Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le quatuor Debussy fait son cinéma

Notre quatuor croix-rous­sien préféré a toujours pris la musique au sérieux quand il s’agit de la parta­ger, que ce soit avec les grands noms de la danse (Mourad Merzouki, Circa ou Anne Teresa de Keer­sa­me­ker), ou les plus belles âmes de la chan­son d’aujourd’­hui (Yael Naïm ou Keren Ann, dont ils vont reprendre la tour­née). Après avoir main­tenu une fête de la musique surprise (dans les cours d’im­meuble avec les gens à leurs fenêtres, distan­cia­tion oblige) et leur festi­val Cordes en balade en itiné­rance en Ardèche, les voilà de retour pour la troi­sième édition de leur festi­val Music’ly, lors du week-end consa­cré aux jour­nées du patri­moine. Au menu, concerts, ateliers, expo­si­tions (avec des portraits de prison­niers par le peintre Patrice Giorda). Avec aussi de drôles de ciné-concerts, on ne peut plus origi­naux, des courts-métrages mythiques « rétro » accom­pa­gnés par le quatuor en live en ouver­ture du festi­val, jusqu’à un voyage un peu parti­cu­lier : la projec­tion du film de 1924 Le Rhône, de Genève à la mer en copie restau­rée, tourné à bord d’un canoë, montrant les paysages et les usages d’au­tre­fois, sur une musique de Baudime Jan spécia­le­ment compo­sée pour l’oc­ca­sion.

3e festi­val Music’ly. Vendredi 18 et samedi 19 septembre à l’Ucly, campus Saint-Paul, place des Archives, Lyon 2e Confluence. Gratuit.

Ciné-rétro, courts métrages mythiques en musique, vendredi 18 septembre à 20h. Ciné-concert Le Rhône, de Genève à la mer. Samedi 19 septembre entre 10h et 17h30. Détails et program­ma­tion complète << ici >>.

Fran­cesco Corti, coup de coeur du festi­val d’Am­bro­nay

Claveciniste hors pair et ancien continuiste des Musiciens du Louvre, Francesco Corti est devenu un chef d’orchestre à part entière avec un sens du théâtre peu commun. Il est de passage au festival d’Ambronay. A ne rater sous aucun prétexte. Vous venez de sortir un double ...

Ambro­nay fait la fête avec les cantates de Haen­del

Haendel lui doit beaucoup : comme contre-ténor, René Jacobs avait enregistré en 1979 avec Alan Curtis Admeto, le tout premier enregistrement d'un opéra intégral du compositeur. Comme chef, il dirigera quelques années plus tard la première version fidèle à la partition de Giulio C...