Sortir à Lyon
Partager cet article :

La Force du destin rouvre l’Au­di­to­rium

Le moment était parti­cu­liè­re­ment émou­vant. Les musi­ciens de l’ON avaient voulu rendre hommage aux soignants depuis le début du confi­ne­ment. Après avoir fait nombre de concerts de musique de chambre en Ehpad pendant plusieurs semaines, ils ont tenu parole : offrir un vrai beau concert à plus de 700 soignants jeudi dernier, dirigé de main de maître par le nouveau direc­teur musi­cal, Niko­laj Szeps-Znai­der. Voilà plus de 4 mois que les portes de l’Au­di­to­rium ne s’étaient pas ouvertes pour accueillir du public, conquis jusqu’à la stan­ding ovation, en respec­tant les gestes barrières, l’un n’em­pêche pas l’autre. Le masque, porté tout au long du concert par l’en­semble des spec­ta­teurs, n’em­pêche pas non plus les émotions : quelques notes en caval­cade de La Force du destin et nous étions déjà en larmes, telle­ment émus d’en­tendre une aussi belle musique live enva­hir à nouveau la plus grande salle sympho­nique de Lyon. L’or­chestre sonnait d’au­tant mieux que Znai­der a d’ores et déjà commencé de la façon­ner à sa main. Avec une nouvelle spatia­li­sa­tion sur scène respec­tant les distances d’1 mètre entre chaque musi­cien, les contre­basses sur l’es­trade en fond de scène, rendant l’en­semble encore plus ample et majes­tueux. La rencontre entre Znai­der et Lyon aura bien lieu : en plus de sa hauteur de vue musi­cale, le nouveau chef de l’ONL est un maître de céré­mo­nie hors pair, faisant l’ef­fort de présen­ter chaque morceau en chapar­dant dans l’as­sis­tance quelques mots de français, non sans humour : Pour « appri­voi­ser le destin », il est passé de la force à l’amour en enchaî­nant sur le Roméo et Juliette de Tchai­kovski, un des compo­si­teurs fil rouge de la saison prochaine. «  Roméo et Juliette, ce n’est peut-être pas le modèle idéal pour l’amour », s’est amusé le maes­tro, « mais la musique est vrai­ment extra­or­di­naire. » Il avait bien raison. Vive­ment la saison prochaine, avec ou sans masque, qu’on pour­suivre le viatique avec un aussi bon compa­gnon de route.

Vous pouvez décou­vrir la prochaine saison de l’ONL en vidéo et en compa­gnie de Niko­laj Szeps-Znai­der << ici >>.

Berlioz, le plus beau festi­val clas­sique de l’été

Cette fois, Valery Gergiev ne viendra pas, nationalité russe oblige. Sir John Eliot Gardiner, autre grand habitué, non plus. Et pourtant, la programmation de la nouvelle édition du festival Berlioz à la Côte-Saint-André s'annonce toujours aussi belle, fourmillant de "milliers de ...

Adieu Nicho­las Ange­lich, un des plus grands pianistes d’aujourd’­hui

Il y a peu de monstres sacrés qui avaient l’allure d’un grand nounours aussi gentil. Il était né aux Etats-Unis d’une mère de l’URSS et d’un père du Montenegro, et c’était un fidèle de Piano à Lyon et des orchestres lyonnais. Enfant de l’Europe de l’Est par ses parents musiciens,...