Sortir à Lyon

Cyrille Bonin « Tout le monde regarde ce qui se passe sur la scène du Transbo ».

Rock. Voilà dix ans que Cyrille Bonin tient la barre du Trans­bor­deur. Et alors que la salle de concerts emblé­ma­tique de Villeur­banne fête ses trente ans cette année, son capi­taine brigue un troi­sième mandat. Voilà qui méri­tait bien une petite inter­view pour dres­ser le bilan.

En dix ans vous avez accueilli des artistes très diffé­rents. Rien qu’en novembre, on peut assis­ter à un concert de métal avec Mass Hyste­ria, de rap avec Oxmo Puccino ou Kery James, danser sur de la techno, décou­vrir des artistes montant tels que Flavien Berger ou plus pointu comme Blick Bassy. Tout en sachant que vous faites aussi venir des chan­teurs popu­laires, avec par exemple Pascal Obispo l’an­née dernière. C’est quoi la ligne direc­trice du Trans­bor­deur ?

Je dis toujours que le Trans­bor­deur, c’est la salle des musiques actuelles actuelles. Domi­nique A ou Mios­sec, ils font de la musique actuelle d’il y a 20 ans. Et la program­ma­tion a beau être diver­si­fiée, elle ne brouille pas les pistes : les gens viennent ici pour voir les artistes qu’ils aiment, pas parce que c’est le Transbo. De notre côté, on ne construit pas de hiérar­chie entre les genres musi­caux. J’ai beau connaître par cœur l’his­toire du rock, je ne vois pas pourquoi Obispo ne pour­rait pas venir jouer ici, ou Aya Naka­mura. Cette chan­teuse ressemble davan­tage à un produit marke­ting mais elle parle à des millions de kids. Ici, on aime mélan­ger les genres et on ne le fait pas pour l’argent : on a vendu bien plus de place avec Théra­pie Taxi qu’a­vec Obispo !

Vous vous consi­dé­rez toujours comme des défri­cheurs de talents ?

Notre fierté, c’est d’avoir accom­pa­gné des groupes émer­gents, comme Angèle, Orel­san ou Théra­pie Taxi. On a orga­nisé leurs premiers concerts, aujourd’­hui ils remplissent la Halle Tony-Garnier. A l’époque, on ne pensait pas que cette branche du rap fran­co­phone allait deve­nir grand public. L’an­née dernière avec le concert Bruxelles Arrive, c’est la première fois que des rappeurs belges qui explosent aujourd’­hui, comme Roméo Elvis ou Cabal­lero & Jeanjass, jouaient ensemble. Du côté des profes­sion­nels, tout le monde regarde ce qui se passe sur la scène du Transbo.

Vous arri­vez aussi à faire venir des têtes d’af­fiche qui passent norma­le­ment aux Nuits de Four­vière, comme Archive ce mois-ci ou Patti Smith en août (le concert a été annulé au dernier moment ndrl.)…

Le Trans­bor­deur est un nom histo­rique, il y a des groupes ou des artistes qui demandent à jouer ici, comme Tom Yorke ou Télé­phone. Et comme c’est une salle de taille inter­mé­diaire à Lyon, ça leur permet de faire une halte dans leur tour­née. Je crois aussi que les musi­ciens aiment bien l’ar­chi­tec­ture de cette ancienne usine de trai­te­ment des eaux, on est dans un lieu qui a une âme.

D’un autre côté, vous lais­sez la place à groupes locaux…

Non seule­ment je viens de la scène under­ground mais en plus, je suis très chau­vin : j’aime l’éco­sys­tème de la scène lyon­naise. Ici, les salles ne sont pas concur­rentes mais complé­men­taires. Dans le cadre de la conven­tion avec la Métro­pole, on a mis en place les French Kiss, c’est un bon modèle, gratuit, pour faire décou­vrir de nouvelles têtes locales. Certains groupes jouent complet, comme High Tone ou l’Ani­ma­le­rie. Ce mois-ci, il y a un hommage à Hubert Mounier. C’est marrant, il est devenu culte alors qu’il n’a jamais fait de concert complet au Trans­bor­deur mais son groupe L’af­faire Louis Trio a beau­coup influencé la scène locale. La Ville a même prévu de rebap­ti­ser la place devant le Marché Gare place Hubert-Mounier.

