Sortir à Lyon
Partager cet article :

L’ar­chet est à nous !

Le quatuor Debussy invente de nouvelles façons de partir à la rencontre des habi­tants pour la Fête de la musique comme son festi­val Cordes en ballades. Que vive la musique !

Musique de chambre. Les membres du quatuor Debussy de la Croix-Rousse étaient en pleine tour­née inter­na­tio­nale avec Keren Ann quand ils se sont retrou­vés eux aussi condam­nés à rester enfer­més chacun de leur côté à jouer de la musique tout seul, pendant le confi­ne­ment. Tous seuls mais ensemble, ils en ont fait une magni­fique chan­son sur You tube avec Keren Ann, All the beau­ti­ful girls, à réécou­ter << ici >>. Toujours créa­tifs dans leurs concerts-spec­tacles et toujours présents tout au long de l’an­née dans nombre d’ac­tions sociales et de trans­mis­sion, ils ne pouvaient se résoudre à pronon­cer le mot « annu­la­tion » selon Chris­tophe Collette, leur premier violon, ni pour la fête de la musique, ni pour leur festi­val annuel, Cordes en balades. Ils ont donc une nouvelle fois inven­ter de nouvelles formes de partage de cette musique qu’ils aiment tant.

Fête de la musique. Ce sera d’abord le cas avec une « fête de la musique soli­daire » avec quelques ensembles amis, à travers des « brigades musi­cales » dans trois parcours diffé­rents à Lyon et un à Rillieux-la-Pape, pour aller à la rencontre du public dans les cours… sans que les gens n’aient même besoin de descendre de chez eux pour entendre de la musique, mais en profitent à plusieurs de leurs fenêtres. Ou comment inven­ter la distan­cia­tion sociale proche du cœur. Un «  modeste moment d’éva­sion au plus proche des habi­tants, en les surpre­nant dans leur quoti­dien ». Un moment d’au­tant plus précieux qu’il parti­cipe autant d’une « relance cultu­relle » plus que jamais néces­saire que des retrou­vailles autour d’émo­tions humaines, enfin…

Suivez le parcours du quatuor Debussy et de ses amis musi­ciens à la Fête de la musique << ici >>.

Festi­val. Quelques semaines plus tard, pour leur tradi­tion­nel festi­val Cordes en ballade, les Debussy lais­se­ront cette fois leur place à l’Aca­dé­mie du quatuor à cordes et à de jeunes ensembles profes­sion­nels, pour aller à la rencontre de public tout aussi variés des communes de l’Ar­dèche, comme l’ex­plique Chris­tophe Collette au micro de RCF :

Ce ne seront donc pas les gens qui suivront les musi­ciens cette année, mais les musi­ciens qui vien­dront à la rencontre des gens : sur les places des villages, dans les chapelles ou dans les Ehpad, avec la même joie de parta­ger des moments d’au­tant lus chaleu­reux qu’ils auront été plus rares cet été. Cordes en ballade devient « Ballades en corde » le temps d’une année parti­cu­lière, mais conti­nue de faire vivre la musique, et les condi­tions excep­tion­nelles ne devraient faire qu’ac­croître le plai­sir du partage. Rendez-vous en Ardèche, donc.

Cordes en ballade devient « Ballades en cordes ». Du 7 au 19 juillet 2020. Décou­vrez les dernières infor­ma­tions de programme eu fur et à mesure sur corde­sen­bal­lade.com

Photo Quatuor Debussy : Bertrand Benand.

Berlioz, le plus beau festi­val clas­sique de l’été

Cette fois, Valery Gergiev ne viendra pas, nationalité russe oblige. Sir John Eliot Gardiner, autre grand habitué, non plus. Et pourtant, la programmation de la nouvelle édition du festival Berlioz à la Côte-Saint-André s'annonce toujours aussi belle, fourmillant de "milliers de ...

Adieu Nicho­las Ange­lich, un des plus grands pianistes d’aujourd’­hui

Il y a peu de monstres sacrés qui avaient l’allure d’un grand nounours aussi gentil. Il était né aux Etats-Unis d’une mère de l’URSS et d’un père du Montenegro, et c’était un fidèle de Piano à Lyon et des orchestres lyonnais. Enfant de l’Europe de l’Est par ses parents musiciens,...