Sortir à Lyon
Partager cet article :

Camille chante et danse à Four­vière

C’est LA choré­graphe sud-afri­caine qui a bous­culé tous les codes du corps et des repré­sen­ta­tions du spec­tacle vivant depuis les années 2000, et ce, du hip-hop à l’opéra. Volon­tiers provo­ca­trice mais toujours éner­gique, ludique et pleine de déri­sion, Robyn Orlin n’a jamais hésité à décons­truire les codes de la repré­sen­ta­tion sociale pour abor­der de façon spec­ta­cu­laire le sida ou la ségré­ga­tion. Autant dire le contraire du secta­risme et de la censure à l’œuvre dans la cancel culture. Du solo hors normes de l’ar­tiste Albert Silin­do­kuhle, énorme corps coloré en majesté dans le festi­val Sens Dessus Dessous à la Maison de la danse, à sa vision élec­trique et voyeu­riste du Pygma­lion de Rameau à l’Opéra de Dijon, la choré­graphe a toutes les audaces.

Camille mise en scène par la choré­graphe sud-afri­caine Robyn Orlin.

De l’eau et des blacks

Autant dire qu’on s’at­tend à un choc bien désta­bi­li­sant : elle filme et met en scène la chan­teuse Camille dans un concert-perfor­mance qui fait l’ou­ver­ture des Nuits de Four­vière et, à coup sûr, un des grands événe­ments de la Bien­nale de la danse, les deux festi­vals étant jume­lés pour l’oc­ca­sion. D’au­tant que la grande Camille parlera d’eau – « sans forme ni couleur » – sans eau autour d’elle, mais accom­pa­gnée du chœur black des Phuphuma Love Minus issu de l’Afrique du Sud la plus rurale. Le prin­temps cultu­rel revient, coloré et plein de sève, fémi­niste, bigarré et ancré dans ses racines les plus natu­relles. Voilà qui servira de piqûre plus effi­cace qu’un Pfizer aux bien-pensants, et qui ne manquera pas de faire du bien à tous les autres, comme nous, avides de sensa­tions fortes.

Robyn Orlin & Camille, en ouver­ture des Nuits de Four­vière, Lyon 5e, dans le cadre de la Bien­nale de la danse les 1er et 2 juin prochain (photos Mehdi / La Bâtie, festi­val de Genève) . Billet­te­rie et program­ma­tion le 3 mai. Nuits de Four­vière

Brain Damage danse reggae au Transbo

Avis aux amateurs – mais aussi aux autres – l’inépuisable explorateur de la dub et de ses racines Martin Nathan aka Brain Damage est de retour avec un quinzième album paru le 28 mai dernier sur le label lyonnais Jarring Effects. Au départ, l’idée est simple : donner une suite au ...

A 25 ans, Jarring Effects fait encore de l’ef­fet

C’est le label lyonnais indépendant qui a réussi à faire son trou, notamment en produisant les albums de High Tone, le groupe pionnier de dub en France qui a éclos sur les pentes de la Croix Rousse à la fin des années 90. Jarring Effects, qui aurait dû fêter ses 25 ans l’année de...

Comment s’ha­biller pour Cathe­rine Ringer ?

Comment s’habiller pour aller voir Catherine Ringer chanter les Rita Mitsouko Une coiffure indécise  Vous hésitez toujours entre rafraîchir les pointes ou tout couper au moment fatidique de passer sous les ciseaux du coiffeur? Faites comme Catherine Ringer, ne choisissez pa...

Deux nuits avec Souchon à Four­vière

N’abusons pas, il ne fait pas partie de ces petits jeunes à qui la crise Covid a coupé l’herbe sous le pied… Mais presque ! Pour ceux qui auraient manqué un épisode, rappelons qu’Alain Souchon a tout simplement écrit son meilleur album à soixante-quinze ans, qu’Âmes fifties est p...