Sortir à Lyon
Partager cet article :

La Chauve-Souris, le grand concert vien­nois du Nouvel An

Mieux vaut être schi­zo­phrène que tout seul !” Voilà le beau programme de La Chauve-souris de Johann Strauss, l’opé­rette vien­noise par excel­lence dont l’es­prit pétillant reflète sans cesse un fond beau­coup plus sombre, comme dans les grandes comé­dies. Tout y est alerte, rassu­rez-vous, les bulles de cham­pagne fusent mais la déca­dence de cette grande société vien­noise conduira à la prison, et à la drôle­rie de chaque situa­tion répond toujours un malheur senti­men­tal. D’où la diffi­culté d’in­ter­pré­ta­tion de ce joyeux monde courant à sa perte.

Danser sur un volcan

A la tête de l’ONL, Niko­laj Szeps-Znai­der connaît toute la musique vien­noise qu’il aime comme sa poche, et saura avec un plateau de choix aussi bien galva­ni­ser la grande salle de l’Au­di­to­rium, que nous tendre un miroir de tendresse dans lequel se conso­ler de nos failles exis­ten­tielles, le temps d’un éclat de rire. Un beau programme pour une fin d’an­née. En prime, on est heureux de retrou­ver Jean Lacor­ne­rie, ancien direc­teur du théâtre de la Croix-Rousse et grand amou­reux de la comé­die musi­cale (lire notre article sur son Pajama Game), venir animer le plateau pour les fêtes. Il vient d’en monter une nouvelle produc­tion pour l’Opéra de Rennes (photo), qu’il devrait adap­ter pour le grand plateau de l’Audi.


La Chauve-souris de Johann Strauss fils. Direc­tion musi­cale Niko­laj Szeps-Znai­der avec l’ONL. Mise en scène Jean Lacor­ne­rie. Du mer 29 décembre au sam 1er janvier 2022 à 20h (sam 16h) à l’Au­di­to­rium, Lyon 3e. De 8 à 69 €.

Piotr Anders­zewski, un géant déli­cat du piano à Lyon

Piotr Anderszewski est un des grands interprètes de Bach d'aujourd'hui. Miracle à la polonaise : il est de retour à Piano à Lyon pour un récital consacré au préludes et fugues du Clavier bien tempéré, livre II, en miroir avec l'avant-dernière sonate de Beethoven dans laquelle il ...

Les Varia­tions Gold­berg comme vous ne les avez jamais enten­dues

Voilà un concert pas banal. Après avoir accueilli feu Nicholas Angelich dans des Variations Goldberg d’anthologie il y a près de dix ans, l’Opéra de Lyon reprend cette oeuvre pour clavier par excellence mais… dans une version pour orchestre à cordes, comme de multiples quatuors q...