Sortir à Lyon
Partager cet article :

Ponta Preta, surf rock vintage

Cela fait un moment qu’on vous parle du surf rock jubi­la­toire des Ponta Preta. Nos « Beach boys locaux » avaient livré en 2019 un premier EP fulgu­rant et une série de concerts à tomber, dans un style surf vintage mais pas que, clai­re­ment aussi influencé par leurs contem­po­rains tels que La Luz et les Allah-Las que par le canal histo­rique. La suite de leurs aven­tures a pris la forme d’un premier album tout simple­ment merveilleux sorti le 16 avril dernier.

Car Tits Up, c’est son nom, n’est rien de moins que ça : un don du ciel, ou plutôt de l’océan ; une bouf­fée d’em­bruns dans la face, un roulé-boulé nu sur la plage et la sieste plus ou moins crapu­leuse qui lui succède. En anglais l’ex­pres­sion « tits up » décrit parfois une situa­tion hors de contrôle, quand tout est parti en l’air, que la foirade est totale, que rien ne va plus. Une belle synthèse de 2020 ? Il y a peut-être un peu de ça. Mais chez les Ponta Preta, les deux mots sont aussi à prendre au premier degré : « seins en l’air, messieurs dames ! » Injonc­tion de braqueurs de plage, ode à la libé­ra­tion du téton, à la fête entre potes et plus si affi­ni­tés. Tout cela démarre en fanfare avec le tube I Wanna Know, sa basse-batte­rie galo­pante, son riff planant, son refrain parfait. Si à 3 minutes 11, vous n’êtes pas en train de reprendre à tue-tête les « la la la la la » sous votre douche (de plage, ou depluie… à Lyon), alors on ne peut vrai­ment plus rien pour vous. La suite est du même acabit et mieux encore, et plutôt que d’en­fi­ler les tubes comme des fleurs sur un collier hawaïen, le quin­tette prend le soin de faire quelques succu­lents détours dans la stra­to­sphère ou chez Sergio Leone. Notre préféré ? Un instru­men­tal surf-funk (!) répon­dant au doux nom de Scusi Frate. L’im­por­tant ici n’est pas la desti­na­tion, c’est le road trip. Et les copains avec lesquels vous le faites. ça tombe bien : le Transbo leur ouvre les portes de ses Summer Sessions, c’est le moment d’en profi­ter avant que le pass sani­taire vous tombe sur la tête… A.Q.

Ponta Preta (+ Johnny Mafia). Mardi 13 juillet à 18h au Trans­bor­deur à Villeur­banne (repli au Club en cas de pluie). Gratuit sur réser­va­tion puis 7 € sur place. Début des concerts à 20h.

Tits Up de Ponta Preta. Sorti le 16 avril chez Le Surf Records.

Premier extrait du Tits Up des Ponta Preta.

Silly boy blue au Transbo

Ceux qui étaient au premier concert de Woodkid cet été aux Nuits de Fourvière se souviennent sans doute d’elle. La jeune Nantaise Ana Benabdelkarim, aka Silly Boy Blue, avait magistralement ouvert pour le régional de l’étape, obtenant même une standing ovation comme le public du ...

Tiña, le concert indie pop de la rentrée

On l’entendait l’autre soir au bar d’une salle de concert : « Les Pixies sont partout ! » De Johnnie Carwash à JP Goulag en passant par TV Sundaze, on ne cesse en effet d’entendre en ce moment leur écho – lointain et parfaitement digéré au demeurant – chez la jeune génération. Eh...

Un monde en musiques au musée des Confluences

Rock psychédélique marocain mêlant influences actuelles et musique populaire marocaine avec Bab L' Bluz, rumba congolaise ensorcelée avec la figure de la musique centrafricaine moderne Ray Lema et improvisation à la croisée (pour le moins surprenante) des chemins du chant soufi e...

Cyrious, le lyon­nais à suivre sérieu­se­ment !

Il vient de sortir son premier EP et truste déjà les scènes des festivals de l'été. Portrait d'un jeune rappeur lyonnais qui a déjà un univers bien à lui. Cyrious, retenez ce nom. De la programmation estivale de La Rayonne à la grande scène de Woodstower, on le retrouvera à l’...