Sortir à Lyon
Partager cet article :

Initiales B.B.

Chan­son. C’est ce qui s’ap­pelle un joli cadeau de prin­temps. Benja­min Biolay, qui n’était pas à l’af­fiche des Nuits de Four­vière pour une fois cet été, vient d’an­non­cer sa première date lyon­naise de tour­née : il sera au Ninkasi Gerland le 26 novembre prochain, et vous pouvez d’ores et déjà prendre vos places (là, là, ci-dessous)… D’autres date sont à venir au Radiant-Belle­vue de Caluire et au Tobog­gan à Déci­nes… Une bonne nouvelle ne venant jamais seule, en atten­dant de décou­vrir son nouvel album, Grand prix, le 26 juin prochain, vous pouvez écou­ter ici-bas son premier extrait : « Comment est ta peine ? ». L’his­toire ne dit pas si elle est adres­sée à Vanessa Para­dis ou Chiara Mastroianni, à ses amours d’an­tan (nous, on serait plus Chiara, mais bon…), mais on retrouve ce qui a toujours fait son univers : une espèce de disco mélan­co­lique, avec des paroles post-déprime sur fond de beats assez dansants, nappées de cordes roman­tiques comme un souve­nir des grands senti­ments… Ce premier album solo depuis 2017 s’an­nonce donc comme un bon cru, road trip sur la magie du voyage, même en soli­taire. Tout un programme, pour le plus amou­reux des grands soli­taires de la chan­son françai­se…

Vous pouvez écou­ter le premier extrait du nouvel album de Benja­min Biolay, Comment est ta peine ?, << ici >>.

Vous pouvez réser­ver vos places pour la date du 26 novembre en live au Ninkasi Gerland << >>.

Slalom, le + beau film de la rentrée

Longtemps repoussé, le premier film de Charlène Favier tourné en Savoie sort enfin pour la réouverture des salles le 19 mai prochain. Un sujet brûlant (l'emprise d'un coach sur une jeune skieuse), la révélation d'une cinéaste subtile qui mise sur la complexité des personnages... ...

Le grand projet disco­gra­phique de l’ONL

à peine arrivé depuis septembre à l’Auditorium, que le nouveau directeur musical Nikolaj Szeps-Znaider a déjà lancé un projet artistique d’une ampleur digne des grandes heures d’Emmanuel Krivine. Malgré l’absence de public (pas merci Roselyne), il a d'abord travaillé en orfèvre l...

Ozon, ce senti­ment de l’été

Le problème avec les histoires d'amour, c'est quand on n'y croit pas. C'est ce qui arrive avec ce drôle de film de François Ozon, au demeurant très beau, planant comme un conte d'été, ou comme un film de Xavier Dolan réalisé sur le tard... En partie autobiographique (lire notre e...

N’al­lez pas à Tataouine !

Poussif. Il y a des premiers films qui mangent à tous les rateliers du malheur pour mieux se faire remarquer : terrorisme, enfant malade, guerre en Lybie et dons d'organe, ça fait beaucoup pour un seul « Fils ». Surtout quand l'essentiel du film consiste à enfermer un couple en p...