Sortir à Lyon
Partager cet article :

Maria Joao Pires donne un réci­tal en état de grâce

Rien qu’à saluer la salle les mains jointes et humbles, souriante, on voit déjà toute la grande dame qu’elle est : ce petit bout de femme nommée Maria Joao Pires qui entre d’un pas décidé sur la scène de l’Au­di­to­rium est bien à la hauteur de sa légende : pas de chichi (elle ne fera pas l’al­ler-retour entre le Schu­bert et le Debussy de la première partie de son réci­tal pour se faire applau­dir, de l’em­pa­thie à revendre et elle attaque drue à peine assise : une 13e sonate presque mozar­tienne dans un premier mouve­ment à la gaieté sereine. Il y a tout dans le Schu­bert de Maria Joao Pires : son toucher en état de grâce qui vient timbrer le moindre pianis­simo jusqu’à aller cares­ser les oreilles des spec­ta­teurs au deuxième balcon de l’Au­di­to­rium, mais aussi la struc­ture de l’oeuvre, toujours très archi­tec­tu­rée comme dans le Beetho­ven qu’elle inter­prè­tera en seconde partie du réci­tal et qu’ad­mi­rait tant Schu­bert et dont en grande maîtresse du clavier elle ne perd jamais la dyna­mique, se permet­tant l’air de rien un rubato inso­lent pour abor­der le finale à la façon d’un scherzo.

Maria Joao Pires à la fin de son réci­tal sur la scène de l’Au­di­to­rium le samedi 20 novembre 2021.

Schu­bert et l’in­fini

Après la Suite berga­masque de Debussy qui nous vaut un Clair de lune si poétique qu’on croi­rait l’en­tendre pour la première fois, elle aborde la dernière sonate de Beetho­ven et ses deux seuls mouve­ments, dont le grand adagio canta­bile déployé en volutes vers l’éter­nité. Il n’y a qu’elle pour poser les premiers accords comme un chant infini qui salue une dernière fois la puis­sance de la vie, avant de déployer son art du contre­point en souve­nir de Bach. Elle revien­dra au thème initial avec une faci­lité si décon­cer­tante qu’on jure­rait qu’il n’y avait plus de temps. Cette fin de concert est d’au­tant plus belle qu’elle fait suite aux deux sonates précé­dentes qu’elle avait données lors d’un réci­tal en 1986 à Lyon, déjà pour les Grands inter­prètes, comme si elle pour­sui­vait son discours fidèle à travers les années. Il met aussi un point final à la semaine que cette soliste de plus en plus rare a pris la peine de passer avec l’ONL et l’Au­di­to­rium depuis le concerto Jeune homme de Mozart inter­prété samedi dernier avec l’or­chestre de Niko­laj Szeps-Znai­der. Une semaine en rési­dence en quelque sorte avec une des plus grandes solistes d’aujourd’­hui, lumi­neuse et sereine, hors d’âge, en plein âge d’or. C’est ce qui s’ap­pelle vivre des moments d’ex­cep­tion.

Compte-rendu du réci­tal de Maria Joao Pires du samedi 20 novembre à l’Audi­to­rium (Sonate n°13 de Schu­bert, Suite berga­masque de Debussy, Sonate n°32 de Beetho­ven), dans le cadre des Grands inter­prètes.

De la grande musique roman­tique !

C’est devenu LE théâtre musical de la Métropole avec une programmation alternative aux grandes institutions, souvent des plus alléchantes. C’est le cas dès ce concert d’entrée dans l’automne, dans lequel le quatuor Debussy est allé chercher un compète supplémentaire, Nima Sarkech...

Fran­cesco Corti, coup de coeur du festi­val d’Am­bro­nay

Claveciniste hors pair et ancien continuiste des Musiciens du Louvre, Francesco Corti est devenu un chef d’orchestre à part entière avec un sens du théâtre peu commun. Il est de passage au festival d’Ambronay. A ne rater sous aucun prétexte. Vous venez de sortir un double ...