Sortir à Lyon
Partager cet article :

Ravel et Chamayou, c’est l’Amé­rique

Bertrand Chamayou est un pianiste racé, jamais démons­tra­tif, choi­sis­sant souvent des options origi­nales dans l’ap­proche des oeuvres (comme dans son très beau disque Schu­bert). Cris­tal­line, archi­tec­tu­rée, encore moderne à bien des égards, la musique de Ravel est faite pour lui. Il a d’ailleurs enre­gis­tré une inté­grale pour piano en 2016 chez Erato, qui fait encore notre bonheur. C’est dire s’il est l’in­ter­prète idéal du Concerto en Sol auquel nous avons pu assis­ter jeudi soir, et diffusé en strea­ming live sur le site de l’Au­di­to­rium ce week-end, à défaut de pouvoir vous accueillir dans la salle. Le mouve­ment lent, brinque­ba­lant et suspendu, a la mélan­co­lie gauche d’un Satie, et les trilles scin­tillent comme les néons du Nouveau Monde, l’oeuvre étant à l’ori­gine une commande pour célé­brer le 50e anni­ver­saire de Boston. De l’enter­tain­ment à la française, avec des couleurs jazzy que Chamayou fait ressor­tir à merveille, comme le toucher aussi percus­sif qu’un fox-trot dans le dernier mouve­ment, joyeux, ou le premier enlevé, comme une danse, litté­ra­le­ment initié par un coup de fouet. A defaut de pouvoir assis­ter au concert, lais­ser vous fouet­ter les oreilles par le vent frais du piano de Chamayou, la 1ere sympho­nie de Schu­mann, toujours diri­gée par Niko­laj-Szeps Znai­der, complé­tant ce beau concert, pour nous revi­go­rer en atten­dant la reprise.

Bertrand Chamayou joue le Concerto en Sol de Ravel + Sympho­nie n°1 de Schu­mann, par Niko­laj Szeps-Znai­der l’ONL, en live audio depuis l’Au­di­to­rium, Lyon 3e. Dispo­nible en replay tout le week-end.

B. Chamayou et N. Szeps-Znai­der sur la scène de l’Au­di­to­rium, pour enre­gis­trer le live.

Fran­cesco Corti, coup de coeur du festi­val d’Am­bro­nay

Claveciniste hors pair et ancien continuiste des Musiciens du Louvre, Francesco Corti est devenu un chef d’orchestre à part entière avec un sens du théâtre peu commun. Il est de passage au festival d’Ambronay. A ne rater sous aucun prétexte. Vous venez de sortir un double ...

Ambro­nay fait la fête avec les cantates de Haen­del

Haendel lui doit beaucoup : comme contre-ténor, René Jacobs avait enregistré en 1979 avec Alan Curtis Admeto, le tout premier enregistrement d'un opéra intégral du compositeur. Comme chef, il dirigera quelques années plus tard la première version fidèle à la partition de Giulio C...