Vous atta­chez beau­coup d’im­por­tance aux événe­ments gratuits ?

Je ne crois pas à la culture pour tous. Quand je vais au théâtre ou à l’Au­di­to­rium, il n’y a que des gens riches et vieux. C’est pour ça que j’or­ga­nise quelques événe­ments gratuits comme les Summer sessions ou la Trop fête de l’école. Il y a une vraie mixité d’âge et de condi­tions sociales. De notre côté, ça nous permet de faire le plein pour des concerts d’ar­tistes peu connus, pour lesquels personnes ne serait venus si les places avait été payantes.

Comment allez-vous fêter vos 30 ans ?

On n’a pas prévu de grand raout avec un concert anni­ver­saire, il y en a déjà toute l’an­née. A la place, on a monté une expo­si­tion numé­rique et parti­ci­pa­tive, qu’on devrait lancer le 6 novembre. Derrière ces termes un peu marke­ting, c’est tout simple­ment un site inter­net avec la liste de tous les concerts au Transbo depuis 1989, complé­tée par des photos et des commen­taires. Les gens pour­ront parti­ci­per en envoyant leurs photos, tickets ou autres anec­dotes car c’est aussi un lieu de vie, beau­coup de couples se sont formés ici. Certaines dates sont déjà plus rensei­gnées que d’autres, comme le concert inau­gu­ral de la salle avec New Order. Dans son livre, Peter Hook, l’an­cien bassiste du groupe, a carré­ment écrit cinq pages dessus. Il y aura aussi des podcast, avec par exemple Victor Bosch qui raconte comment il a crée la salle. Même l’Olym­pia ne fait pas des trucs comme ça !

Vous briguez la prochaine délé­ga­tion alors que vous en avez déjà rempor­tées deux. En 2016, vous prédi­siez que c’était votre dernier mandat. Qu’est ce qui vous a fait chan­ger d’avis ?

Nous sommes auto­ri­sées à utili­ser un bâti­ment public, mais nous sommes une entre­prise privée, enfin rentable depuis trois ans avec un modèle écono­mique qui fonc­tionne. C’est le moment d’en profi­ter pour inves­tir et aussi pour se rembour­ser. Et puis je n’ai pas le luxe de pouvoir m’ar­rê­ter de travailler. A l’époque, j’avais peur d’être largué en vieillis­sant mais je suis toujours aussi curieux. Je vais aux concerts du Péri­scope, de l’Epi­ce­rie Moderne, à des festi­vals… j’ai encore de l’ap­pé­tit pour la musique live. On ne sauve pas des vies mais on fait un métier de passion.

Propos recueillis par Caro­line Sicard en novembre 2019

Ondine, le plus beau film de la rentrée

Tous ses films parlent d'amour, mais en parlent comme aucun autre. Dans Transit, Christian Petzold mettait en scène sans prévenir un court récit de 1940 dans le monde d'aujourd'hui, comme si tous les enjeux de la Seconde Guerre mondiale (réfugiés, persécution, Résistance) venaien...

Soviet Alert

Thriller historique. Après avoir interviewé Hitler, le jeune journaliste britannique Gareth Jones se débrouille pour rejoindre Moscou en 1933, en voulant cette fois interviewer Staline. Il va surtout être le premier à découvrir l'Holodomor, l'extermination par la faim orchestrée ...

Beaux-arts et balade à Cham­béry

Il y a bien un musée qui est rouvert : celui de Chambéry, et vous pouvez en prime vous balader dans les jardins de la maison de Jean-Jacques Rousseau......