Sortir à Lyon
Partager cet article :

Brain Damage danse reggae au Transbo

Avis aux amateurs – mais aussi aux autres – l’iné­pui­sable explo­ra­teur de la dub et de ses racines Martin Nathan aka Brain Damage est de retour avec un quin­zième album paru le 28 mai dernier sur le label lyon­nais Jarring Effects. Au départ, l’idée est simple : donner une suite au fameux album Walk the Walk, enre­gis­tré en 2015 en Jamaïque, qui fut pour le musi­cien stépha­nois l’oc­ca­sion de colla­bo­rer avec de nombreuses légendes du reggae. Parmi elles, Horace Andy, Kiddus I, Willi Williams, Ras Michael ou encore Wins­ton McAnuff… bref, du lourd et à cette liste, déjà impres­sion­nante, aurait pu s’ajou­ter un autre nom mythique, celui de Big Youth, si les calen­driers s’étaient alignés… Ce n’est que partie remise, se disent alors Martin Nathan et son ami et ingé­nieur du son Samuel Clay­ton Jr, et l’idée germe petit à petit de lui consa­crer un album entier lorsque l’op­por­tu­nité se présen­tera. Cinq ans plus tard, en 2020, la rencontre musi­cale tant atten­due a enfin lieu et donne natu­rel­le­ment son nom au disque : Brain Damage meets Big Youth.

Jamaïque et pandé­mie

L’his­toire, écrite ainsi, semble magni­fique. En fait, c’est tout le contraire : enre­gis­tré en mars 2020 au moment où éclate la pandé­mie de covid-19, la réali­sa­tion du disque est jalon­née d’obs­tacles et de drames. Martin Nathan et Samuel Clay­ton sont tous deux touchés par le virus, et l’in­gé­nieur du son décède en avril. « On est partis à deux et je suis revenu tout seul » lâche Martin Nathan. «  C’est une de ces histoires tris­te­ment banales où la voiture sort de la route, fait dix tonneaux et quand ça s’ar­rête tu en as un qui a quelques égra­ti­gnures et l’autre à côté qui ne se réveille pas. » Le disque, pour­tant, est joyeux. Un concen­tré de lumière, un jaillis­se­ment de feu, un souffle habité comme on n’en avait pas entendu depuis un moment. Un disque que l’on n’at­ten­dait pas et qui, en l’es­pace de quelques titres, réus­sit à nous happer et faire voler en éclat tous nos préju­gés sur un genre musi­cal avec lequel on avait long­temps gardé une certaine distance.

La prédi­ca­tion délec­table selon Big Youth

« Malgré la tour­nure des événe­ments, je n’ai pas voulu donner au disque une couleur lugubre. Samuel était quelqu’un de lumi­neux, cela n’au­rait pas eu de sens de lui rendre hommage de cette manière. Je voulais abso­lu­ment finir ce projet pour lui, de la manière dont on l’avait conçu ensemble. Je pense que c’est ce qu’il aurait voulu. Après bien sûr, il y a une seconde lecture, quelque chose de plus enfoui, qui parle de la façon dont se sont passées les choses. » En mêlant jazz, reggae roots et dub, Brain Damage offre aux impro­vi­sa­tions de Big Youth un terrain de jeu dans lequel le prédi­ca­teur de 72 ans se glisse avec brio et délec­ta­tion. On laisse le disque tour­ner en boucle, en atten­dant de vivre l’ex­pé­rience en live, un jour, dans ce monde d’après qui finira bien par arri­ver mais dans lequel, de toute évidence, certains auront plus de cica­trices que d’autres. Ce disque est à la fois l’his­toire de l’une de ces cica­trices et un merveilleux baume pour tous ceux qui en ont à panser, d’où qu’elles viennent, en atten­dant le live, qui a lieu ce week-end au Transbo, pour l’an­ni­ver­saire du label. Alexandre Queneau

Brain Damage meets Big Youth (label Jarring Effects)
Summer Sessions, Trans­bor­deur, Villeur­banne. Brain Damage + Alpha Steppa + Nai Jah. Gratuit sur réser­va­tion.

Lire aussi les 25 ans du label Jarring Effects.

L’Im­pé­ra­trice fait salle comble au Transbo

Un seul mot n’est pas suffisant pour décrire leur style. À défaut, mélangeons les : funk, groove, disco, pop, électronique, planant. Les spectateurs trouveront eux-mêmes leur qualificatif. Après un report en février, L’Impératrice se produira finalement sur la scène du Transborde...

Teenage fanclub, la pop la plus grunge de Glas­gow

À Glasgow, il y a carrément un nom pour évoquer le mouvement musical dont ils ont été les figures de proues : le « Bellshill Beat », du nom la petite banlieue Est d’où a émergé, à la fin des années quatre-vingt, une brochette de joyeux lurons adeptes du genre « indie pop » avant ...

Dry clea­ning, le post punk londo­nien qui dépote

Au départ, Dry Cleaning, c’est quatre trentenaires londoniens qui se connaissent depuis plus de dix ans. Potes d’école d’art, potes de potes, potes de soirées karaoké qui se finissent au petit matin. Lorsqu’ils montent un groupe, c’est sans le moindre plan de carrière, bien loin ...

Citron-Sucré a soif d’amour pour la première fois à Lyon

Elle fait partie des artistes électro-pop à suivre de près cette année et l’éminent festival Reperkusound ne s’y est pas trompé : la jeune musicienne franco-russe et lyonnaise d’adoption Elena – aka Citron Sucré à la scène – ouvrira cette année la « main stage » lors de la premiè...