Sortir à Lyon
Partager cet article :

Ponta Preta, surf rock vintage

Cela fait un moment qu’on vous parle du surf rock jubi­la­toire des Ponta Preta. Nos « Beach boys locaux » avaient livré en 2019 un premier EP fulgu­rant et une série de concerts à tomber, dans un style surf vintage mais pas que, clai­re­ment aussi influencé par leurs contem­po­rains tels que La Luz et les Allah-Las que par le canal histo­rique. La suite de leurs aven­tures a pris la forme d’un premier album tout simple­ment merveilleux sorti le 16 avril dernier.

Car Tits Up, c’est son nom, n’est rien de moins que ça : un don du ciel, ou plutôt de l’océan ; une bouf­fée d’em­bruns dans la face, un roulé-boulé nu sur la plage et la sieste plus ou moins crapu­leuse qui lui succède. En anglais l’ex­pres­sion « tits up » décrit parfois une situa­tion hors de contrôle, quand tout est parti en l’air, que la foirade est totale, que rien ne va plus. Une belle synthèse de 2020 ? Il y a peut-être un peu de ça. Mais chez les Ponta Preta, les deux mots sont aussi à prendre au premier degré : « seins en l’air, messieurs dames ! » Injonc­tion de braqueurs de plage, ode à la libé­ra­tion du téton, à la fête entre potes et plus si affi­ni­tés. Tout cela démarre en fanfare avec le tube I Wanna Know, sa basse-batte­rie galo­pante, son riff planant, son refrain parfait. Si à 3 minutes 11, vous n’êtes pas en train de reprendre à tue-tête les « la la la la la » sous votre douche (de plage, ou depluie… à Lyon), alors on ne peut vrai­ment plus rien pour vous. La suite est du même acabit et mieux encore, et plutôt que d’en­fi­ler les tubes comme des fleurs sur un collier hawaïen, le quin­tette prend le soin de faire quelques succu­lents détours dans la stra­to­sphère ou chez Sergio Leone. Notre préféré ? Un instru­men­tal surf-funk (!) répon­dant au doux nom de Scusi Frate. L’im­por­tant ici n’est pas la desti­na­tion, c’est le road trip. Et les copains avec lesquels vous le faites. ça tombe bien : le Transbo leur ouvre les portes de ses Summer Sessions, c’est le moment d’en profi­ter avant que le pass sani­taire vous tombe sur la tête… A.Q.

Ponta Preta (+ Johnny Mafia). Mardi 13 juillet à 18h au Trans­bor­deur à Villeur­banne (repli au Club en cas de pluie). Gratuit sur réser­va­tion puis 7 € sur place. Début des concerts à 20h.

Tits Up de Ponta Preta. Sorti le 16 avril chez Le Surf Records.

Premier extrait du Tits Up des Ponta Preta.

Brain Damage danse reggae au Transbo

Avis aux amateurs – mais aussi aux autres – l’inépuisable explorateur de la dub et de ses racines Martin Nathan aka Brain Damage est de retour avec un quinzième album paru le 28 mai dernier sur le label lyonnais Jarring Effects. Au départ, l’idée est simple : donner une suite au ...

A 25 ans, Jarring Effects fait encore de l’ef­fet

C’est le label lyonnais indépendant qui a réussi à faire son trou, notamment en produisant les albums de High Tone, le groupe pionnier de dub en France qui a éclos sur les pentes de la Croix Rousse à la fin des années 90. Jarring Effects, qui aurait dû fêter ses 25 ans l’année de...

Comment s’ha­biller pour Cathe­rine Ringer ?

Comment s’habiller pour aller voir Catherine Ringer chanter les Rita Mitsouko Une coiffure indécise  Vous hésitez toujours entre rafraîchir les pointes ou tout couper au moment fatidique de passer sous les ciseaux du coiffeur? Faites comme Catherine Ringer, ne choisissez pa...

Deux nuits avec Souchon à Four­vière

N’abusons pas, il ne fait pas partie de ces petits jeunes à qui la crise Covid a coupé l’herbe sous le pied… Mais presque ! Pour ceux qui auraient manqué un épisode, rappelons qu’Alain Souchon a tout simplement écrit son meilleur album à soixante-quinze ans, qu’Âmes fifties est p...