Sortir à Lyon
Partager cet article :

Supers­pec­tives, festi­val impromptu

Bar, piano et architecture sur la colline de Fourvière avec le festival Superspectives.

Jazz. Surprise, il y a bien un festi­val de musique sur la colline de Four­vière cet été, ou plutôt un non-festi­val. Après une première édition l’an­née dernière, puis l’an­nonce de l’an­nu­la­tion de la seconde pendant le confi­ne­ment, Supers­pec­tives est fina­le­ment revenu s’ins­tal­ler sur la terrasse de la maison de Lorette, avec une program­ma­tion ramas­sée, fidèle à son esprit, ouvert à toutes les musiques contem­po­raines, avec un certain penchant pour la musique mini­ma­liste. 

Au programme, beau­coup de piano, comme une soirée autour des compo­si­teurs mini­ma­listes oubliés (il n’y a pas que Philip Glass dans la vie), des “Vinyles Club” pour s’am­bian­cer à l’heure de l’apéro mais aussi de la danse, des séances de cinéma en plein air et des visites de l’an­cienne demeure de Pauline Jari­cot en compa­gnie de l’ar­chi­tecte des monu­ments histo­riques himself, Didier Repel­lin. Ajou­tez à cela un bar pour prendre un verre devant la plus belle vue de Lyon (la même qu’à Four­vière, les touristes en moins), et vous avez trouvé votre rendez-vous de ce début d’été. Dépê­chez-vous : il vous reste un dernier week-end pour en profi­ter, et pas n’im­porte lequel : après un dernier vinyle club sur le thème de la nature vendredi de 15h à 18h, c’est Mario Stan­chev grand habi­tué de Jazz à Vienne, qui vien­dra rendre hommage au style « bâton » et hyper-moderne de Thelo­nious Monk, qui était un peu au clavier ce que Nina Simone était à la soul vocal. Du grand art pour un dernier feu d’ar­ti­fice musi­cal, avec vue sur tout Lyon.

Supers­pec­tives, jusqu’au samedi 11 juillet à la maison de Lorette, Lyon 5e. Gratuit. super­spec­tives.fr

Vous pouvez aussi écou­ter le dernier concert de Mario Stan­chev à Lyon le 4 juin dernier << ici >>.

Gavin Bryars et Moon­dog, le meilleur du jazz à l’Opéra under­ground

Il y a les musiciens qu’il ne faut pas rater et ceux à ne vraiment pas louper. Gavin Bryars est à ranger dans la seconde catégorie. Le compositeur britannique, pionnier du mouvement post-minimaliste (n’allez pas lui dire, ça lui déplaît), âgé de 79 ans n’est malheureusement pas é...

L’Im­pé­ra­trice fait salle comble au Transbo

Un seul mot n’est pas suffisant pour décrire leur style. À défaut, mélangeons les : funk, groove, disco, pop, électronique, planant. Les spectateurs trouveront eux-mêmes leur qualificatif. Après un report en février, L’Impératrice se produira finalement sur la scène du Transborde...

Teenage fanclub, la pop la plus grunge de Glas­gow

À Glasgow, il y a carrément un nom pour évoquer le mouvement musical dont ils ont été les figures de proues : le « Bellshill Beat », du nom la petite banlieue Est d’où a émergé, à la fin des années quatre-vingt, une brochette de joyeux lurons adeptes du genre « indie pop » avant ...

Dry clea­ning, le post punk londo­nien qui dépote

Au départ, Dry Cleaning, c’est quatre trentenaires londoniens qui se connaissent depuis plus de dix ans. Potes d’école d’art, potes de potes, potes de soirées karaoké qui se finissent au petit matin. Lorsqu’ils montent un groupe, c’est sans le moindre plan de carrière, bien loin ...