Sortir à Lyon
Partager cet article :

Niko­laj dirige un Beetho­ven héroïque !

On vous avait prévenu que la venue de Niko­laj Szeps-Znai­der à la tête de l’ONL était promet­teuse. Pas seule­ment par sa convi­via­lité et sa façon simple et humo­ris­tique de s’adres­ser au public. Mais surtout parce qu’il a entamé un travail de fond avec l’or­chestre depuis son arri­vée en septembre. Malgré le confi­ne­ment et l’ab­sence de public, il a travaillé depuis trois semaines sur la scène de l’Au­di­to­rium à un son plus compact, nerveux et plein de vie pour rendre justice à la musique sympho­nique vien­noise qu’il aime, à l’aube du roman­tisme. Après Schu­mann (dont il diri­gera encore deux sympho­nies d’ici la fin de la saison), Mendels­sohn et l’Ita­lienne la semaine dernière, c’est l’Hé­roïque de Beetho­ven qui marquait cette semaine le point d’abou­tis­se­ment de ce premier trimestre. Un grand moment, que vous avez pu malgré tout goûter à distance à travers le live audio que l’Au­di­to­rium a mis en place, présenté par votre servi­teur. Pour avoir donc eu le privi­lège d’y assis­ter, il fallait voir Znai­der en bras de chemise (pas de queue de pie sans public), diri­ger l’ONL par coeur, en pleine extase, allant cher­cher chaque pupitre pour en tirer le meilleur. Une caval­cade galva­ni­sante dans un monu­ment de joie en quatre mouve­ments : puis­sant comme Hercule, mais toujours précis, spiri­tuel, vire­vol­tant, jamais pesant, avec en contre­point un des plus beaux adagios de Beethov, en forme de « marche funèbre« . Niko­laj Szeps-Znai­der a déjà su trou­ver avec l’ONL une manière de Cham­ber orches­tra of Europe, orchestre qui avait signé avec Harnon­court la version de réfé­rence des sympho­nies de Beetho­ven, encore trop souvent alour­dies par des inter­pré­ta­tions ou des effec­tifs par trop pompeux. Dans ce véri­table festi­val pour orchestre (pas un pupitre ne prend le pas sur les autres et tous concordent à se répondre en perma­nence), on sent déjà toute la dyna­mique insuf­flée par le maes­tro à l’ONL. Dyna­mique qui ne devrait que conti­nuer de s’ac­croître au fil de la saison… En espé­rant que d’aussi beaux moments de musique puissent être réité­rées lorsque le public pourra à nouveau passer les portes de l’Au­di­to­rium, ce qui ne devrait plus tarder…

Niko­laj Szeps-Znai­der, le nouveau direc­teur musi­cal de l’ONL.

La décou­verte du chef

En prime, vous pour­rez décou­vrir en première partie de programme le Concerto Funèbre de Karl Hart­mann, oeuvre déchi­rante à l’aube de la deuxième guerre mondiale, qui cher­chait aussi à dépas­ser les malheurs des temps par l’ex­pres­sion de la musique. C’est Jenni­fer Gilbert, super­so­liste de l’ONL, qui porte à merveille cette « voix humaine » du violon s’éle­vant au-dessus du chaos. Un grand moment de musique, huma­niste, en route vers la joie, à savou­rer tout le week-end, en atten­dant de retrou­ver le grand Niko­laj et son orchestre sur la scène de l’Audi. Vive­ment demain.

Ecou­tez l’Hé­roïque de Beetho­ven et le concerto de Hart­mann par Niko­laj Szeps-Znai­der en replay live.

Lundi 7 décembre à 20h : grand entre­tien exclu­sif de Luc Hernan­dez avec Niko­laj Szeps-Znai­der dans Les Trésors cachés de l’ONL sur Rcf Lyon.

Vincent Lacoste et la jeune fille

Vincent Lacoste n’est pas seulement un acteur de comédie. Vous pouvez d’ailleurs voir actuellement Mes jours de gloire sur Canal +, joli premier film sur la dépression pour lequel on l’avait rencontré (lire l’entretien << ici >>). Avec Amanda, il trouvait son plus beau rôle drama...

Camille chante et danse à Four­vière

C’est LA chorégraphe sud-africaine qui a bousculé tous les codes du corps et des représentations du spectacle vivant depuis les années 2000, et ce, du hip-hop à l’opéra. Volontiers provocatrice mais toujours énergique, ludique et pleine de dérision, Robyn Orlin n’a jamais hésité ...

40 ans de Jazz à Vienne: c’est parti !

La voilà la bonne nouvelle, tombée le temps d'un Facebook live : "La configuration du Théâtre Antique de Vienne permet aujourd'hui à Jazz à Vienne d’envisager des concerts cet été." On vous avait déjà alléché en avant-première avec la plupart des noms de cette 40e édition et la n...

Signo­ret, la crimi­nelle de Saint-Jean

Les femmes peuvent aussi être de grandes criminelles, et Simone Signoret, qui n' a jamais eu peur de bousculer son image, avait incarné Thérèse Raquin dans le film de Marcel Carné en 1953. Le film est diffusé ce lundi sur Arte. L'occasion de redécouvrir le Lyon d'après-guerre, th...

Enigmes surréa­listes

Proche d’André Breton dans sa jeunesse, Jean-Claude Silbermann promène son pinceau sur la feuille, sans idée préalable, pour y laisser jaillir des personnages et des scènes vivantes et mouvantes, transposant ainsi le principe de l’écriture automatique au dessin. Egalement poète, ...