Sortir à Lyon
Partager cet article :

Niko­laj dirige un Beetho­ven héroïque !

On vous avait prévenu que la venue de Niko­laj Szeps-Znai­der à la tête de l’ONL était promet­teuse. Pas seule­ment par sa convi­via­lité et sa façon simple et humo­ris­tique de s’adres­ser au public. Mais surtout parce qu’il a entamé un travail de fond avec l’or­chestre depuis son arri­vée en septembre. Malgré le confi­ne­ment et l’ab­sence de public, il a travaillé depuis trois semaines sur la scène de l’Au­di­to­rium à un son plus compact, nerveux et plein de vie pour rendre justice à la musique sympho­nique vien­noise qu’il aime, à l’aube du roman­tisme. Après Schu­mann (dont il diri­gera encore deux sympho­nies d’ici la fin de la saison), Mendels­sohn et l’Ita­lienne la semaine dernière, c’est l’Hé­roïque de Beetho­ven qui marquait cette semaine le point d’abou­tis­se­ment de ce premier trimestre. Un grand moment, que vous avez pu malgré tout goûter à distance à travers le live audio que l’Au­di­to­rium a mis en place, présenté par votre servi­teur. Pour avoir donc eu le privi­lège d’y assis­ter, il fallait voir Znai­der en bras de chemise (pas de queue de pie sans public), diri­ger l’ONL par coeur, en pleine extase, allant cher­cher chaque pupitre pour en tirer le meilleur. Une caval­cade galva­ni­sante dans un monu­ment de joie en quatre mouve­ments : puis­sant comme Hercule, mais toujours précis, spiri­tuel, vire­vol­tant, jamais pesant, avec en contre­point un des plus beaux adagios de Beethov, en forme de « marche funèbre« . Niko­laj Szeps-Znai­der a déjà su trou­ver avec l’ONL une manière de Cham­ber orches­tra of Europe, orchestre qui avait signé avec Harnon­court la version de réfé­rence des sympho­nies de Beetho­ven, encore trop souvent alour­dies par des inter­pré­ta­tions ou des effec­tifs par trop pompeux. Dans ce véri­table festi­val pour orchestre (pas un pupitre ne prend le pas sur les autres et tous concordent à se répondre en perma­nence), on sent déjà toute la dyna­mique insuf­flée par le maes­tro à l’ONL. Dyna­mique qui ne devrait que conti­nuer de s’ac­croître au fil de la saison… En espé­rant que d’aussi beaux moments de musique puissent être réité­rées lorsque le public pourra à nouveau passer les portes de l’Au­di­to­rium, ce qui ne devrait plus tarder…

Niko­laj Szeps-Znai­der, le nouveau direc­teur musi­cal de l’ONL.

La décou­verte du chef

En prime, vous pour­rez décou­vrir en première partie de programme le Concerto Funèbre de Karl Hart­mann, oeuvre déchi­rante à l’aube de la deuxième guerre mondiale, qui cher­chait aussi à dépas­ser les malheurs des temps par l’ex­pres­sion de la musique. C’est Jenni­fer Gilbert, super­so­liste de l’ONL, qui porte à merveille cette « voix humaine » du violon s’éle­vant au-dessus du chaos. Un grand moment de musique, huma­niste, en route vers la joie, à savou­rer tout le week-end, en atten­dant de retrou­ver le grand Niko­laj et son orchestre sur la scène de l’Audi. Vive­ment demain.

Ecou­tez l’Hé­roïque de Beetho­ven et le concerto de Hart­mann par Niko­laj Szeps-Znai­der en replay live.

Lundi 7 décembre à 20h : grand entre­tien exclu­sif de Luc Hernan­dez avec Niko­laj Szeps-Znai­der dans Les Trésors cachés de l’ONL sur Rcf Lyon.

Berlioz, le plus beau festi­val clas­sique de l’été

Cette fois, Valery Gergiev ne viendra pas, nationalité russe oblige. Sir John Eliot Gardiner, autre grand habitué, non plus. Et pourtant, la programmation de la nouvelle édition du festival Berlioz à la Côte-Saint-André s'annonce toujours aussi belle, fourmillant de "milliers de ...

Adieu Nicho­las Ange­lich, un des plus grands pianistes d’aujourd’­hui

Il y a peu de monstres sacrés qui avaient l’allure d’un grand nounours aussi gentil. Il était né aux Etats-Unis d’une mère de l’URSS et d’un père du Montenegro, et c’était un fidèle de Piano à Lyon et des orchestres lyonnais. Enfant de l’Europe de l’Est par ses parents musiciens,...