Sortir à Lyon
Partager cet article :

Gergiev, Nelson et Gardi­ner à Berlioz

On vous avait prévenu : le « retour à la vie » selon le beau sous-titre de Lélio, oeuvre mécon­nue du grand Hector Berlioz, allait se faire en grandes pompes au festi­val de la Côte Saint-André. La promesse est désor­mais tenue avec l’ou­ver­ture de la billet­te­rie depuis le mercredi 5 mai.

Carré d’as

Après une grande fête de l’eau popu­laire au son des Water music de Haen­del en ouver­ture, ce sont les meilleures phalanges qui vont se bous­cu­ler pour le festi­val clas­sique et « fantas­tique » de la région : Hervé Niquet et son Concert Spiri­tuel, toujours pour du Haen­del (Israel en Egypte), Jéré­mie Rhorer et son Cercle de l’Har­mo­nie, ou encore l’Orchestre Natio­nal de Lyon, pour qui le festi­val Berlioz fut créé par Serge Baudo en 1979, avec une oeuvre majeure à rebours de l’image un brin cari­ca­tu­ral d’un Berlioz éter­nel­le­ment survolté : L’En­fance du Christ, portée par le choeur Spirito. En prime, c’est un grand Berlio­zien qui vien­dra diri­ger ce monu­ment de la musique reli­gieuse : John Nelson, les anglo-saxons étant encore les plus ardents défen­seurs de la musique françai­se… Grand habi­tué du festi­val de la Côte Saint-André (à prix tout doux), John Eliot Gardi­ner vien­dra quelques jours plus tard diri­ger un programme sensuel comme il les aime autour des Nuits d’été, à la tête de son Orchestre révo­lu­tion­naire et roman­tique, le bien nommé.

John Eliot Gardi­ner, grand habi­tué de la Côte Saint-André (photo Simon Canetty-Clarke).

Deux soirées avec Valery Gergiev

Clou du spec­tacle, récem­ment enrôlé par le direc­teur du festi­val, Bruno Messina, Valery Gergiev vien­dra diri­ger deux chefs-d’oeuvre du grand Hector coup sur coup, avec son choeur et orchestre du théâtre Mariinsky de Saint-Péters­bourg s’il vous plaît : une Damna­tion de Faust avec sa célèbre Marche hongroise litté­ra­le­ment à se damner (la distri­bu­tion est en cours, mais avec Gergiev, nous ne sommes pas inquiets…), et un Requiem de Berlioz qui s’an­nonce déjà comme un grand moment d’émo­tion, de deuil et de musique post-Covid, par une des plus grandes baguettes mondiales d’aujourd’­hui. Sans comp­ter, comme toujours, les invi­tés de marque de la musique et au-delà, comme Bertrand Chamayou jouant Saint-Saens ou encore Véro­nique Gens pour venir inter­pré­ter les grandes figures fémi­nines de la litté­ra­ture de Flau­bert : Cléo­pâtre, Salomé ou Salammbô. Vos nuits de fin d’été seront déci­dé­ment plus belles que vos jours d’aujourd’­hui…

La scène de la cour du Château Louis XI de la Côte Saint-André.

Festi­val Berlioz, le retour à la vie. Du 17 au 31 août à la Côte Saint-André (Isère). Toute la program­ma­tion et la billet­te­rie sont désor­mais en ligne.

Ecou­tez aussi tout le détail de la program­ma­tion avec Bruno Messina et Luc Hernan­dez dans l’émis­sion Berlioz, vie héroïque.

Beatrice Rana, le grand réci­tal piano de la fin d’an­née

Le voilà le grand récital de cette fin d’année ! Beatrice Rana (prononcée à l’italienne, elle vient des Pouilles) s’était révélée à nous avec une version d’anthologie des Variations Goldberg publiée chez Erato. Depuis, elle n’a cessé d’élargir son répertoire, engloutissant sous s...

Piotr Anders­zewski, un géant déli­cat du piano à Lyon

Piotr Anderszewski est un des grands interprètes de Bach d'aujourd'hui. Miracle à la polonaise : il est de retour à Piano à Lyon pour un récital consacré au préludes et fugues du Clavier bien tempéré, livre II, en miroir avec l'avant-dernière sonate de Beethoven dans laquelle il ...

Les Varia­tions Gold­berg comme vous ne les avez jamais enten­dues

Voilà un concert pas banal. Après avoir accueilli feu Nicholas Angelich dans des Variations Goldberg d’anthologie il y a près de dix ans, l’Opéra de Lyon reprend cette oeuvre pour clavier par excellence mais… dans une version pour orchestre à cordes, comme de multiples quatuors q...