Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le grand projet disco­gra­phique de l’ONL

à peine arrivé depuis septembre à l’Au­di­to­rium, que le nouveau direc­teur musi­cal Niko­laj Szeps-Znai­der a déjà lancé un projet artis­tique d’une ampleur digne des grandes heures d’Emma­nuel Krivine. Malgré l’ab­sence de public (pas merci Rose­lyne), il a d’abord travaillé en orfèvre le coeur de la musique sympho­nique avec l’ONL, des débuts du clas­sique (Schu­mann, Mendels­sohn) à la 4e de Mahler (à réécou­ter << ici >>), en passant par une sublime Héroïque de Beetho­ven, digne de Harnon­court (à réécou­ter << >>).

Niko­laj Szeps-Znai­der, le direc­teur musi­cal de l’ONL.

De Berlioz à Strauss

On verra ce qu’il nous réserve pour la fin de saison (l’Au­di­to­rium devrait rouvrir après le 25 mai, chic !), mais le voilà déjà de retour cette semaine avec l’ONL pour un projet pas banal : l’en­re­gis­tre­ment au disque d’une antho­lo­gie des poèmes sympho­niques, en colla­bo­ra­tion avec le Pala­zetto Bru Zane à Venise, “Centre de musique roman­tique française”. Le “poème sympho­nique” est comme son nom l’in­dique une forme orches­trale libre, musique « à programme » aux réfé­rences litté­raires assu­mées, souvent d’un seul tenant. On pour­rait dater ses débuts avec la célèbre Sympho­nie fantas­tique de Berlioz, ou encore de son Harold en Italie (à écou­ter au festi­val Berlioz cet été). L’in­ven­ti­vité du grand compo­si­teur auto­di­dacte de la Côte Saint-André a fait école après lui : les Russes, qui l’ado­raient, comme les Alle­mands, vont prendre exemple sur lui, comme un certain Richard Strauss, chou­chou de toute la musique vien­noise que vénère Niko­laj Szeps Znai­der, qui a plus composé de poèmes sympho­niques que de sympho­nies…

Augusta Holmès (1849–1903), toute une (belle) époque…

Vive les femmes !

Avec ce nouveau projet disco­gra­phique de l’ONL, il s’agit surtout de goûter le plai­sir de la musique française sympho­nie de forme libre, comme a toujours aimé l’in­ter­pré­ter l’ONL. A travers les compo­si­teurs recon­nus (César Franck, Saint-Saens et sa célèbre Danse macabre, Duparc ou Chabrier), mais aussi des compo­si­trices à redé­cou­vrir, comme Lili Boulan­ger (“D’un matin de prin­temps”) ou Augusta Holmès. Niko­laj Szeps-Znai­der a d’ailleurs déjà dirigé la musique de cette dernière avec le splen­dide inter­lude roman­tique La Nuit et l’amour, qui figure au menu de la première session d’en­re­gis­tre­ment entre­prise cette semaine. Une seconde session aura lieu en 2022 (on l’es­père avec du Berlioz et du Strauss !), avant une paru­tion prévue pour 2023 sous le label Bru Zane. Et les concerts live qui s’im­posent pour le public lyon­nais.

Photo en haut : Niko­laj Szeps-Znai­der en train d’en­re­gis­trer la Danse macabre de Saint-Saens cette semaine à l’Au­di­to­rium lorsque nous y étions. (L.H.)

Slalom, le + beau film de la rentrée

Longtemps repoussé, le premier film de Charlène Favier tourné en Savoie sort enfin pour la réouverture des salles le 19 mai prochain. Un sujet brûlant (l'emprise d'un coach sur une jeune skieuse), la révélation d'une cinéaste subtile qui mise sur la complexité des personnages... ...

Taver­nier, la vie et rien d’autre

Il y a des titres qui résonnent plus que d’autres, comme celui d’un des grands films de Tavernier, après un an que nous voilà cloîtrés par la pandémie... Dans un de ses derniers entretiens, accordé à Arte il y a à peine quelques semaines pour parler du western qu’il aime, Bertran...