Sortir à Lyon
Partager cet article :

Pelly fait rapper Rossini !

C’est le plus verveux et le plus coquin des compo­si­teurs clas­siques. L’Opéra de Lyon avait la bonne idée de confier à Laurent Pelly, le roi de la comé­die lyrique, une nouvelle produc­tion d’un des plus joyeux joyaux de Rossini : Le Comte Ory, en français dans le texte. Liber­ti­nage et confu­sion des sexes à tous les étages, montée de sève perma­nente du côté de l’or­chestre, ce conte érotique n’avait pas manqué de défrayer la chro­nique de l’époque. Un critique nommé Paul Hume allait même jusqu’à le résu­mer carré­ment à « une érec­tion de deux heures et quart  » ! L’ar­gu­ment fait douce­ment rigo­ler aujourd’­hui, mais explique en partie pourquoi ce pur joyau du bel canto est resté si long­temps un opéra méconnu. Il est pour­tant loin de consti­tuer un fond de tiroir, sommet d’es­piè­gle­rie et de feu d’ar­ti­fice vocal à situer parmi les tout meilleurs opéras de son auteur.

Rossini, l’in­ven­teur du rap !

Pourquoi ? D’abord parce que Le Comte Ory consti­tue une excep­tion. Il est sans doute le seul opéra à être chanté en français dans la plus pure tradi­tion du bel canto. À l’époque, en 1828, Rossini travaille pour le Théâtre italien… à Paris. Figure dans son contrat l’obli­ga­tion de travailler avec des chan­teurs bien de chez nous. Du coup, il pioche goulû­ment des airs de son dernier opéra italien, Il Viag­gio à Reims, pour l’adap­ter à la langue française des libret­tistes, et comme d’ha­bi­tude, fait son adap­ta­tion person­nelle. Résul­tat : la verve italienne est intacte, et personne n’a jamais aussi bien fait swin­guer la langue de Molière. Il faut entendre les grands duos érotiques à toute blinde pour se souve­nir que Rossini est aussi l’in­ven­teur du rap, avec ses fameuses séries d’ono­ma­to­pées débi­tées sur un orchestre en plein orgasme ryth­mique. Vous n’au­rez jamais entendu des chan­teurs chan­tés aussi vite, ni aussi haut, l’ex­ci­ta­tion du Comte Ory et l’au­to­rité de la Comtesse tant convoi­tée riva­li­sant de voca­lises dans un finale du premier acte étour­dis­sant.

« C’est char­mant, c’est divin »

Comé­die liber­tine, l’opéra se joue des codes de la bien­séance mais crée aussi des formes nouvelles. S’il consti­tue véri­ta­ble­ment une œuvre à part, c’est parce qu’en dépit d’un sujet léger , il ne corres­pond ni au genre de l’opéra comique à la française (pas de dialogues parlés entre les numé­ros), ni à l’opera buffa à l’ita­lienne à la façon du Barbier de Séville (pas de réci­ta­tif secco). En somme, c’est un opera seria léger, une comé­die sérieuse comme les affec­tion­nait Rossini. Et c’est bien comme ça que Pelly a eu l’in­tel­li­gence de le monter : tout en restant très drôle, il prend très au sérieux le traves­tis­se­ment de l’en­semble des choeurs mascu­lins en bonnes sœurs pour partir à l’as­saut du château de la belle que ce gourou de Comte Ory veut aller chas­ser, en profi­tant de la guerre pour être sûr de tomber sur une proie esseu­lée… Phal­lo­cra­tie, abus de pouvoir, pater­na­lisme et même satire de la manif pour tous, Pelly s’en donne à coeur-joie, avec toujours des costumes savou­reux qu’il réalise lui-même, et les décors chaleu­reux de sa grande complice, Chan­tal Thomas. Un pur bonheur de diver­tis­se­ment pour les oreilles et pour les yeux, idéal à savou­rer en week-end. L.H.

Le Comte Ory de Rossini. Mise en scène de Laurent Pelly avec l’or­chestre et les choeurs de l’Opéra de Lyon diri­gés par Stefano Monta­nari. Visible gratui­te­ment et en inté­gra­lité sur le site de l’Opéra de Lyon << ici >>.

Double concert Haen­del, en rival de Vivaldi

C'est la nouvelle coqueluche des contre-ténors, beau gosse fan de hip hop apparu en bermuda le temps d'une vidéo, ce qui a suffi à enflammer la toile, qui ne demande qu'à s'embraser... le plus souvent par les yeux. Heureusement depuis, les récitals et les disques de Jakub Josef O...

Un Coq d’Or planté dans son décor

Qu'est-ce autre chose que l'opéra qu'un prétexte musical à un grand spectacle dans lequel on puisse reconnaître nos sentiments exacerbés ? C'est ce qu'on s'est dit en assistant au lever de rideau de ce Coq d'Or de Rimski-Korsakov promis à être joué cet été au festival d'Aix. Un c...

Audi­to­rium : derniers concerts de fin de saison

L'aviez-vous remarqué ? Si les cinémas et les musées ont bien rouvert le 19 mai, le spectacle vivant, à Lyon, pas encore... S'il reste quelques lieux paresseux qui préfèrent attendre la rentrée prochaine, après de tristes occupations (lire notre coup de pied au culte), une foule ...

Gergiev, Nelson et Gardi­ner à Berlioz

On vous avait prévenu : le "retour à la vie" selon le beau sous-titre de Lélio, oeuvre méconnue du grand Hector Berlioz, allait se faire en grandes pompes au festival de la Côte Saint-André. La promesse est désormais tenue avec l'ouverture de la billetterie depuis le mercredi 5 m...