Sortir à Lyon
Partager cet article :

Où passer la fête de la musique ?

  1. Dans un jardin croix-rous­sien avec le Quatuor Debussy

Toujours aussi géné­reux, popu­laire et exigeant, le Quatuor Debussy invite pour la quatrième année les Lyon­nais à fêter la musique dans le jardin de leur rési­dence située à l’Ins­ti­tut natio­nal supé­rieur du profes­so­rat et de l’édu­ca­tion, sur le boule­vard de la Croix-Rousse. Aux côtés du quatuor lui-même, vous pour­rez écou­ter le Quatuor Héméra, formé par les Debussy, le duo 1 air 2 violons, ou le chœur Les Groix-Rous­siens. L’oc­ca­sion par-
faite de passer la Fête de la musique au frais et en bonne compa­gnie.

À 17 h, dans les jardins de l’Inspé, Lyon 4e . Repli dans la salle de l’Inspe en cas de mauvais temps. Entrée libre. Quatuor Debussy

2. Sur les quais de Saône avec Le Sonic.

C’est une nouvelle qui va émous­tiller tous les fans de post-punk : pour la Fête de la musique, Le Sonic orga­nise un concert, le premier depuis un an et surtout, peut-être, le seul et unique avant la rentrée de septembre. Au pro-
gramme, du rock lyon­nais sombre, mélan­co­lique et furieux comme
la pop dépres­sive et éner­vée des nanas de Venin Carmin qui, promis, vous donnera envie de vous tortiller sur votre chaise. Et en plus, il y aura de la place pour tout le monde puisque l’évé­ne­ment aura lieu sur les quais, à côté de la péniche du Sonic.

De 17 h à 22 h 45, sur le quai des Étroits, Lyon 5e. Gratuit. Le Sonic

3. Aux Subsis­tances avec la jeune pop lyon­naise.

Qu’on se le dise, la musique lyon­naise est bonne, en parti­cu­lier la pop. Pour décou­vrir la nouvelle géné­ra­tion de musi­ciens, c’est aux Subsis­tances que ça se passe. La soirée démar­rera en douceur, avec l’élec­tro pop de Wugo, et les chan­sons françaises pop et jazzy deKCIDY, avant de s’em­bal­ler un peu avec le rock foutraque de John­nie Carwash, puis de décol­ler carré­ment avec la techno atmo­sphé­rique de Soma­ti­cae. Un voyage musi­cal très lyon­nais qui devrait (enfin) débor­der sur la nuit.


À partir de 18 h 15, aux Subsis­tances, Lyon 1er. Entrée libre dans la limite des places dispo­nibles. Les Subs

L’Im­pé­ra­trice fait salle comble au Transbo

Un seul mot n’est pas suffisant pour décrire leur style. À défaut, mélangeons les : funk, groove, disco, pop, électronique, planant. Les spectateurs trouveront eux-mêmes leur qualificatif. Après un report en février, L’Impératrice se produira finalement sur la scène du Transborde...

Teenage fanclub, la pop la plus grunge de Glas­gow

À Glasgow, il y a carrément un nom pour évoquer le mouvement musical dont ils ont été les figures de proues : le « Bellshill Beat », du nom la petite banlieue Est d’où a émergé, à la fin des années quatre-vingt, une brochette de joyeux lurons adeptes du genre « indie pop » avant ...

Dry clea­ning, le post punk londo­nien qui dépote

Au départ, Dry Cleaning, c’est quatre trentenaires londoniens qui se connaissent depuis plus de dix ans. Potes d’école d’art, potes de potes, potes de soirées karaoké qui se finissent au petit matin. Lorsqu’ils montent un groupe, c’est sans le moindre plan de carrière, bien loin ...

Citron-Sucré a soif d’amour pour la première fois à Lyon

Elle fait partie des artistes électro-pop à suivre de près cette année et l’éminent festival Reperkusound ne s’y est pas trompé : la jeune musicienne franco-russe et lyonnaise d’adoption Elena – aka Citron Sucré à la scène – ouvrira cette année la « main stage » lors de la premiè...