Sortir à Lyon
Partager cet article :

Les petites scènes dégou­pillent !

ça ne se voit pas encore mais ça frémit et ça bouge dans beau­coup de lieux cultu­rels : l’es­pace Gerson et d’autres cafés-théâtres attendent enfin que les poli­tiques leur permettent de travailler dans les mêmes condi­tions que d’autres lieux : il suffit de jeter un œil sur les berges du Rhône ou en terrasse pour se rendre compte de l’ab­sur­dité révol­tante de toujours empê­cher le moindre lieu d’ac­cueil du public d’ou­vrir dans des condi­tions à peu près normal. Ce devrait – enfin – être le cas à la fin du mois, dans la lignée des trains qui vont pouvoir ouvrir 100% de leurs places à la billet­te­rie, y compris celles qui sont face à face dans les fameux « carrés » TGV. Autant dire que c’est un peu comme les préser­va­tifs en matière de sexua­lité : s’il faut rester prudents, on peut s’y remettre ! Les « Scènes décou­vertes », compo­sés de plusieurs théâtres (les Marron­niers, les Clochards Célestes, l’Ely­sée), et plusieurs scènes de musique (A thou bout’d’­chant, le Kras­pek Myzik), n’ont d’ailleurs pas attendu l’im­po­tence de Franck Ries­ter pour rouvrir leur lieux aux artistes régio­naux qui ont soif de répé­ter leurs nouveaux spec­tacles. Une belle façon de soute­nir la scène régio­nale, large­ment oubliée elle aussi des direc­tives du minis­tère, avant tout soucieux de prendre toutes les précau­tions de son prin­cipe de précau­tion. Avec un peu de chance, on espère que cet esprit rock’n’­roll ira même jusqu’à pouvoir se permettre d’ou­vrir leurs scènes au public à l’oc­ca­sion dès cet été, pour un spec­tacle un concert, là où encore trop d’ins­ti­tu­tions restent dépen­dantes des calen­driers du monde ancien, annonçant leur saison prochaine dans leurs charen­taises d’été, sans même pouvoir imagi­ner pouvoir l’an­ti­ci­per… Wait and see !

Gavin Bryars et Moon­dog, le meilleur du jazz à l’Opéra under­ground

Il y a les musiciens qu’il ne faut pas rater et ceux à ne vraiment pas louper. Gavin Bryars est à ranger dans la seconde catégorie. Le compositeur britannique, pionnier du mouvement post-minimaliste (n’allez pas lui dire, ça lui déplaît), âgé de 79 ans n’est malheureusement pas é...

L’Im­pé­ra­trice fait salle comble au Transbo

Un seul mot n’est pas suffisant pour décrire leur style. À défaut, mélangeons les : funk, groove, disco, pop, électronique, planant. Les spectateurs trouveront eux-mêmes leur qualificatif. Après un report en février, L’Impératrice se produira finalement sur la scène du Transborde...

Teenage fanclub, la pop la plus grunge de Glas­gow

À Glasgow, il y a carrément un nom pour évoquer le mouvement musical dont ils ont été les figures de proues : le « Bellshill Beat », du nom la petite banlieue Est d’où a émergé, à la fin des années quatre-vingt, une brochette de joyeux lurons adeptes du genre « indie pop » avant ...

Dry clea­ning, le post punk londo­nien qui dépote

Au départ, Dry Cleaning, c’est quatre trentenaires londoniens qui se connaissent depuis plus de dix ans. Potes d’école d’art, potes de potes, potes de soirées karaoké qui se finissent au petit matin. Lorsqu’ils montent un groupe, c’est sans le moindre plan de carrière, bien loin ...