Sortir à Lyon
Partager cet article :

Où passer la fête de la musique ?

  1. Dans un jardin croix-rous­sien avec le Quatuor Debussy

Toujours aussi géné­reux, popu­laire et exigeant, le Quatuor Debussy invite pour la quatrième année les Lyon­nais à fêter la musique dans le jardin de leur rési­dence située à l’Ins­ti­tut natio­nal supé­rieur du profes­so­rat et de l’édu­ca­tion, sur le boule­vard de la Croix-Rousse. Aux côtés du quatuor lui-même, vous pour­rez écou­ter le Quatuor Héméra, formé par les Debussy, le duo 1 air 2 violons, ou le chœur Les Groix-Rous­siens. L’oc­ca­sion par-
faite de passer la Fête de la musique au frais et en bonne compa­gnie.

À 17 h, dans les jardins de l’Inspé, Lyon 4e . Repli dans la salle de l’Inspe en cas de mauvais temps. Entrée libre. Quatuor Debussy

2. Sur les quais de Saône avec Le Sonic.

C’est une nouvelle qui va émous­tiller tous les fans de post-punk : pour la Fête de la musique, Le Sonic orga­nise un concert, le premier depuis un an et surtout, peut-être, le seul et unique avant la rentrée de septembre. Au pro-
gramme, du rock lyon­nais sombre, mélan­co­lique et furieux comme
la pop dépres­sive et éner­vée des nanas de Venin Carmin qui, promis, vous donnera envie de vous tortiller sur votre chaise. Et en plus, il y aura de la place pour tout le monde puisque l’évé­ne­ment aura lieu sur les quais, à côté de la péniche du Sonic.

De 17 h à 22 h 45, sur le quai des Étroits, Lyon 5e. Gratuit. Le Sonic

3. Aux Subsis­tances avec la jeune pop lyon­naise.

Qu’on se le dise, la musique lyon­naise est bonne, en parti­cu­lier la pop. Pour décou­vrir la nouvelle géné­ra­tion de musi­ciens, c’est aux Subsis­tances que ça se passe. La soirée démar­rera en douceur, avec l’élec­tro pop de Wugo, et les chan­sons françaises pop et jazzy deKCIDY, avant de s’em­bal­ler un peu avec le rock foutraque de John­nie Carwash, puis de décol­ler carré­ment avec la techno atmo­sphé­rique de Soma­ti­cae. Un voyage musi­cal très lyon­nais qui devrait (enfin) débor­der sur la nuit.


À partir de 18 h 15, aux Subsis­tances, Lyon 1er. Entrée libre dans la limite des places dispo­nibles. Les Subs

Brain Damage danse reggae au Transbo

Avis aux amateurs – mais aussi aux autres – l’inépuisable explorateur de la dub et de ses racines Martin Nathan aka Brain Damage est de retour avec un quinzième album paru le 28 mai dernier sur le label lyonnais Jarring Effects. Au départ, l’idée est simple : donner une suite au ...

A 25 ans, Jarring Effects fait encore de l’ef­fet

C’est le label lyonnais indépendant qui a réussi à faire son trou, notamment en produisant les albums de High Tone, le groupe pionnier de dub en France qui a éclos sur les pentes de la Croix Rousse à la fin des années 90. Jarring Effects, qui aurait dû fêter ses 25 ans l’année de...

Comment s’ha­biller pour Cathe­rine Ringer ?

Comment s’habiller pour aller voir Catherine Ringer chanter les Rita Mitsouko Une coiffure indécise  Vous hésitez toujours entre rafraîchir les pointes ou tout couper au moment fatidique de passer sous les ciseaux du coiffeur? Faites comme Catherine Ringer, ne choisissez pa...

Deux nuits avec Souchon à Four­vière

N’abusons pas, il ne fait pas partie de ces petits jeunes à qui la crise Covid a coupé l’herbe sous le pied… Mais presque ! Pour ceux qui auraient manqué un épisode, rappelons qu’Alain Souchon a tout simplement écrit son meilleur album à soixante-quinze ans, qu’Âmes fifties est p...