Sortir à Lyon
Partager cet article :

Vertige au Grand théâtre de Genève

Pelléas et Méli­sande, c’est un peu Tris­tan et Isolde passé à l’eau forte du symbo­lisme (le livret est signé du poète Maurice Maeter­link). Un chant d’amour à la fois invi­sible et inin­ter­rompu qui se mêle à la respi­ra­tion du monde, dans une dimen­sion psycha­na­ly­tique autant que spiri­tuelle, qui ne pourra se résoudre qu’au-delà de la mort. Autant dégoû­ter tout de suite les moins fami­liers de l’art lyrique de passer 2h30 derrière votre écran, devant la dernière produc­tion du Grand théâtre de Genève, captée en janvier dernier faute d’avoir pu être donnée en public. Et pour­tant vous risque­riez de passer à côté d’un des plus beaux spec­tacles de la saison.

Un ballet d’images épous­tou­flantes

La sublime scéno­gra­phie de Marina Abra­mo­vic.

D’abord parce qu’en passant pour la première la rampe de la scène lyrique, la perfor­meuse et scéno­graphe serbe Marina Abra­mo­vic donne à voir un spec­tacle de chaque instant, trou­vant un équi­valent visuel cosmique somp­tueux au monde litté­raire de Maeter­linck (aidée par les vidéos de Marco Bram­billa), un peu comme lorsque Bill Viola avait créé ses images animées à partir de Tris­tan et Isolde dans la produc­tion mythique de Peter Sellars. Ensuite parce qu’elle est asso­ciée à deux des plus grands artistes belges dans cette produc­tion créée à l’Opéra de Flandres, Damien Jallet et Sidi Larbi Cher­kaoui, qu’on a eu souvent l’oc­ca­sion de voir sur le plateau de la Maison de la Danse. L’éro­tisme de cette danse des âmes perma­nente apporte ce qu’il faut de chair pour faire vivre la passion sur scène, en-deçà de l’abs­trac­tion visuelle. Le flux inin­ter­rompu de cette mélo­pée sans fin fait le reste, constam­ment habité par le geste de Jona­than Nott à la tête de l’Or­chestre de la Suisse Romande. Du grand art esthé­tique, qui pour une fois se prête parti­cu­liè­re­ment bien à la capta­tion, pour laquelle il a été conçu. Profi­tez-en pour vos dernières semaines de couvre-feu, c’est gratuit !

Les danseurs de Sidi Larbi Cher­kaoui et Damien Jallet aux pieds de Pelléas et Méli­sande.

Pelléas et Méli­sande de Claude Debussy. Nouvelle produc­tion du Grand théâtre de Genève, mise en scène Damien Jallet et Sidi Larbi Cher­kaoui, dispo­nible gratui­te­ment sur You tube ou sur Opéra Vision.

Double concert Haen­del, en rival de Vivaldi

C'est la nouvelle coqueluche des contre-ténors, beau gosse fan de hip hop apparu en bermuda le temps d'une vidéo, ce qui a suffi à enflammer la toile, qui ne demande qu'à s'embraser... le plus souvent par les yeux. Heureusement depuis, les récitals et les disques de Jakub Josef O...

Un Coq d’Or planté dans son décor

Qu'est-ce autre chose que l'opéra qu'un prétexte musical à un grand spectacle dans lequel on puisse reconnaître nos sentiments exacerbés ? C'est ce qu'on s'est dit en assistant au lever de rideau de ce Coq d'Or de Rimski-Korsakov promis à être joué cet été au festival d'Aix. Un c...

Audi­to­rium : derniers concerts de fin de saison

L'aviez-vous remarqué ? Si les cinémas et les musées ont bien rouvert le 19 mai, le spectacle vivant, à Lyon, pas encore... S'il reste quelques lieux paresseux qui préfèrent attendre la rentrée prochaine, après de tristes occupations (lire notre coup de pied au culte), une foule ...

Gergiev, Nelson et Gardi­ner à Berlioz

On vous avait prévenu : le "retour à la vie" selon le beau sous-titre de Lélio, oeuvre méconnue du grand Hector Berlioz, allait se faire en grandes pompes au festival de la Côte Saint-André. La promesse est désormais tenue avec l'ouverture de la billetterie depuis le mercredi 5 m...