Sortir à Lyon
Partager cet article :

Triste comme du Beau­pain

Chan­son. Si la mélan­co­lie c’est le bonheur d’être triste, s’il y en a un qui doit être sacré­ment heureux, c’est bien Alex Beau­pain. Avec son air de ne pas y toucher, il est curieux, Alex. Dans ses chan­sons, il est tout le temps amou­reux, et pour­tant il ne va jamais bien. Ça nous avait séduit dans Les Chan­sons d’amour, le film de Chris­tophe Honoré, dont il avait composé la BO. Ça nous avait re-séduit dans Pourquoi battait mon cœur, son premier album et le plus beau à ce jour, dans lequel sa voix mal réveillée et ses paroles captaient l’air du temps des amours désac­cor­dées à la façon d’un Souchon d’aujourd’­hui. Depuis, il n’a jamais sorti la tête de son chagrin mis en musique, a plutôt réduit le soin accordé à ses arran­ge­ments, et bordé » ses textes de rimes souvent trop riches. Bref, en bon dépres­sif amou­reux, il se complaît un peu trop dans son malheur. Un doudou triste idéal sur scène pour les amateurs d’amours hiver­nales. L.H.

Alex Beau­pain. Mercredi 18 décembre à 20h30 au Radiant-Belle­vue à Caluire. De 26 à 30 €.

Faut-il aller voir Clara Luciani ?

Clara Luciani était une blitzkrieg musicale à elle toute seule. Son album Sainte-Victoire avait transformé cette jolie brune au physique androgyne en nouvelle coqueluche de la chanson française. Elle avait su trouver l’ingrédient en plus pour réveiller des chansons qui auraient p...

Angel Olsen, retour en majesté avec un grand millé­sime

Dix ans que nous la suivons, inlassablement, et qu’elle ne cesse de nous époustoufler par sa grâce. Elle vient de livrer, en juin dernier, son sixième album, Big Time, et bonne nouvelle : c’est son meilleur, et de loin. Après ses échappées, très réussies au demeurant, du côté du ...

Tropi­cal fuck storm à Lyon, le meilleur du rock garage austra­lien

C’est incontestablement l’un des événements de la rentrée. Dans un Marché Gare tout nouveau tout beau (qui inaugurera sa nouvelle salle ce week-end), les quatre Australiens les plus déjantés de la scène indé actuelle viendront, pour la première fois à Lyon, déverser leur intense ...

Le festi­val Rhino Jazz fait swin­guer Stra­vinsky

De retour pour sa 44e édition, l’emblématique Rhino Jazz(s) Festival continue de mettre à l'honneurtoute la diversité de la culture et musique jazz avec 23 jours de festivités répartis sur 27 communesentre Loire et Rhône... Un record ! Cette année, le festival mise à nouveau sur ...