Sortir à Lyon
Partager cet article :

Niko­laj Szeps-Znai­der fait de la 3e de Mahler son chant d’amour de la musique vien­noise

Znaider ONL Auditorium Lyon
Nikolaj Szeps-Znaider et l'ONL à la fin de la Troisième symphonie.

Après Beetho­ven, Niko­laj Szeps-Znai­der pour­suit son cycle Mahler avec la Troi­sième sympho­nie, la plus longue du réper­toire. Un grand moment de musique auquel on a assisté le 25 mars dernier, qui en annonce d’autres à venir… la saison prochaine avec l’Or­chestre natio­nal de Lyon.

C’est toute la Créa­tion qui traverse la 3e sympho­nie de Mahler, la plus longue du réper­toire, commençant par une grande marche « sur les rochers » de plus d’une demi-heure, initiée par une merveille de percus­sions rocailleuses aux timbales mysté­rieuses comme une terre qui tremble. Toute l’au­to­rité de Niko­laj Szeps-Znai­der se fait sentir d’en­trée de jeu entre un tutti à cent musi­ciens qui emporte la salle, et d’un simple serre­ment de doigts le silence qui se fait recueille­ment. On sait déjà qu’on va être parti pour un grand moment. La musique vien­noise est sa musique, et celle de Mahler la portant à un pont de rupture incan­des­cent nour­rit toutes les ambi­tions de Znai­der à la tête de l’ONL.

Nicole Corti, cheffe de choeur, Chris­tian Léger trom­pette solo, Niko­laj Szeps-Znai­der et Anaïk Morel aux saluts samedi 25 mars à l’Au­di­to­rium.

Sans doute galva­ni­sés par cette pres­ta­tion unique liée à l’an­nu­la­tion du premier concert prévu jeudi pour cause de grève, les pupitres de l’ONL jaillissent tour à tour comme les fleurs du deuxième mouve­ment en forme de scherzo, « la chose la plus insou­ciante que j’ai écrite » avait confié le compo­si­teur. Aux animaux dans la forêt, l’or­chestre s’em­balle soudai­ne­ment comme une valse de cirque annonçant déjà Nino Rota, selon l’ins­pi­ra­tion folk­lo­rique qui a toujours traversé la grande oeuvre de Mahler. Une commu­nion joyeuse qui gagnera la chorale d’en­fants de l’avant dernier mouve­ment, comme une évoca­tion du Para­dis à la façon d’un paysage naïf. Juste après que la plus habi­tée des mezzos, la Lyon­naise Anaïk Morel, n’ait annon­cée la Nuit de l’homme en duo avec le cor de Guillaume Tétu, sur le poème de Nietzsche qu’on retrou­vait à la fin du Mort à Venise de Visconti.

S’en suit un des plus beaux mouve­ments lents de l’his­toire de la musique, un « chant d’amour » qui abolit le temps à travers une mélo­die qui renaît comme la houle dans une vague de commu­nion desti­née à s’éteindre par son propre lyrisme. Avec le même serre­ment de doigt, Niko­laj Szeps-Znai­der accueille de ses longs bras ce roman­tisme sympho­nique dont il est devenu le héraut. Après les quatrième et cinquième sympho­nies, peut-être un peu plus lisses, c’est son plus beau travail à ce jour à travers une oeuvre qu’il pour­sui­vra la saison prochaine, de la Première sympho­nie Titan au point de rupture de la Neuvième. De quoi, encore, entendre live un sublime adagio… En atten­dant, on l’es­père, la reprise de cette Troi­sième d’an­tho­lo­gie privée de son premier soir, voire même un Mahler festi­val de sympho­nies comme l’évoquait le maes­tro en coulisses, main­te­nant qu’il a été recon­duit à la tête de l’ONL pour cinq ans.

Que les choses soient claires : on veut bien que la réforme de retraites passe si c’est pour entendre un musique aussi sublime.

Le Concert de l’Hos­tel Dieu se fait la Manche

Le Concert de l’Hostel Dieu de Franck-Emmanuel Comte ose tout, même monter sur la grande scène du Tranbsordeur pour jouer… de la musique contemporaine ! Avec ce programme 50/50 franco-britannique, le compositeur anglais Martin Harry s’est inspiré des ballets de Lully, et le Franç...

Le triomphe baroque de Haen­del

L'Auditorium accueille successivement Il Trionfo del tempo et Water music de Haendel. Deux facettes du plus grand des compositeurs baroques, qui révolutionna le genre aussi bien de l'oratorio que de la musique de cérémonie. Immanquable. C’est la toute première oeuvre que compo...