Sortir à Lyon
Partager cet article :

La techno en fanfare

Brass band. Techno marching band. ça aurait pu être une blague du club de musique du lycée : reprendre tous les tubes de la musique techno version fanfare, comme un pied de nez à cette musique qui a mis les instru­ments tradi­tion­nels au placard. Mais c’est devenu un petit phéno­mène des festi­vals d’élec­tro. Partout où les musi­ciens de Meute passent, comme aux Nuits Sonores l’an­née dernière, les onze musi­ciens alle­mands en vestes rouges d’of­fi­cier font des émules, en parti­cu­lier avec leurs reprises terri­ble­ment festives de You and Me de Flume et de The Man with the red face de Laurent Garnier. D’ailleurs, leur concert au Transbo prévu en mars était déjà complet. Bonne nouvelle : il est repro­grammé le 8 septembre pour sonner la rentrée.

Meute. Mardi 8 septembre à 20h au Trans­bor­deur à Villeur­banne. 29,80€. Réser­ver votre place << ici >>. Ecou­ter Meute dans You & Me live << ici >>.

Gavin Bryars et Moon­dog, le meilleur du jazz à l’Opéra under­ground

Il y a les musiciens qu’il ne faut pas rater et ceux à ne vraiment pas louper. Gavin Bryars est à ranger dans la seconde catégorie. Le compositeur britannique, pionnier du mouvement post-minimaliste (n’allez pas lui dire, ça lui déplaît), âgé de 79 ans n’est malheureusement pas é...

L’Im­pé­ra­trice fait salle comble au Transbo

Un seul mot n’est pas suffisant pour décrire leur style. À défaut, mélangeons les : funk, groove, disco, pop, électronique, planant. Les spectateurs trouveront eux-mêmes leur qualificatif. Après un report en février, L’Impératrice se produira finalement sur la scène du Transborde...

Teenage fanclub, la pop la plus grunge de Glas­gow

À Glasgow, il y a carrément un nom pour évoquer le mouvement musical dont ils ont été les figures de proues : le « Bellshill Beat », du nom la petite banlieue Est d’où a émergé, à la fin des années quatre-vingt, une brochette de joyeux lurons adeptes du genre « indie pop » avant ...

Dry clea­ning, le post punk londo­nien qui dépote

Au départ, Dry Cleaning, c’est quatre trentenaires londoniens qui se connaissent depuis plus de dix ans. Potes d’école d’art, potes de potes, potes de soirées karaoké qui se finissent au petit matin. Lorsqu’ils montent un groupe, c’est sans le moindre plan de carrière, bien loin ...