Sortir à Lyon

Kate­rine sourit puisque c’est grave

Il a un nom fémi­nin en hommage à la grande prêtresse du cinéma français, et une de voix de plus en plus andro­gyne éton­nam­ment avec l’âge, comme s’il s’en­vo­lait vers toujours plus de liberté. « 88% des hommes son pédés » clame-t-il sur son dernier opus en compa­gnie de Lome­pal, comme un hétéro qui se senti­rait anor­mal. Après le succès irra­tion­nel de Robots après tout et Louxor qui avait coupé le son de toutes les platines aux soirs du Nouvel an, il a désor­mais connu la noto­riété en deve­nant un des seconds rôles les plus popu­laires, entrant dans le Grand Bain du cinéma, qui lui valu à juste titre un César archi-mérité. On peut d’ailleurs le voir encore ce mois-ci dans le nouveau film de Valé­rie Donzelli, Notre-Dame (lire notre critique p 21). Entre­temps, il a pour­suivi son bonhomme de chemin intime dans la chan­son avec la même singu­la­rité, d’abord avec un album qui portait son nom, puis avec Le Film, exer­cice d’in­tros­pec­tion poétique qui valut une tour­née piano-voix s’ap­pa­ren­tant au « moment parfait » du disque.

Moment de grâce.

Avec ses Confes­sions aujourd’­hui, il réus­sit une merveille qui croise sa légè­reté chalou­pée, son appé­tit gaguesque, et une veine intime assez grave voire poli­tique­ment inquiète (« Raphaël »), habité de purs moments de grâce comme d’al­ler faire chan­ter par ses enfants « la mort rend les gens beaux » pour les prépa­rer au pire en douceur. Le portrait de société a la même acuité des gens qui parlent trop pour e rien dire à la colère sociale qui, l’air de rien, traverse tout l’al­bum. Les arran­ge­ments foison­nants sous la simpli­cité, des cordes sympho­niques aux synthés luisants, en font un mille­feuille passion­nant dont on n’a pas fini de lécher les couches, et qui devrait trou­ver un exutoire parti­cu­liè­re­ment fertile sur scène : auto­por­trait fami­lial ouvert aux quatre vents qui se lèvent à travers le monde, Confes­sions est une pure merveille, drôle, émou­vante, inven­tive jusque dans sa forme ciné­ma­to­gra­phique, convoquant jusqu’à la voix de Gérard Depar­dieu. L’al­bum de la matu­rité de celui qui accepte d’être vieux en embras­sant plus grand que lui, sans jamais être adulte. En panta­lon Deschiens ou en short jeans déchiré, on a hâte de le retrou­ver sur la scène du Transbo, pour son plus beau joyau depuis Robots après tout et sa tour­née mythique avec les Little Rabbits. L.H.

Philippe Kate­rine, Confes­sions. Jeudi 12 décembre à 20h au Trans­bor­deur. 30 €. trans­bor­deur.fr L’in­té­grale du concert Confes­sions est dispo­nible pour les abon­nés Canal Plus << ici >>.

A l’af­fiche aussi de Notre-Dame de Valé­rie Donzelli, au cinéma le 18 décembre. Bande-annonce, très française, << ici >>.

Ondine, le plus beau film de la rentrée

Tous ses films parlent d'amour, mais en parlent comme aucun autre. Dans Transit, Christian Petzold mettait en scène sans prévenir un court récit de 1940 dans le monde d'aujourd'hui, comme si tous les enjeux de la Seconde Guerre mondiale (réfugiés, persécution, Résistance) venaien...

La techno en fanfare

Brass band. Techno marching band. ça aurait pu être une blague du club de musique du lycée : reprendre tous les tubes de la musique techno version fanfare, comme un pied de nez à cette musique qui a mis les instruments traditionnels au placard. Mais c’est devenu un petit phénomèn...

Quais du polar : best of movies

Quais du polar, c'est aussi du cinéma, présenté par les écrivains. Et pas n'importe lequel : voici le meilleur des polars version US, à voir en un week-end. Que du bon....