Sortir à Lyon
Partager cet article :

Commen­cez l’an­née avec le grand piano de Genui­sas !

On aura rare­ment vu un jeune pianiste avoir une force de concen­tra­tion, un dévoue­ment à la musique aussi intenses, en même temps qu’une fougue hors du commun. Et pour­tant, Lukas Geniu­sas ne force pas, ne démontre jamais, il chante tout le temps. Un croi­se­ment aussi impres­sion­nant qu’im­pro­bable entre la fougue d’un jeune Kissin et la préci­sion de lecture d’un Soko­lov. Car une lecture, il en a une, et parti­cu­liè­re­ment dans Schu­bert qu’il était déjà venu inter­pré­ter à l’Au­di­to­rium, dans un jeu décharné et cris­tal­lin, loin de tout senti­men­ta­lisme. Si son jeu est aussi impres­sion­nant, ce n’est donc pas seule­ment du fait d’une virtuo­sité incon­tes­table mais surtout d’une matu­rité qui laisse pantois, jamais au béné­fice des œuvres les plus faciles. Le programme choisi pour Piano à Lyon est ici à se damner : en plus des plus beaux impromp­tus de Schu­bert dont le plus célèbre en sol bémol majeur (entendu dans Trop belle pour toi), il épan­chera le lyrisme dont il est tout aussi capable dans des mazur­kas et barca­rolle de Chopin. Avec, pour l’an­née Proust qui débute, des valses de la Belle époque de Reynaldo Hahn en inter­lude. Immanquable.

Lukas Genui­sas, piano (Schu­bert, Chopin, Reynaldo Hahn). Vendredi 15 janvier à 20h30 à Piano à Lyon, salle Molière, Lyon 5e. De 22 à 44 €.

Peer Gynt, un opéra de légende pour enfants

C’est une pièce de théâtre devenue célèbre par sa musique. Au point de devenir aujourd’hui un opéra court et enivrant, idéal pour découvrir l’art lyrique en famille. Avec des pièces comme Hedda Gabler ou Maison de poupée, Ibsen n’avait pourtant vraiment rien d’un joyeux drille. C...

Shirine, le nouvel opéra déce­vant de Thierry Escaich

Comme toujours avec Escaich, il y a des merveilles de musique dans Shirine. Un croisement jusqu'à l'ivresse entre la mécanique symphonique - plus efficace parfois qu'une musique de film hollywoodienne - et les instruments traditionnels perses, créant un impressionnisme oriental ...

Berlioz, le plus beau festi­val clas­sique de l’été

Cette fois, Valery Gergiev ne viendra pas, nationalité russe oblige. Sir John Eliot Gardiner, autre grand habitué, non plus. Et pourtant, la programmation de la nouvelle édition du festival Berlioz à la Côte-Saint-André s'annonce toujours aussi belle, fourmillant de "milliers de ...