Sortir à Lyon
Partager cet article :

Camille chante et danse à Four­vière

Camille et Robyn Orlin en ouverture des Nuits de Fourvière.

C’est LA choré­graphe sud-afri­caine qui a bous­culé tous les codes du corps et des repré­sen­ta­tions du spec­tacle vivant depuis les années 2000, et ce, du hip-hop à l’opéra. Volon­tiers provo­ca­trice mais toujours éner­gique, ludique et pleine de déri­sion, Robyn Orlin n’a jamais hésité à décons­truire les codes de la repré­sen­ta­tion sociale pour abor­der de façon spec­ta­cu­laire le sida ou la ségré­ga­tion. Autant dire le contraire du secta­risme et de la censure à l’œuvre dans la cancel culture. Du solo hors normes de l’ar­tiste Albert Silin­do­kuhle, énorme corps coloré en majesté dans le festi­val Sens Dessus Dessous à la Maison de la danse, à sa vision élec­trique et voyeu­riste du Pygma­lion de Rameau à l’Opéra de Dijon, la choré­graphe a toutes les audaces.

Camille mise en scène par la choré­graphe sud-afri­caine Robyn Orlin.

De l’eau et des blacks

Autant dire qu’on s’at­tend à un choc bien désta­bi­li­sant : elle filme et met en scène la chan­teuse Camille dans un concert-perfor­mance qui fait l’ou­ver­ture des Nuits de Four­vière et, à coup sûr, un des grands événe­ments de la Bien­nale de la danse, les deux festi­vals étant jume­lés pour l’oc­ca­sion. D’au­tant que la grande Camille parlera d’eau – « sans forme ni couleur » – sans eau autour d’elle, mais accom­pa­gnée du chœur black des Phuphuma Love Minus issu de l’Afrique du Sud la plus rurale. Le prin­temps cultu­rel revient, coloré et plein de sève, fémi­niste, bigarré et ancré dans ses racines les plus natu­relles. Voilà qui servira de piqûre plus effi­cace qu’un Pfizer aux bien-pensants, et qui ne manquera pas de faire du bien à tous les autres, comme nous, avides de sensa­tions fortes.

Robyn Orlin & Camille, en ouver­ture des Nuits de Four­vière, Lyon 5e, dans le cadre de la Bien­nale de la danse les 1er et 2 juin prochain (photos Mehdi / La Bâtie, festi­val de Genève) . Billet­te­rie et program­ma­tion le 3 mai. Nuits de Four­vière

Alela Diane, la plus douce des chan­teuses folk

Le retour discographique d’Alela Diane, avec son sublime sixième album Looking Glass, aura été l’un des événements de l’année 2022. On rêve déjà à la version live de ces ballades à la beauté immaculée. « Is this how it ends? / Est-ce ainsi que cela s’arrête ? » chante Alela Diane...

Entre­tien exclu­sif avec Cerrone, le roi du Disco

La légende du disco Marc Cerrone est de retour sur scène au Transbordeur à Villeurbanne pour un show XXL à l'image de sa musique : généreuse, passionnante et festive. Rencontre avec un pionnier inoxydable aux 70 ans de bonheur. C’est la première fois que vous jouez au Tran...

Florent Marchet, la pop clas­sieuse à la française

Il nous avait conquis il y a dix ans avec Courchevel, pop “à l’eau de rose” qui captait les destins sentimentaux et la vie des pavillons de banlieue comme peu de monde en France avant lui. Son dernier opus Garden Party s’inscrit dans la même lignée, abordant la vie familiale d’au...

Virgi­nie Despentes de retour à Lyon pour faire du bruit

On l'avait quittée en haut des pentes auxquelles elle doit son nom en train de mettre le souk au théâtre de la Croix-Rousse avec Béatrice Dalle. Avec Viril, elle faisait la leçon au mâle hétéro avec la rappeuse Casey. Visiblement, ça lui a plu puisque Virginie Despentes revient p...