Sortir à Lyon
Partager cet article :

Haen­del et Mozart au festi­val de Beaune

Bonne nouvelle du côté des festi­vals : après les annonces de program­ma­tion d’Avi­gnon ou de Jazz à Vienne et en atten­dant (impa­tiem­ment) les Nuits de Four­vière, c’est au tour du festi­val baroque de Beaune de dévoi­ler ses 4 week-ends tradi­tion­nels de juillet. Au menu, 7 grandes oeuvres, orato­rios ou opéras, en version de concert, et quatre réci­tals. Laurence Equil­bey et Jéré­mie Rhorer feront la part belle à Mozart, la première avec Lucio Silla et le second avec La Flûte enchan­tée.

William Chris­tie diri­gera L’Al­le­gro, Il Pense­roso ed il Mode­rato de Haen­del. (photo J.-B. Millot)

Haen­del Mania

Mais pour notre plus grand bonheur, c’est la musique de Haen­del qui se taille la part du lion, d’abord avec son oeuvre anglaise la plus complète mêlant pasto­rale, cantate et orato­rio, L’Al­le­gro, il Pense­roso ed il Mode­rato. Et ce n’est rien moins que le maes­tro William Chris­tie et ses Arts floris­sants qui vien­dra la diri­ger pour fêter ses 35 ans de fidé­lité au festi­val de Beaune, et son amour pour le compo­si­teur natu­ra­lisé anglais (on lui doit notam­ment la plus belle version de Serse avec Anne Sofie Von Otter). Mais Haen­del sera aussi à la fête par ses airs d’opé­ras lors du réci­tal de Paul-Antoine Bénos, jeune contre-ténor décou­vert avec bonheur lors des Pianis­simes dans les Monts-d’Or.

Lawrence Zazzo incar­nant le Jules César de Haen­del pour René Jacobs.

Alar­con et Zazzo sous la lune

Si Otta­vio Dantone repren­dra la belle version d’Il Trionfo del tempo et del disin­ganno qu’il avait déjà donné au festi­val d’Am­bro­nay (premier orato­rio de Haen­del créé à Rome dans sa jeunesse et qu’il repren­dra à la toute fin de sa vie comme un geste testa­men­taire), c’est le Semele dirigé par Leonardo Garcia Alar­con (photo) qui fait l’évé­ne­ment : opéra clan­des­tin sur les amours de Jupi­ter à une époque où Haen­del a dû renon­cer à son amour pour l’opéra italien, il consti­tue avec Hercules son plus beau « musi­cal drama », soit la plus belle tenta­tive d’opéra anglais. Leo Alar­con et son orchestre de la Capella Medi­ter­ra­nea ont déjà eu l’oc­ca­sion de se frot­ter avec bonheur à la musique de scène de Haen­del notam­ment avec Alcina. Cerise sur le pudding, il aura en plus la chance de diri­ger parmi la distri­bu­tion Lawrence Zazzo, le contre-ténor actuel qui a le plus inter­prété d’opéra de Haen­del, avec un art accom­pli du bel canto. Un des grands rendez-vous de l’été.

39e festi­val inter­na­tio­nal baroque de Beaune. Les week-ends de 9, 16, 23 et 30 juillet. Program­ma­tion complète << ici >>.

Semele de Haen­del par Leonardo Garcia Alar­con et la Capella Medi­ter­ra­nea, avec Lawrence Zazzo. Samedi 17 juillet à 21h dans la Cour des Hospices de Beaune. De 15 à 120 €. Toute la distri­bu­tion << ici >>.

Maria Joao Pires donne un réci­tal en état de grâce

Rien qu'à saluer la salle les mains jointes et humbles, souriante, on voit déjà toute la grande dame qu'elle est : ce petit bout de femme nommée Maria Joao Pires qui entre d'un pas décidé sur la scène de l'Auditorium est bien à la hauteur de sa légende : pas de chichi (elle ne fe...

Comment Philippe Jaroussky chante Fari­nelli

La grande époque londonienne de l’opéra italien était celle de toutes les rivalités : celle entre théâtres et compagnies, ou celle entre divas dont les Rival Queens les plus célèbres étaient la Faustina et la Cuzzoni, championnes du crêpage de chignon sur scène, dans des anecdote...

Maria Joao Pires, le meilleur de Mozart à l’Au­di­to­rium

C’est une des pianistes les plus délicates et populaires d’aujourd’hui. Maria Joao Pires joue désormais rarement en soliste, mais a choisi l’ONL et son directeur Nikolaj Szeps-Znaider pour être artiste associée. ça tombe bien : comme elle, mais au violon, le grand Nikolaj a enreg...

Zylan, un opéra contre l’ho­mo­pho­bie

C’est une des nouveautés mises en avant par Richard Brunel, le nouveau directeur de l’Opéra de Lyon : mettre en scène des petites formes hors les murs pour tous les publics dès l’adolescence, moins chères, plus accessibles, et toujours aussi inventives. C’est le cas avec Zylan ne...