Sortir à Lyon

Bob Wilson magni­fie Le Messie à Genève

C’est la première œuvre du réper­toire anglais à n’avoir jamais quitté l’af­fiche, jouée tous les ans en Angle­terre depuis sa créa­tion en 1742, comme l’œuvre symbole de la nation britan­nique. Écrite en moins d’un mois selon l’ha­bi­leté habi­tuelle de son compo­si­teur, Le Messie n’a pour­tant rien de l’œuvre offi­cielle que la légende en a faite, malgré l’éner­gie de son Halle­lujah. C’est même une œuvre assez atypique dans le réper­toire de Haen­del, pas fran­che­ment passionné par les thèmes reli­gieux, même dans ses orato­rios, créée à Dublin, après avoir arrêté l’opéra, sa grande passion. Le Messie fut donc écrit pour un concert cari­ta­tif, «  pour le secours aux déte­nus de plusieurs prisons et le soutien de Mercer’s Hospi­tal ainsi que de l’in­fir­me­rie de charité de l’Inns Quay », comme l’in­dique le Dublin jour­nal d’alors. Et contrai­re­ment aux Passions du grand Jean-Sébas­tien Bach, les orato­rios de Haen­del étaient desti­nés à être joués en public dans des salles de concerts, par des chan­teurs issus du théâtre et de l’opéra costu­més, et non pas chan­tés à l’égli­se…

Le Messie de Haen­del vu à travers l’ima­gi­naire graphique de Bob Wilson à Genève.

De la musique de scène, donc, même si elle n’était pas litté­ra­le­ment mise en scène. D’où la bonne idée de voir un grand orfèvre des lumières et de la sculp­ture scéno­gra­phique comme Robert Wilson s’at­te­ler à cette œuvre qui suppose une repré­sen­ta­tion à part. Le résul­tat est d’au­tant plus attendu que c’est un Haen­dé­lien hors pair qui sera au pupitre : Marc Minkowski, à la tête de ses Musi­ciens du Louvre qui en leur temps ont signé des versions de réfé­rence d’oeuvres comme Ario­dante ou Amadigi Di Gaula. C’est déjà complet, mais rien n’in­ter­dit de tenter sa chance au dernier moment… L.H.

Le Messie de Haen­del. Mise en scène Robert Wilson. Direc­tion musi­cale Marc Minkowski. Dimanche 4 et lundi 5 octobre à 20h au Grand théâtre de Genève. De 17 à 309 CHF. Voir le site du Grand Théâtre de Genève.

On trinque avec Thomas Vinter­berg

L’abus d’alcool est bon pour la santé, ou presque. C’est le sujet pas piqué des hannetons et foutrement anti-politiquement correct du dernier film de Thomas Vinterberg, et on ne se mouille pas en affirmant que c’est de loin le meilleur depuis La Chasse. Le réalisateur danois retr...

Cher­chez le garçon au Mac de Lyon

Chez Edi Dubien, les garçons ne naissent pas dans les choux mais dans les fougères, parmi les ours et les insectes, après un long combat qui les laissent encore incertains à eux même. Présence fantomatique, comme surgie des limbes de la mémoire, leur silhouette d’eau imprime à pe...

Tête de Turque

Cinéma d'auteur. Voilà un diamant brut venu de Turquie, à la fois conte initiatique, fable politique et fausse histoire d’amour. En mettant en scène une jeune femme muette, communiquant grâce à une langue sifflée ancestrale, aussi libre que rejetée par sa communauté, Çağla Zencir...