Sortir à Lyon
Partager cet article :

Iggy à oilpé !

Torse poil

C’est notre chro­nique la moins habillée de l’his­toire d’Exit­mag, mais c’est sûre­ment celle qui demande le plus d’en­tre­tien. Car arbo­rer le torse glabre aux muscles saillants façon Ken fait du surf d’Iggy Pop, ça se mérite. Epilé, waxé, hydra­té… ça, c’est pour la phase la plus facile. Il vous reste ensuite seule­ment trois jours pour faire dispa­raître les excès des quinze derniers Noël, et manger des graines et du quinoa à tous les repas ne suffira pas. Pour se main­te­nir en forme à 72 ans après une vie d’ex­cès – comme disent sobre­ment les jour­na­listes – le papy punk ne jure que par le Tai-chi. Dans le même genre à Lyon, on a Jean-Pierre le coureur des berges. On ne sait pas s’il a mené le même train de vie mais vous pouvez toujours essayer de le suivre lors de ses entraî­ne­ments mati­naux. Vous serez ensuite tout à votre aise pour vous tortiller comme si une urti­caire géante enflam­mait votre peau. 

Epila­tion défi­ni­tive Lux Me, 20 rue des Remparts d’Ai­nay, Lyon 2e.

Pour des baskets : Terre de Running, 8 rue de la Barre, Lyon 2e. 

Du soleil dans tes cheveux

On ne connaît pas les tarifs de son coif­feur mais les années ont beau passer, Iggy garde une cheve­lure de jeune homme au blond cali­for­nien étin­ce­lant. Prenez rendez-vous dans votre salon préféré pour un balayage effet soleil, qui en plus aura l’avan­tage d’illu­mi­ner votre teint au sortir de l’hi­ver. Et c’est Chris­tina qui le dit. 

Romain B. – salon de coif­fure haut de gamme, 1 place des Céles­tins, Lyon 2e. 

Food Porn

Adepte des perfor­mances physiques extrêmes sur scène, Iggy Pop est même allée jusqu’à pratiquer la scari­fi­ca­tion et à vomir sur son public. Dommage : depuis que les fouilles ont été impo­sées par le plan Vigi­pi­rate, il est devenu quasi impos­sible d’en­trer dans une salle avec un cutter. Mais vous pouvez toujours venir avec votre pot de beurre de caca­huète pour vous en badi­geon­ner le torse comme l’iguane lors de son concert à Cinci­nati. Moins trash que le vomi, mais carré­ment plus food porn.

Beurre de caca­huète : le Sweet Spot, 31 rue de la Charité, Lyon 2e. 

Femen mais pas trop

Pour nos lectrices fémi­nines, on aime­rait leur conseillait de venir elles aussi topless, dans un vrai souci d’éga­lité homme-femme. Malheu­reu­se­ment cette dernière est portée dispa­rue depuis la dernière céré­mo­nie des César. Vous risquez donc d’être prise pour une Femen et de finir en garde à vue. ça serait ballot d’avoir payé si cher vos billets pour rien.  C.S.

Iggy Pop, vendredi 3 avril à 20h30 à l’Am­phi­théâtre, Lyon 6e. De 65 à 90€. Dans les points de vente habi­tuels. 

L’Im­pé­ra­trice fait salle comble au Transbo

Un seul mot n’est pas suffisant pour décrire leur style. À défaut, mélangeons les : funk, groove, disco, pop, électronique, planant. Les spectateurs trouveront eux-mêmes leur qualificatif. Après un report en février, L’Impératrice se produira finalement sur la scène du Transborde...

Teenage fanclub, la pop la plus grunge de Glas­gow

À Glasgow, il y a carrément un nom pour évoquer le mouvement musical dont ils ont été les figures de proues : le « Bellshill Beat », du nom la petite banlieue Est d’où a émergé, à la fin des années quatre-vingt, une brochette de joyeux lurons adeptes du genre « indie pop » avant ...

Dry clea­ning, le post punk londo­nien qui dépote

Au départ, Dry Cleaning, c’est quatre trentenaires londoniens qui se connaissent depuis plus de dix ans. Potes d’école d’art, potes de potes, potes de soirées karaoké qui se finissent au petit matin. Lorsqu’ils montent un groupe, c’est sans le moindre plan de carrière, bien loin ...

Citron-Sucré a soif d’amour pour la première fois à Lyon

Elle fait partie des artistes électro-pop à suivre de près cette année et l’éminent festival Reperkusound ne s’y est pas trompé : la jeune musicienne franco-russe et lyonnaise d’adoption Elena – aka Citron Sucré à la scène – ouvrira cette année la « main stage » lors de la premiè...