion­nant consa­cré au grand réper­toire alle­mand, Znai­der ne l’ou­bliera pas pour sa deuxième grande colla­bo­ra­tion avec l’ONL, avec le Prélude aux Maîtres chan­teurs de Nurem­berg, la seule comé­die de Wagner (si, si), et surtout la première sympho­nie Titan, idéale pour se plon­ger dans la grande œuvre de Mahler. Bonne nouvelle : avant la tour­née en Russie, vous pour­rez entendre à Lyon le même concert, avec Jean-Yves Thibau­det au piano pour le concerto de Grieg. C’est ce qui s’ap­pelle un immanquable. L.H.

Niko­laj-Szeps Znai­der et Jaen-Yves Thibau­det avec l’ONL (Wagner, Grieg, Mahler). Jeudi 20 et vendredi 21 février à 20h à l’Au­di­to­rium, Lyon 3. De 16 à 49 €. audi­to­rium-lyon.com

Double concert Haen­del, en rival de Vivaldi

C'est la nouvelle coqueluche des contre-ténors, beau gosse fan de hip hop apparu en bermuda le temps d'une vidéo, ce qui a suffi à enflammer la toile, qui ne demande qu'à s'embraser... le plus souvent par les yeux. Heureusement depuis, les récitals et les disques de Jakub Josef O...

Un Coq d’Or planté dans son décor

Qu'est-ce autre chose que l'opéra qu'un prétexte musical à un grand spectacle dans lequel on puisse reconnaître nos sentiments exacerbés ? C'est ce qu'on s'est dit en assistant au lever de rideau de ce Coq d'Or de Rimski-Korsakov promis à être joué cet été au festival d'Aix. Un c...

Audi­to­rium : derniers concerts de fin de saison

L'aviez-vous remarqué ? Si les cinémas et les musées ont bien rouvert le 19 mai, le spectacle vivant, à Lyon, pas encore... S'il reste quelques lieux paresseux qui préfèrent attendre la rentrée prochaine, après de tristes occupations (lire notre coup de pied au culte), une foule ...

Gergiev, Nelson et Gardi­ner à Berlioz

On vous avait prévenu : le "retour à la vie" selon le beau sous-titre de Lélio, oeuvre méconnue du grand Hector Berlioz, allait se faire en grandes pompes au festival de la Côte Saint-André. La promesse est désormais tenue avec l'ouverture de la billetterie depuis le mercredi 5 m...