Sortir à Lyon
Partager cet article :

Adieu Nicho­las Ange­lich, un des plus grands pianistes d’aujourd’­hui

Hommage à Nicholas Angelich.
Nicholas Angelich, habitué de Piano Lyon et de l'Auditorium.

Il y a peu de monstres sacrés qui avaient l’al­lure d’un grand nounours aussi gentil. Il était né aux Etats-Unis d’une mère de l’URSS et d’un père du Monte­ne­gro, et c’était un fidèle de Piano à Lyon et des orchestres lyon­nais. Enfant de l’Eu­rope de l’Est par ses parents musi­ciens, Nicho­las Ange­lich jouait partout, pour tout le monde, et ce n’est pas un vain mot, surtout aujourd’­hui. La musique russe comme la musique alle­mande ou française sur les plus grandes scènes inter­na­tio­nales. On l’avait vu jouer une chaus­sette trouée à la cheville tant il ne vivait que par la musique en se fichant des appa­rences, sortant à peine coiffé de sa chambre d’hô­tel. D’une timi­dité mala­dive, cher­chant ses mots, il était toujours dispo­nible. Mélan­co­lique de nature selon l’âme slave de ses parents, il était tell­lu­rique quand il se mettait à un piano. Et pouvait jouer à travers le monde comme sur la petite scène du village de Roche­bonne dans le Beaujo­lais pour trois fois rien, chez son ami Hervé Billaut. “Je ne fais aucune diffé­rence entre les publics” disait-il. “Il importe de rester vrai, d’agir selon ses besoins, en accord avec ses convic­tions.” Pour celles et ceux qui aiment le piano, Nicho­las Ange­lich était un ami. Il jouait la musique pour “se sortir de lui-même” comme il disait et de cette mala­die respi­ra­toire dégé­né­ra­tive qui l’a emporté. Il nous emme­nait toujours avec lui. Et comme une foule de gens à Lyon et Nicho­las Ange­lich m’a donné beau­coup trop de bonheur pour ne pas tapo­ter à mon tour sur mon clavier, quelques mots pour ce pianiste qui fut une des plus belles rencontres musi­cales de ma vie. Vive les beaux jours, ils lui doivent beau­coup.

Fran­cesco Corti, coup de coeur du festi­val d’Am­bro­nay

Claveciniste hors pair et ancien continuiste des Musiciens du Louvre, Francesco Corti est devenu un chef d’orchestre à part entière avec un sens du théâtre peu commun. Il est de passage au festival d’Ambronay. A ne rater sous aucun prétexte. Vous venez de sortir un double ...

Ambro­nay fait la fête avec les cantates de Haen­del

Haendel lui doit beaucoup : comme contre-ténor, René Jacobs avait enregistré en 1979 avec Alan Curtis Admeto, le tout premier enregistrement d'un opéra intégral du compositeur. Comme chef, il dirigera quelques années plus tard la première version fidèle à la partition de Giulio C...