Sortir à Lyon
Partager cet article :

Pelly fait rapper Rossini !

C’est le plus verveux et le plus coquin des compo­si­teurs clas­siques. L’Opéra de Lyon avait la bonne idée de confier à Laurent Pelly, le roi de la comé­die lyrique, une nouvelle produc­tion d’un des plus joyeux joyaux de Rossini : Le Comte Ory, en français dans le texte. Liber­ti­nage et confu­sion des sexes à tous les étages, montée de sève perma­nente du côté de l’or­chestre, ce conte érotique n’avait pas manqué de défrayer la chro­nique de l’époque. Un critique nommé Paul Hume allait même jusqu’à le résu­mer carré­ment à « une érec­tion de deux heures et quart  » ! L’ar­gu­ment fait douce­ment rigo­ler aujourd’­hui, mais explique en partie pourquoi ce pur joyau du bel canto est resté si long­temps un opéra méconnu. Il est pour­tant loin de consti­tuer un fond de tiroir, sommet d’es­piè­gle­rie et de feu d’ar­ti­fice vocal à situer parmi les tout meilleurs opéras de son auteur.

Rossini, l’in­ven­teur du rap !

Pourquoi ? D’abord parce que Le Comte Ory consti­tue une excep­tion. Il est sans doute le seul opéra à être chanté en français dans la plus pure tradi­tion du bel canto. À l’époque, en 1828, Rossini travaille pour le Théâtre italien… à Paris. Figure dans son contrat l’obli­ga­tion de travailler avec des chan­teurs bien de chez nous. Du coup, il pioche goulû­ment des airs de son dernier opéra italien, Il Viag­gio à Reims, pour l’adap­ter à la langue française des libret­tistes, et comme d’ha­bi­tude, fait son adap­ta­tion person­nelle. Résul­tat : la verve italienne est intacte, et personne n’a jamais aussi bien fait swin­guer la langue de Molière. Il faut entendre les grands duos érotiques à toute blinde pour se souve­nir que Rossini est aussi l’in­ven­teur du rap, avec ses fameuses séries d’ono­ma­to­pées débi­tées sur un orchestre en plein orgasme ryth­mique. Vous n’au­rez jamais entendu des chan­teurs chan­tés aussi vite, ni aussi haut, l’ex­ci­ta­tion du Comte Ory et l’au­to­rité de la Comtesse tant convoi­tée riva­li­sant de voca­lises dans un finale du premier acte étour­dis­sant.

« C’est char­mant, c’est divin »

Comé­die liber­tine, l’opéra se joue des codes de la bien­séance mais crée aussi des formes nouvelles. S’il consti­tue véri­ta­ble­ment une œuvre à part, c’est parce qu’en dépit d’un sujet léger , il ne corres­pond ni au genre de l’opéra comique à la française (pas de dialogues parlés entre les numé­ros), ni à l’opera buffa à l’ita­lienne à la façon du Barbier de Séville (pas de réci­ta­tif secco). En somme, c’est un opera seria léger, une comé­die sérieuse comme les affec­tion­nait Rossini. Et c’est bien comme ça que Pelly a eu l’in­tel­li­gence de le monter : tout en restant très drôle, il prend très au sérieux le traves­tis­se­ment de l’en­semble des choeurs mascu­lins en bonnes sœurs pour partir à l’as­saut du château de la belle que ce gourou de Comte Ory veut aller chas­ser, en profi­tant de la guerre pour être sûr de tomber sur une proie esseu­lée… Phal­lo­cra­tie, abus de pouvoir, pater­na­lisme et même satire de la manif pour tous, Pelly s’en donne à coeur-joie, avec toujours des costumes savou­reux qu’il réalise lui-même, et les décors chaleu­reux de sa grande complice, Chan­tal Thomas. Un pur bonheur de diver­tis­se­ment pour les oreilles et pour les yeux, idéal à savou­rer en week-end. L.H.

Le Comte Ory de Rossini. Mise en scène de Laurent Pelly avec l’or­chestre et les choeurs de l’Opéra de Lyon diri­gés par Stefano Monta­nari. Visible gratui­te­ment et en inté­gra­lité sur le site de l’Opéra de Lyon << ici >>.

Le maître de Mozart à l’Au­di­to­rium

Christian Zacharias a signé ce qui constitue tout simplement parmi les plus beaux disques jamais enregistrés en musique classique : une intégrale des sonates pour piano de Mozart, à l'exact point d'équilibre entre la légèreté et la mélancolie, doublée d'un coffret consacré à l'en...

Un nouveau festi­val baroque à Lyon

L’Institution des Chartreux a toujours fait venir des musiciens en cours de saison, et souvent de grande qualité, comme le ténor Cyrille Dubois. Plutôt que de les présenter au coup par coup au long de la saison, elle a décidé de les regrouper cette année le temps d’un week-end, a...

Sofiane, Pierre et le loup…

Impossible de se lasser de l’immense conte musical de Prokofiev, Pierre et le Loup, datant de 1936. D’autant que le compositeur russe l’a vraiment pensé pour les enfants, de manière pédagogique mais ludique, dans l’idée de les familiariser avec les principaux instruments de l’orc...

Réou­ver­ture de l’ONL : la surprise du chef !

Pour le concert d'ouverture de saison de l'Auditorium, Nikolaj-Szeps Znaider a réservé jeudi soir la plus belle des surprises : dégainer son violon pour accompagner l'idole de son enfance, Pinchas Zukerman, juste avant l'entracte. Il y avait la queue des grands soirs devant l'...