Sortir à Lyon
Partager cet article :

Réou­ver­ture de l’ONL : la surprise du chef !

Pour le concert d’ou­ver­ture de saison de l’Au­di­to­rium, Niko­laj-Szeps Znai­der a réservé jeudi soir la plus belle des surprises : dégai­ner son violon pour accom­pa­gner l’idole de son enfance, Pinchas Zuker­man, juste avant l’en­tracte.

Il y avait la queue des grands soirs devant l’Au­di­to­rium jeudi soir : une bonne centaine de mètres de spec­ta­teurs patients, alignés en serpen­tins pour montrer leur passe sani­taire. Cinq minutes après 20h, la silhouette affi­née et la coupe de cheveux toute fraîche, Niko­laj Szeps-Znai­der entrait sur la scène pour diri­ger tout de go, à peine monté sur l’es­trade, l’ou­ver­ture de La Force du destin de Verdi. Celle-là même que l’ONL avait joué il y a un an pour un concert hommage aux soignants.

Depuis, les masques sont tombés (sur scène) avec le passe sani­taire, et le programme s’est étoffé : la fanfare et le destin qui toque à la porte de la quatrième sympho­nie de Tchaï­kovski, monu­ment roman­tique composé à Venise, répondent à la verve de Verdi par le lyrisme russe, en démon­trant les états de santé de l’or­chestre, du troi­sième mouve­ment bati­fo­lant en pizz jusqu’au finale ruti­lant.

Duo magique

Pinchas Zuker­man et Niko­laj Szeps-Znai­der
juste après leur duo sur la scène de l’Au­di­to­rium.

Mais le plus beau moment du concert sera venu juste avant l’en­tracte : toujours soucieux de trans­mettre l’idéal de la musique et de s’adres­ser au public en quelques mots en français SVP, Niko­las Szeps-Znai­der avait invité pour la première fois à Lyon celui qui fut le « son » de son enfance avant qu’il ne devienne violo­niste : Pinchas Zuker­man. Et c’est en allant cher­cher son violon en coulisses après le premier concerto de Max Bruch que le chef a créé la surprise : « C’est un moment très spécial pour moi », s’est ouvert le maes­tro en français dans le texte. « Pinchas Zuker­man ne se voyait pas donner un bis tout seul alors j’ai accepté de prendre mon violon pour l’en­cou­ra­ger, et jouer ensemble une pièce qui a été compo­sée ici à Lyon, un alle­gro de Jean-Marie Leclair« . Les deux amis ont fait tour­ner leurs pupitres avant d’en­ta­mer un duo impromptu entre deux des plus grands violo­nistes d’aujourd’­hui comme s’ils nous invi­taient dans leur salle de répé­ti­tion. Moment magique.

Concert d’ou­ver­ture de l’ONL (Verdi, Bruch, Tchai­kovski). Samedi 25 septembre à 18h à l’Audi­to­rium de Lyon (avec un bis diffé­rent selon ce que nous ont raconté les inter­prètes en coulisses). De 8 à 49 €.

Ecou­tez aussi Niko­las Szeps-Znai­der vous présen­ter le concert et parler de son ami Pinchas Zuker­man dans Au coeur de l’ONL sur RCF.

Berlioz, le plus beau festi­val clas­sique de l’été

Cette fois, Valery Gergiev ne viendra pas, nationalité russe oblige. Sir John Eliot Gardiner, autre grand habitué, non plus. Et pourtant, la programmation de la nouvelle édition du festival Berlioz à la Côte-Saint-André s'annonce toujours aussi belle, fourmillant de "milliers de ...

Adieu Nicho­las Ange­lich, un des plus grands pianistes d’aujourd’­hui

Il y a peu de monstres sacrés qui avaient l’allure d’un grand nounours aussi gentil. Il était né aux Etats-Unis d’une mère de l’URSS et d’un père du Montenegro, et c’était un fidèle de Piano à Lyon et des orchestres lyonnais. Enfant de l’Europe de l’Est par ses parents musiciens,...