Sortir à Lyon
Partager cet article :

Natha­lie Stutz­mann vous emmène au sommet de la grande musique roman­tique russe

Nathalie Stutzmann dirige Dvorak et Tchikovski à l'ONL Auditorium.
Nathalie Stutzmann, cheffe d'orchestre d'un soir à l'ONL.

Natha­lie Stutz­mann a toujours été à part. Elle a été une des grands contral­tos à la voix grave de la musique baroque avant de deve­nir une pion­nière de la direc­tion d’or­chestre. Elle a enre­gis­tré notam­ment un des plus beaux réci­tals d’Airs d’opéra de Haen­del avec Roy Good­man avant de prendre la tête de son Orfeo 55 pour diri­ger Bach ou Vivaldi. En dimi­nuant progres­si­ve­ment sa carrière de chan­teuse à la voix fémi­nine sans pareil, elle s’est progres­si­ve­ment ouverte paral­lè­le­ment à la musique moderne jusqu’à être nommée aujourd’­hui direc­trice de l’Or­chestre sympho­nique d’At­lanta.

Duo 100% fémi­nin

Une consé­cra­tion pour cette formi­dable musi­cienne au tempé­ra­ment enthou­siaste et fougueux qui vient diri­ger l’ONL (dont elle aurait pu être aussi direc­trice musi­cale) avec un programme roman­tique qui devrait lui aller comme un gant de velours : la cinquième sympho­nie au fatal destin de Tchaï­kovski, à laquelle fait écho le deuxième concerto pour violon­celle de Dvorak plein d’ef­fu­sions, citant Eugène Onéguine du même Tchaï­kovski pour dire adieu au premier amour de Dvorak. Bref, si vous aimez la grande musique sympho­nique et les épan­che­ments sympho­niques même après la Saint-Valen­tin, ce concert est fait pour vous. Avec en prime une jeune et grande soliste améri­caine à décou­vrir, Alisa Weiler­stein, qui a gravé le concerto de Dvorak au disque pour Decca. Un concert au fémi­nin parfait comme une courbe de violon­celle.


Natha­lie Stuz­mann dirige l’ONL, 5e sympho­nie de Tchaï­kovski : concerto pour violon­celle en si mineur de Dvorak avec Alisa Weiler­stein, soliste. Jeudi 7 à 20h et samedi 9 avril à 18h à l’Au­di­to­rium, Lyon 3e. De 8 à 49 €.

Berlioz, le plus beau festi­val clas­sique de l’été

Cette fois, Valery Gergiev ne viendra pas, nationalité russe oblige. Sir John Eliot Gardiner, autre grand habitué, non plus. Et pourtant, la programmation de la nouvelle édition du festival Berlioz à la Côte-Saint-André s'annonce toujours aussi belle, fourmillant de "milliers de ...

Adieu Nicho­las Ange­lich, un des plus grands pianistes d’aujourd’­hui

Il y a peu de monstres sacrés qui avaient l’allure d’un grand nounours aussi gentil. Il était né aux Etats-Unis d’une mère de l’URSS et d’un père du Montenegro, et c’était un fidèle de Piano à Lyon et des orchestres lyonnais. Enfant de l’Europe de l’Est par ses parents musiciens,...