Sortir à Lyon
Partager cet article :

Viens voir Retour vers le futur en ciné-concert avec l’ONL

Souve­nez-vous : les réveils diffi­ciles, le grille-pain qui brûle, les Nike de toujours aux pieds et le skate pour aller au lycée… Bran­chez la guitare élec­trique et partez dans une nouvelle dimen­sion, celle du “pouvoir de l’amour”, chan­son culte du film. Voilà qui n’est pas banal pour l’ONL de consa­crer un ciné-concert sympho­nique à partir d’un film qui parle d’un musi­cien en herbe d’un groupe de rock… qui habite en plus le lotis­se­ment “Lyon”, ça ne s’in­vente pas ! Rassu­rez-vous, le grand orchestre fait bien son entrée avec la machine tempo­relle de Chris­to­pher LLoyd sur la musique d’Alan Silves­tri, pour s’en­vo­ler vers un complexe œdipien des années 50 (la propre mère de Michael J. Fox ne manquera pas de le draguer). Le film est resté culte pour ses 1001 trou­vailles visuelles dignes d’un maga­sin de farces et attrapes qui sédui­ront sûre­ment les geeks d’aujourd’­hui, surtout ceux qui ont un complexe avec leur mère…

Retour vers le futur de Robert Zeme­ckis (EU, 1985) avec Michael J. Fox, Chris­to­pher Lloyd, Lea Thomp­son… Ciné-concert avec l’Or­chestre natio­nal de Lyon dirigé par Ernst van Tiel. Du jeudi 2 au samedi 4 décembre à 20h (sam 18h) à l’Audi­to­rium, Lyon 3e. De 34 à 48 €.

La plus longue Fête de la musique, de Lyon à Villeur­banne

[mis à jour] « Le plus grand boulevard musical d’Europe », rien que ça ! Les maires de Lyon et Villeurbanne se félicite de leur partenariat à l’occasion des 40 ans de la Fête de la musique. Conçue en vases communicants entre la capitale de Rhône-Alpes et la capitale Française ...

Peer Gynt, un opéra de légende pour enfants

C’est une pièce de théâtre devenue célèbre par sa musique. Au point de devenir aujourd’hui un opéra court et enivrant, idéal pour découvrir l’art lyrique en famille. Avec des pièces comme Hedda Gabler ou Maison de poupée, Ibsen n’avait pourtant vraiment rien d’un joyeux drille. C...

Shirine, le nouvel opéra déce­vant de Thierry Escaich

Comme toujours avec Escaich, il y a des merveilles de musique dans Shirine. Un croisement jusqu'à l'ivresse entre la mécanique symphonique - plus efficace parfois qu'une musique de film hollywoodienne - et les instruments traditionnels perses, créant un impressionnisme oriental ...