Sortir à Lyon
Partager cet article :

Camille chante et danse à Four­vière

Camille et Robyn Orlin en ouverture des Nuits de Fourvière.

C’est LA choré­graphe sud-afri­caine qui a bous­culé tous les codes du corps et des repré­sen­ta­tions du spec­tacle vivant depuis les années 2000, et ce, du hip-hop à l’opéra. Volon­tiers provo­ca­trice mais toujours éner­gique, ludique et pleine de déri­sion, Robyn Orlin n’a jamais hésité à décons­truire les codes de la repré­sen­ta­tion sociale pour abor­der de façon spec­ta­cu­laire le sida ou la ségré­ga­tion. Autant dire le contraire du secta­risme et de la censure à l’œuvre dans la cancel culture. Du solo hors normes de l’ar­tiste Albert Silin­do­kuhle, énorme corps coloré en majesté dans le festi­val Sens Dessus Dessous à la Maison de la danse, à sa vision élec­trique et voyeu­riste du Pygma­lion de Rameau à l’Opéra de Dijon, la choré­graphe a toutes les audaces.

Camille mise en scène par la choré­graphe sud-afri­caine Robyn Orlin.

De l’eau et des blacks

Autant dire qu’on s’at­tend à un choc bien désta­bi­li­sant : elle filme et met en scène la chan­teuse Camille dans un concert-perfor­mance qui fait l’ou­ver­ture des Nuits de Four­vière et, à coup sûr, un des grands événe­ments de la Bien­nale de la danse, les deux festi­vals étant jume­lés pour l’oc­ca­sion. D’au­tant que la grande Camille parlera d’eau – « sans forme ni couleur » – sans eau autour d’elle, mais accom­pa­gnée du chœur black des Phuphuma Love Minus issu de l’Afrique du Sud la plus rurale. Le prin­temps cultu­rel revient, coloré et plein de sève, fémi­niste, bigarré et ancré dans ses racines les plus natu­relles. Voilà qui servira de piqûre plus effi­cace qu’un Pfizer aux bien-pensants, et qui ne manquera pas de faire du bien à tous les autres, comme nous, avides de sensa­tions fortes.

Robyn Orlin & Camille, en ouver­ture des Nuits de Four­vière, Lyon 5e, dans le cadre de la Bien­nale de la danse les 1er et 2 juin prochain (photos Mehdi / La Bâtie, festi­val de Genève) . Billet­te­rie et program­ma­tion le 3 mai. Nuits de Four­vière

L’Im­pé­ra­trice fait salle comble au Transbo

Un seul mot n’est pas suffisant pour décrire leur style. À défaut, mélangeons les : funk, groove, disco, pop, électronique, planant. Les spectateurs trouveront eux-mêmes leur qualificatif. Après un report en février, L’Impératrice se produira finalement sur la scène du Transborde...

Teenage fanclub, la pop la plus grunge de Glas­gow

À Glasgow, il y a carrément un nom pour évoquer le mouvement musical dont ils ont été les figures de proues : le « Bellshill Beat », du nom la petite banlieue Est d’où a émergé, à la fin des années quatre-vingt, une brochette de joyeux lurons adeptes du genre « indie pop » avant ...

Dry clea­ning, le post punk londo­nien qui dépote

Au départ, Dry Cleaning, c’est quatre trentenaires londoniens qui se connaissent depuis plus de dix ans. Potes d’école d’art, potes de potes, potes de soirées karaoké qui se finissent au petit matin. Lorsqu’ils montent un groupe, c’est sans le moindre plan de carrière, bien loin ...

Citron-Sucré a soif d’amour pour la première fois à Lyon

Elle fait partie des artistes électro-pop à suivre de près cette année et l’éminent festival Reperkusound ne s’y est pas trompé : la jeune musicienne franco-russe et lyonnaise d’adoption Elena – aka Citron Sucré à la scène – ouvrira cette année la « main stage » lors de la premiè...