Sortir à Lyon
Partager cet article :

Vive le Wood­sto­wer d’hi­ver !

Pop / elec­tro. Non, vrai­ment, il n’y a rien à jeter dans cette seconde édition du festi­val Winto­wer, le pendant hiver­nal du Wood­sto­wer. Le week-end débu­tera sur la scène du Ninkasi Gerland avec une petite mise en bouche à vous faire rougir jusqu’aux oreilles : Alkpote, le rappeur à ne pas prendre au premier degrés qui reven­dique ses « 75 cm de largeur  » et balance le surnom affec­tueux « pute » à peu près 427 dans une seule chan­son, parta­gera la scène avec Ultra­moule, un trio de nanas survol­tées qui prouve qu’en matière de grivoi­se­ries, hommes et femmes sont bien égaux. Mais c’est surtout la program­ma­tion du samedi au Trans­bor­deur qui nous fait de l’œil. Aux côtés de groupes locaux de bon aloi étique­tés « pop fraîche et naïve » (Texas Menthol) ou plus origi­naux (An eagle in your mind et sa folk noire et psyché­dé­lique), on trouve la parfaite tête d’af­fiche pour se réchauf­fer au cœur de l’hi­ver avec Isaac Delu­sion. Après son second album, Rust and gold, un poil plus blues et sombre, le groupe revient à ses premières amours musi­cales avec Uplif­ters. Et il a toujours le chic pour nous faire danser sur son élec­tro-pop sucrée et planante : voix suaves, ritour­nelles rêveuses et mélan­co­liques (Parrots) ou plus groovy (Magi­ca­love) et même une reprise ouatée de Couleur menthe à l’eau, la recette est impa­rable pour nous envoyer jusque dans la stra­to­sphère sur un nuage de douceur.

Proces­seur russe

Pour­tant, en fin de soirée, c’est dans un grand état d’ex­ci­ta­tion qu’on retrou­vera la terre ferme grâce à Kompro­mat, petit bijou sombre et glacé qu’on a hâte de décou­vrir en live. Derrière ce qui ressemble à un nom de proces­seur russe se cachent une star française de l’élec­tro, Vita­lic, et la chan­teuse du groupe déjanté Sexy Sushi. Une équa­tion qui ne pouvait qu’en­voyer du lourd, et on vous confirme que c’est le cas. Le duo puise du côté de la techno berli­noise, de celle froide et impla­cable qui vous colle au sol, rehaus­sée par la voix déli­cate de Rebeka Warrior qui chante en français ou en alle­mand. A quoi bon partir au ski ? Le Winto­wer souffle le chaud et le froid. Caro­line Sicard

Winto­wer. Vendredi 21 février, de 20h à 22h, au Ninkasi Gerland, Lyon 7e ; samedi 22, de 19h30 à 4h30, au Trans­bor­deur, Villeur­banne et dimanche 23, de 11h30 à 16h45, à La Commune, Lyon 7e. De 15 à 26€, pass deux soirs à 30€. wood­sto­wer.com

Gavin Bryars et Moon­dog, le meilleur du jazz à l’Opéra under­ground

Il y a les musiciens qu’il ne faut pas rater et ceux à ne vraiment pas louper. Gavin Bryars est à ranger dans la seconde catégorie. Le compositeur britannique, pionnier du mouvement post-minimaliste (n’allez pas lui dire, ça lui déplaît), âgé de 79 ans n’est malheureusement pas é...

L’Im­pé­ra­trice fait salle comble au Transbo

Un seul mot n’est pas suffisant pour décrire leur style. À défaut, mélangeons les : funk, groove, disco, pop, électronique, planant. Les spectateurs trouveront eux-mêmes leur qualificatif. Après un report en février, L’Impératrice se produira finalement sur la scène du Transborde...

Teenage fanclub, la pop la plus grunge de Glas­gow

À Glasgow, il y a carrément un nom pour évoquer le mouvement musical dont ils ont été les figures de proues : le « Bellshill Beat », du nom la petite banlieue Est d’où a émergé, à la fin des années quatre-vingt, une brochette de joyeux lurons adeptes du genre « indie pop » avant ...

Dry clea­ning, le post punk londo­nien qui dépote

Au départ, Dry Cleaning, c’est quatre trentenaires londoniens qui se connaissent depuis plus de dix ans. Potes d’école d’art, potes de potes, potes de soirées karaoké qui se finissent au petit matin. Lorsqu’ils montent un groupe, c’est sans le moindre plan de carrière, bien loin ...