Sortir à Lyon
Partager cet article :

Bob Wilson magni­fie Le Messie à Genève

C’est la première œuvre du réper­toire anglais à n’avoir jamais quitté l’af­fiche, jouée tous les ans en Angle­terre depuis sa créa­tion en 1742, comme l’œuvre symbole de la nation britan­nique. Écrite en moins d’un mois selon l’ha­bi­leté habi­tuelle de son compo­si­teur, Le Messie n’a pour­tant rien de l’œuvre offi­cielle que la légende en a faite, malgré l’éner­gie de son Halle­lujah. C’est même une œuvre assez atypique dans le réper­toire de Haen­del, pas fran­che­ment passionné par les thèmes reli­gieux, même dans ses orato­rios, créée à Dublin, après avoir arrêté l’opéra, sa grande passion. Le Messie fut donc écrit pour un concert cari­ta­tif, «  pour le secours aux déte­nus de plusieurs prisons et le soutien de Mercer’s Hospi­tal ainsi que de l’in­fir­me­rie de charité de l’Inns Quay », comme l’in­dique le Dublin jour­nal d’alors. Et contrai­re­ment aux Passions du grand Jean-Sébas­tien Bach, les orato­rios de Haen­del étaient desti­nés à être joués en public dans des salles de concerts, par des chan­teurs issus du théâtre et de l’opéra costu­més, et non pas chan­tés à l’égli­se…

Le Messie de Haen­del vu à travers l’ima­gi­naire graphique de Bob Wilson à Genève.

De la musique de scène, donc, même si elle n’était pas litté­ra­le­ment mise en scène. D’où la bonne idée de voir un grand orfèvre des lumières et de la sculp­ture scéno­gra­phique comme Robert Wilson s’at­te­ler à cette œuvre qui suppose une repré­sen­ta­tion à part. Le résul­tat est d’au­tant plus attendu que c’est un Haen­dé­lien hors pair qui sera au pupitre : Marc Minkowski, à la tête de ses Musi­ciens du Louvre qui en leur temps ont signé des versions de réfé­rence d’oeuvres comme Ario­dante ou Amadigi Di Gaula. C’est déjà complet, mais rien n’in­ter­dit de tenter sa chance au dernier moment… L.H.

Le Messie de Haen­del. Mise en scène Robert Wilson. Direc­tion musi­cale Marc Minkowski. Dimanche 4 et lundi 5 octobre à 20h au Grand théâtre de Genève. De 17 à 309 CHF. Voir le site du Grand Théâtre de Genève.

Maria Joao Pires donne un réci­tal en état de grâce

Rien qu'à saluer la salle les mains jointes et humbles, souriante, on voit déjà toute la grande dame qu'elle est : ce petit bout de femme nommée Maria Joao Pires qui entre d'un pas décidé sur la scène de l'Auditorium est bien à la hauteur de sa légende : pas de chichi (elle ne fe...

Comment Philippe Jaroussky chante Fari­nelli

La grande époque londonienne de l’opéra italien était celle de toutes les rivalités : celle entre théâtres et compagnies, ou celle entre divas dont les Rival Queens les plus célèbres étaient la Faustina et la Cuzzoni, championnes du crêpage de chignon sur scène, dans des anecdote...

Maria Joao Pires, le meilleur de Mozart à l’Au­di­to­rium

C’est une des pianistes les plus délicates et populaires d’aujourd’hui. Maria Joao Pires joue désormais rarement en soliste, mais a choisi l’ONL et son directeur Nikolaj Szeps-Znaider pour être artiste associée. ça tombe bien : comme elle, mais au violon, le grand Nikolaj a enreg...

Zylan, un opéra contre l’ho­mo­pho­bie

C’est une des nouveautés mises en avant par Richard Brunel, le nouveau directeur de l’Opéra de Lyon : mettre en scène des petites formes hors les murs pour tous les publics dès l’adolescence, moins chères, plus accessibles, et toujours aussi inventives. C’est le cas avec Zylan ne...