Sortir à Lyon
Partager cet article :

Para­dis perdus

Opéra gratuit en strea­ming. Le spec­tacle avait choqué les conser­va­teurs réac­tion­naires, qui ne manquent pas parmi les élites qui se piquent d’ai­mer l’opéra. Avec sa Carmen en 2012 à l’Opéra de Lyon, Olivier dépous­sié­rait l’opéra de Bizet, lui ôtant à juste titre ses espa­gno­lettes et son pitto­resque, pour le rame­ner à ce qu’il est : le portrait d’une femme affran­chie, consu­mée par sa passion. Respec­tant la musique à la lettre et l’opéra dans son esprit, il a surtout inventé avec son complice de toujours Pierre-André Weitz un décor génial : un grand manège tour­nant à la façon d’une revue de la Belle époque, mettant en jeu le sexe et la loi, la séduc­tion contre l’ap­par­te­nance, à travers les couleurs les plus vives de la passion. Visuel­le­ment, c’est épous­tou­flant, avec les costumes les plus écla­tants et les acces­soires anima­liers les plus fous (vous verrez même un serpent). Stefano Monta­nari à la baguette fouette toute l’éner­gie de l’or­chestre avec la même exci­ta­tion. Du grand spec­tacle, forcé­ment un peu amputé lorsqu’il s’agit de le voir en strea­ming sur un écran de télé ou d’or­di­na­teur… Mais de quoi pallier agréa­ble­ment des heures de confi­ne­ment avec les plus beaux airs du réper­toire français.

Carmen de Bizet, dans la mise en scène d’Oli­vier Py, avec les choeurs et orchestre de l’Opéra de Lyon est donné à voir << ici >>.

Le maître de Mozart à l’Au­di­to­rium

Christian Zacharias a signé ce qui constitue tout simplement parmi les plus beaux disques jamais enregistrés en musique classique : une intégrale des sonates pour piano de Mozart, à l'exact point d'équilibre entre la légèreté et la mélancolie, doublée d'un coffret consacré à l'en...

Un nouveau festi­val baroque à Lyon

L’Institution des Chartreux a toujours fait venir des musiciens en cours de saison, et souvent de grande qualité, comme le ténor Cyrille Dubois. Plutôt que de les présenter au coup par coup au long de la saison, elle a décidé de les regrouper cette année le temps d’un week-end, a...

Sofiane, Pierre et le loup…

Impossible de se lasser de l’immense conte musical de Prokofiev, Pierre et le Loup, datant de 1936. D’autant que le compositeur russe l’a vraiment pensé pour les enfants, de manière pédagogique mais ludique, dans l’idée de les familiariser avec les principaux instruments de l’orc...

Réou­ver­ture de l’ONL : la surprise du chef !

Pour le concert d'ouverture de saison de l'Auditorium, Nikolaj-Szeps Znaider a réservé jeudi soir la plus belle des surprises : dégainer son violon pour accompagner l'idole de son enfance, Pinchas Zukerman, juste avant l'entracte. Il y avait la queue des grands soirs devant l'...