Sortir à Lyon
Partager cet article :

Camille chante et danse à Four­vière

Camille et Robyn Orlin en ouverture des Nuits de Fourvière.

C’est LA choré­graphe sud-afri­caine qui a bous­culé tous les codes du corps et des repré­sen­ta­tions du spec­tacle vivant depuis les années 2000, et ce, du hip-hop à l’opéra. Volon­tiers provo­ca­trice mais toujours éner­gique, ludique et pleine de déri­sion, Robyn Orlin n’a jamais hésité à décons­truire les codes de la repré­sen­ta­tion sociale pour abor­der de façon spec­ta­cu­laire le sida ou la ségré­ga­tion. Autant dire le contraire du secta­risme et de la censure à l’œuvre dans la cancel culture. Du solo hors normes de l’ar­tiste Albert Silin­do­kuhle, énorme corps coloré en majesté dans le festi­val Sens Dessus Dessous à la Maison de la danse, à sa vision élec­trique et voyeu­riste du Pygma­lion de Rameau à l’Opéra de Dijon, la choré­graphe a toutes les audaces.

Camille mise en scène par la choré­graphe sud-afri­caine Robyn Orlin.

De l’eau et des blacks

Autant dire qu’on s’at­tend à un choc bien désta­bi­li­sant : elle filme et met en scène la chan­teuse Camille dans un concert-perfor­mance qui fait l’ou­ver­ture des Nuits de Four­vière et, à coup sûr, un des grands événe­ments de la Bien­nale de la danse, les deux festi­vals étant jume­lés pour l’oc­ca­sion. D’au­tant que la grande Camille parlera d’eau – « sans forme ni couleur » – sans eau autour d’elle, mais accom­pa­gnée du chœur black des Phuphuma Love Minus issu de l’Afrique du Sud la plus rurale. Le prin­temps cultu­rel revient, coloré et plein de sève, fémi­niste, bigarré et ancré dans ses racines les plus natu­relles. Voilà qui servira de piqûre plus effi­cace qu’un Pfizer aux bien-pensants, et qui ne manquera pas de faire du bien à tous les autres, comme nous, avides de sensa­tions fortes.

Robyn Orlin & Camille, en ouver­ture des Nuits de Four­vière, Lyon 5e, dans le cadre de la Bien­nale de la danse les 1er et 2 juin prochain (photos Mehdi / La Bâtie, festi­val de Genève) . Billet­te­rie et program­ma­tion le 3 mai. Nuits de Four­vière

C’est votre dernière chance de voir Mans­field TYA

Depuis 2002, les musiciennes Rebeka Warrior (Sexy Sushi, Kompromat) et Carla Pallone (Vacarme) forment l’étonnant duo Mansfield.TYA. Mais voilà, c’est fini. La dernière date « ever » aura lieu le 1er novembre à l’Olympia, pour la fête des morts… Avant cela, le duo nantais viendra...

Wood­sto­wer, le meilleur festi­val elec­tro de l’été

Après une édition 2021 marquée par les restrictions, voilà l’éco-festival lyonnais enfin de retour dans toute sa splendeur, avec ses quatre scènes, son camping, son village, sa plage et sa programmation ultra festive gorgée de rap et d’électro... Qui dit retour de la fête dit ret...

Ça vous dirait un bal punk pour le 14 juillet ?

Le 13 juillet, c’est jour de bal. Veille de fête nationale oblige, les places de village et les casernes s’habillent de leurs habits de lumière, des hordes de fêtards surmotivés s’échappent au plus tôt du boulot, repassent à la maison recharger leur téléphone et s’endimancher un ...

Cory Wong, le concert le plus groovy de Jazz à Vienne

Guitariste phénoménal, Cory Wong ouvrira de son groove festif le concert du légendaire George Benson à Jazz à Vienne. Grande soirée annoncée ! Cory Wong, c’est le p’tit gars qui, l’air de rien, vient nous donner une bonne leçon de groove. Inséparable de sa Stratocaster et de s...