Sortir à Lyon
Partager cet article :

Vertige au Grand théâtre de Genève

Pelléas et Méli­sande, c’est un peu Tris­tan et Isolde passé à l’eau forte du symbo­lisme (le livret est signé du poète Maurice Maeter­link). Un chant d’amour à la fois invi­sible et inin­ter­rompu qui se mêle à la respi­ra­tion du monde, dans une dimen­sion psycha­na­ly­tique autant que spiri­tuelle, qui ne pourra se résoudre qu’au-delà de la mort. Autant dégoû­ter tout de suite les moins fami­liers de l’art lyrique de passer 2h30 derrière votre écran, devant la dernière produc­tion du Grand théâtre de Genève, captée en janvier dernier faute d’avoir pu être donnée en public. Et pour­tant vous risque­riez de passer à côté d’un des plus beaux spec­tacles de la saison.

Un ballet d’images épous­tou­flantes

La sublime scéno­gra­phie de Marina Abra­mo­vic.

D’abord parce qu’en passant pour la première la rampe de la scène lyrique, la perfor­meuse et scéno­graphe serbe Marina Abra­mo­vic donne à voir un spec­tacle de chaque instant, trou­vant un équi­valent visuel cosmique somp­tueux au monde litté­raire de Maeter­linck (aidée par les vidéos de Marco Bram­billa), un peu comme lorsque Bill Viola avait créé ses images animées à partir de Tris­tan et Isolde dans la produc­tion mythique de Peter Sellars. Ensuite parce qu’elle est asso­ciée à deux des plus grands artistes belges dans cette produc­tion créée à l’Opéra de Flandres, Damien Jallet et Sidi Larbi Cher­kaoui, qu’on a eu souvent l’oc­ca­sion de voir sur le plateau de la Maison de la Danse. L’éro­tisme de cette danse des âmes perma­nente apporte ce qu’il faut de chair pour faire vivre la passion sur scène, en-deçà de l’abs­trac­tion visuelle. Le flux inin­ter­rompu de cette mélo­pée sans fin fait le reste, constam­ment habité par le geste de Jona­than Nott à la tête de l’Or­chestre de la Suisse Romande. Du grand art esthé­tique, qui pour une fois se prête parti­cu­liè­re­ment bien à la capta­tion, pour laquelle il a été conçu. Profi­tez-en pour vos dernières semaines de couvre-feu, c’est gratuit !

Les danseurs de Sidi Larbi Cher­kaoui et Damien Jallet aux pieds de Pelléas et Méli­sande.

Pelléas et Méli­sande de Claude Debussy. Nouvelle produc­tion du Grand théâtre de Genève, mise en scène Damien Jallet et Sidi Larbi Cher­kaoui, dispo­nible gratui­te­ment sur You tube ou sur Opéra Vision.

Beatrice Rana, le grand réci­tal piano de la fin d’an­née

Le voilà le grand récital de cette fin d’année ! Beatrice Rana (prononcée à l’italienne, elle vient des Pouilles) s’était révélée à nous avec une version d’anthologie des Variations Goldberg publiée chez Erato. Depuis, elle n’a cessé d’élargir son répertoire, engloutissant sous s...

Piotr Anders­zewski, un géant déli­cat du piano à Lyon

Piotr Anderszewski est un des grands interprètes de Bach d'aujourd'hui. Miracle à la polonaise : il est de retour à Piano à Lyon pour un récital consacré au préludes et fugues du Clavier bien tempéré, livre II, en miroir avec l'avant-dernière sonate de Beethoven dans laquelle il ...

Les Varia­tions Gold­berg comme vous ne les avez jamais enten­dues

Voilà un concert pas banal. Après avoir accueilli feu Nicholas Angelich dans des Variations Goldberg d’anthologie il y a près de dix ans, l’Opéra de Lyon reprend cette oeuvre pour clavier par excellence mais… dans une version pour orchestre à cordes, comme de multiples quatuors q...