Sortir à Lyon
Partager cet article :

Camille chante et danse à Four­vière

C’est LA choré­graphe sud-afri­caine qui a bous­culé tous les codes du corps et des repré­sen­ta­tions du spec­tacle vivant depuis les années 2000, et ce, du hip-hop à l’opéra. Volon­tiers provo­ca­trice mais toujours éner­gique, ludique et pleine de déri­sion, Robyn Orlin n’a jamais hésité à décons­truire les codes de la repré­sen­ta­tion sociale pour abor­der de façon spec­ta­cu­laire le sida ou la ségré­ga­tion. Autant dire le contraire du secta­risme et de la censure à l’œuvre dans la cancel culture. Du solo hors normes de l’ar­tiste Albert Silin­do­kuhle, énorme corps coloré en majesté dans le festi­val Sens Dessus Dessous à la Maison de la danse, à sa vision élec­trique et voyeu­riste du Pygma­lion de Rameau à l’Opéra de Dijon, la choré­graphe a toutes les audaces.

Camille mise en scène par la choré­graphe sud-afri­caine Robyn Orlin.

De l’eau et des blacks

Autant dire qu’on s’at­tend à un choc bien désta­bi­li­sant : elle filme et met en scène la chan­teuse Camille dans un concert-perfor­mance qui fera l’ou­ver­ture des Nuits de Four­vière et, à coup sûr, un des grands événe­ments de la Bien­nale de la danse, les deux festi­vals étant jume­lés pour l’oc­ca­sion. D’au­tant que la grande Camille sera entou­rée d’eau – « sans forme ni couleur » – et du chœur black des Phuphuma Love Minus issu de l’Afrique du Sud la plus rurale. Le prin­temps cultu­rel revient, coloré et plein de sève, fémi­niste, bigarré et ancré dans ses racines les plus natu­relles. Voilà qui servira de piqûre plus effi­cace qu’un Pfizer aux bien-pensants, et qui ne manquera pas de faire du bien à tous les autres, comme nous, avides de sensa­tions fortes.

Robyn Orlin & Camille, en ouver­ture des Nuits de Four­vière, Lyon 5e, dans le cadre de la Bien­nale de la danse les 1er et 2 juin prochain (photos Mehdi / La Bâtie, festi­val de Genève) . Billet­te­rie et program­ma­tion le 3 mai. Nuits de Four­vière

Dracula, un Coppola saignant sur Netflix

C'est un des grands films de Coppola, sous-estimée à sa sortie en 1992. Une grande fresque médiévale, baroque et sanguinolente fut moyennement goûtée à sa sortie, sous prétexte d’épouser la précarité d'effets spéciaux rudimentaires en trois couleurs, comme au temps de la Hammer.....

Le grand projet disco­gra­phique de l’ONL

à peine arrivé depuis septembre à l’Auditorium, que le nouveau directeur musical Nikolaj Szeps-Znaider a déjà lancé un projet artistique d’une ampleur digne des grandes heures d’Emmanuel Krivine. Malgré l’absence de public (pas merci Roselyne), il a d'abord travaillé en orfèvre l...

Le retour de Fred­die : One night of Queen !

Cuir-moustache Sans elle, Freddie Mercury serait resté Farrokh Bulsara et n’aurait jamais intégré le panthéon tant convoité des chanteurs moustachus, aux côtés de Georges Brassens et de Jean Ferrat. Directement inspirée du style de la communauté gay de San Francisco, la stachm...

Montrez ce drapé que je ne saurais lais­ser tomber

Peinture classique. Il y a sans doute un peu trop de plis dans la très foisonnante exposition du Musée des Beaux-Arts consacrée au « Drapé » : « Pratiques d'ateliers », « jet de la draperie » ou encore « anatomie de la draperie »... Les intitulés de chaque salle, curieusement sur...