Sortir à Lyon
Partager cet article :

Genève, l’ima­gi­na­tion au pouvoir

Opéra. Une saison 20–21 comme un « voyage imagi­naire », c’est ce que propose le nouveau direc­teur de l’Opéra de Genève, Aviel Cahn, réso­lu­ment tourné vers les esthé­tiques contem­po­raines, et le voyage s’an­nonce des plus allé­chants. En bons chau­vins, on a d’abord hâte d’écou­ter « notre » Julien Behr, ténor lyon­nais à la répu­ta­tion inter­na­tio­nale, qui chan­tera Alfredo dans la Traviata en fin de saison. Rien que pour l’en­tendre enton­ner « Libiamo » dans l’en­ceinte flam­bant neuve du Grand théâtre de Genève, on ne manquera pas de faire le dépla­ce­ment… Mais cette nouvelle saison four­mille de propo­si­tions origi­nales des plus stimu­lantes. Pour le baroque, elle s’ou­vrira par un « Messie » de Haen­del mis en scène par Bob Wilson et dirigé par Marc Minkowski, grand pion­nier du réper­toire haen­dé­lien. Avec pour suivre d’autres œuvres splen­dides qu’on entend moins souvent comme le Candide de Bern­stein, opérette par le compo­si­teur de West side story, ou L’Af­faire Makro­pou­los, formi­dable opéra de Jana­cek, au climat fantas­tique. Mais Aviel Cahn a eu la bonne idée de convier aussi des grands choré­graphes à ses produc­tions : Sidi Larbi Cher­kaoui pour le Pelléas et Méli­sande de Debussy, ou la folie flamande de la compa­gnie Peeping Tom, pour défier l’ima­gi­na­tion du Didon et Enée de Purcell. Sans oublier le grand réper­toire dans lequel l’Or­chestre de la Suisse Romande excelle : Turan­dot, La Traviata et Parsi­fal. C’est un peu la saison parfaite sur le papier : vive­ment la rentrée pour parta­ger gran­deur nature d’aussi riches promesses d’émo­tions. On peut toujours comp­ter sur la qualité suis­se…

Décou­vrez la nouvelle saison 20–21 du Grand théâtre de Genève en « réalité augmen­tée », en vidéo ou ou sur brochure, << ici >>.

Maria Joao Pires donne un réci­tal en état de grâce

Rien qu'à saluer la salle les mains jointes et humbles, souriante, on voit déjà toute la grande dame qu'elle est : ce petit bout de femme nommée Maria Joao Pires qui entre d'un pas décidé sur la scène de l'Auditorium est bien à la hauteur de sa légende : pas de chichi (elle ne fe...

Comment Philippe Jaroussky chante Fari­nelli

La grande époque londonienne de l’opéra italien était celle de toutes les rivalités : celle entre théâtres et compagnies, ou celle entre divas dont les Rival Queens les plus célèbres étaient la Faustina et la Cuzzoni, championnes du crêpage de chignon sur scène, dans des anecdote...

Maria Joao Pires, le meilleur de Mozart à l’Au­di­to­rium

C’est une des pianistes les plus délicates et populaires d’aujourd’hui. Maria Joao Pires joue désormais rarement en soliste, mais a choisi l’ONL et son directeur Nikolaj Szeps-Znaider pour être artiste associée. ça tombe bien : comme elle, mais au violon, le grand Nikolaj a enreg...

Zylan, un opéra contre l’ho­mo­pho­bie

C’est une des nouveautés mises en avant par Richard Brunel, le nouveau directeur de l’Opéra de Lyon : mettre en scène des petites formes hors les murs pour tous les publics dès l’adolescence, moins chères, plus accessibles, et toujours aussi inventives. C’est le cas avec Zylan ne...