Sortir à Lyon
Partager cet article :

Les petites scènes dégou­pillent !

ça ne se voit pas encore mais ça frémit et ça bouge dans beau­coup de lieux cultu­rels : l’es­pace Gerson et d’autres cafés-théâtres attendent enfin que les poli­tiques leur permettent de travailler dans les mêmes condi­tions que d’autres lieux : il suffit de jeter un œil sur les berges du Rhône ou en terrasse pour se rendre compte de l’ab­sur­dité révol­tante de toujours empê­cher le moindre lieu d’ac­cueil du public d’ou­vrir dans des condi­tions à peu près normal. Ce devrait – enfin – être le cas à la fin du mois, dans la lignée des trains qui vont pouvoir ouvrir 100% de leurs places à la billet­te­rie, y compris celles qui sont face à face dans les fameux « carrés » TGV. Autant dire que c’est un peu comme les préser­va­tifs en matière de sexua­lité : s’il faut rester prudents, on peut s’y remettre ! Les « Scènes décou­vertes », compo­sés de plusieurs théâtres (les Marron­niers, les Clochards Célestes, l’Ely­sée), et plusieurs scènes de musique (A thou bout’d’­chant, le Kras­pek Myzik), n’ont d’ailleurs pas attendu l’im­po­tence de Franck Ries­ter pour rouvrir leur lieux aux artistes régio­naux qui ont soif de répé­ter leurs nouveaux spec­tacles. Une belle façon de soute­nir la scène régio­nale, large­ment oubliée elle aussi des direc­tives du minis­tère, avant tout soucieux de prendre toutes les précau­tions de son prin­cipe de précau­tion. Avec un peu de chance, on espère que cet esprit rock’n’­roll ira même jusqu’à pouvoir se permettre d’ou­vrir leurs scènes au public à l’oc­ca­sion dès cet été, pour un spec­tacle un concert, là où encore trop d’ins­ti­tu­tions restent dépen­dantes des calen­driers du monde ancien, annonçant leur saison prochaine dans leurs charen­taises d’été, sans même pouvoir imagi­ner pouvoir l’an­ti­ci­per… Wait and see !

Le meilleur groupe de garage rock à Feyzin

Vingt ans que les infatigables Black Lips sont le meilleur groupe de garage rock du monde. Vingt ans que d’autres tentent de leur chiper le titre, sans jamais y parvenir. Comment expliquer une telle longévité ? Leur exceptionnelle présence scénique – plus punks que tous les punks...

Vous repren­drez bien encore un peu d’Alain Souchon ?

Il fallait le voir mettre un pied sur la scène de Fourvière cet été, guitare en bandoulière, entamant en solo Allô maman Bobo instantanément repris par le public. Souchon cache bien son jeu : à 77 ans, il prend encore des cours de chant, ne se fiche pas de son public en signant u...

Totorro fait son ciné-concert de l’amour

Le post rock a fait beaucoup de bien à la musique de film. Peut-il en faire autant au roman-photo ? Quinze ans après sa sortie on se souvient encore de l’excellente bande originale par Mogwai de Zidane, un portrait du 21ème siècle, sans laquelle le film n’aurait sans doute pas eu...

Le rock bien raide des Viagra Boys au Trans­bor­deur

A lui seul, leur nom est annonciateur d’une musique puissante et virile (si on peut encore se permettre d’employer cet adjectif en 2021). Originaires de Stockholm où ils ont chahuté toutes les scènes underground, les Viagra Boys débarquent à Lyon avec leur déferlante de rock punk...