Sortir à Lyon
Partager cet article :

Tiña, le concert indie pop de la rentrée

On l’en­ten­dait l’autre soir au bar d’une salle de concert : « Les Pixies sont partout !  » De John­nie Carwash à JP Goulag en passant par TV Sundaze, on ne cesse en effet d’en­tendre en ce moment leur écho – loin­tain et parfai­te­ment digéré au demeu­rant – chez la jeune géné­ra­tion. Eh bien rebe­lote, on s’est fait la même réflexion à l’écoute de l’ex­cellent premier album du groupe londo­nien Tiña, Posi­tive Mental Health Music, notam­ment sur la doublette Rosa­lina / I Feel Fine. Comme le reste du disque, elle s’ins­crit dans la droite lignée de ce que l’in­die rock a donné de meilleur depuis la fin des années 80, de They Might Be Giants à Car Seat Headrest en passant évidem­ment par la Sainte Trinité : Pave­ment, Elliott Smith et donc Pixies.

Désin­vol­ture suprême

Mais trêve de réfé­rences, car il ne faudrait surtout pas enfer­mer Tiña dans un rôle de copiste de leurs pres­ti­gieux aînés. Le groupe mené par Josh Loftin est bien unique en son genre et se démarque notam­ment par une désin­vol­ture encore plus pronon­cée qu’à l’ac­cou­tu­mée chez le «  slacker » moyen. De quoi espé­rer un concert au Sonic complè­te­ment décalé, en croi­sant les doigts pour que le quatuor rapplique avec les mêmes costumes que dans leurs clips : mini-short au cul et chapeau de cow-boy rose bonbon sur la tête. Alors réca­pi­tu­lons : des tubes, des blagues, des guitares, des Anglais dans des accou­tre­ments ridi­cules et tout ça au Sonic… Le compte est bon : on tient là LE concert indie rock de la rentrée. En atten­dant, on file réécou­ter l’ir­ré­sis­tible Golden Rope… Yiii ha ! Alexandre Queneau

Tiña. Lundi 4 octobre à 20h30 au Sonic, Lyon 5e. 13,70 €.

Gavin Bryars et Moon­dog, le meilleur du jazz à l’Opéra under­ground

Il y a les musiciens qu’il ne faut pas rater et ceux à ne vraiment pas louper. Gavin Bryars est à ranger dans la seconde catégorie. Le compositeur britannique, pionnier du mouvement post-minimaliste (n’allez pas lui dire, ça lui déplaît), âgé de 79 ans n’est malheureusement pas é...

L’Im­pé­ra­trice fait salle comble au Transbo

Un seul mot n’est pas suffisant pour décrire leur style. À défaut, mélangeons les : funk, groove, disco, pop, électronique, planant. Les spectateurs trouveront eux-mêmes leur qualificatif. Après un report en février, L’Impératrice se produira finalement sur la scène du Transborde...

Teenage fanclub, la pop la plus grunge de Glas­gow

À Glasgow, il y a carrément un nom pour évoquer le mouvement musical dont ils ont été les figures de proues : le « Bellshill Beat », du nom la petite banlieue Est d’où a émergé, à la fin des années quatre-vingt, une brochette de joyeux lurons adeptes du genre « indie pop » avant ...

Dry clea­ning, le post punk londo­nien qui dépote

Au départ, Dry Cleaning, c’est quatre trentenaires londoniens qui se connaissent depuis plus de dix ans. Potes d’école d’art, potes de potes, potes de soirées karaoké qui se finissent au petit matin. Lorsqu’ils montent un groupe, c’est sans le moindre plan de carrière, bien loin ...