Sortir à Lyon
Partager cet article :

Shirine, légende orien­tale par un maître de l’opéra d’aujourd’­hui

Thierry Escaich crée Shirine à l'Opéra de Lyon.
Thierry Escaich.

Le mois de mai sera celui de la créa­tion contem­po­raine ou ne sera pas. A côté des produc­tions inédites de Julie de Philippe Boes­mans à Dijon ou Lance­lot de Victo­rien Joncières à Saint-Etienne (à lire dans notre numéro de mai), l’évé­ne­ment musi­cal a bien lieu à l’Opéra de Lyon : le retour de Thierry Escaich, orga­niste de premier plan et génial impro­vi­sa­teur sur les films muets, pour sa deuxième compo­si­tion pour la maison lyon­naise. Après l’ex­tra­or­di­naire succès de Claude, sur un livret de Robert Badin­ter en 2013, Escaich quitte l’uni­vers carcé­ral et la peine de mort pour l’éman­ci­pa­tion fémi­nine inspi­rée par la musique tradi­tion­nelle iranienne.

Contes et légendes de Thierry Escaich

Sa connais­sance profonde de l’im­pro­vi­sa­tion musi­cale lui permet d’in­té­grer les couleurs et la pratique propres à un certain nombre d’ins­tru­ments perses, en gardant son atta­che­ment pour une musique narra­tive, portée par un véri­table goût pour la drama­tur­gie qui le distingue de nombre de ses pairs. En plus de mettre en scène une histoire sur trois géné­ra­tions à partir d’un poème perse du XIIe siècle, Shirine trans­porte donc la musique d’Es­caich vers les contes et légendes orien­tales, dans une image­rie parti­cu­liè­re­ment ciné­ma­to­gra­phique, non sans éluder le contexte poli­tique de cette prin­cesse chré­tienne d’Ar­mé­nie détour­nant la malé­dic­tion de la mort, réécrite par Atiq Rahimi, prix Goncourt 2008. Il était déjà auteur lui aussi d’un opéra pour Lyon en 2011, Terre et cendres. Qui a dit que l’opéra était un art du passé ?

Le génie tech­nique de Thierry Escaich à l’orgue sur Game of thrones.


Shirine de Thierry Escaich. Mise en scène Richard Brunel. Du lundi 2 au jeudi 12 mai à 20h (dim 16h) à l’Opéra de Lyon, Lyon 1er. Durée : 1h45 envi­ron. De 10 à 85 €. (lire notre critique)

Fran­cesco Corti, coup de coeur du festi­val d’Am­bro­nay

Claveciniste hors pair et ancien continuiste des Musiciens du Louvre, Francesco Corti est devenu un chef d’orchestre à part entière avec un sens du théâtre peu commun. Il est de passage au festival d’Ambronay. A ne rater sous aucun prétexte. Vous venez de sortir un double ...

Ambro­nay fait la fête avec les cantates de Haen­del

Haendel lui doit beaucoup : comme contre-ténor, René Jacobs avait enregistré en 1979 avec Alan Curtis Admeto, le tout premier enregistrement d'un opéra intégral du compositeur. Comme chef, il dirigera quelques années plus tard la première version fidèle à la partition de Giulio C...