Sortir à Lyon
Partager cet article :

Clara Luciani fait son retour au Radiant-Belle­vue

Clara Luciani est une blitz­krieg musi­cale à elle toute seule. Son album Sainte-Victoire a trans­formé cette jolie brune au physique andro­gyne en nouvelle coque­luche de la chan­son française. Pour­tant, sur le papier, ce n’était pas gagné d’avance : un son old-school loin des stan­dards de l’élec­tro-pop du moment, une voix grave de contralto qu’on a trop peu l’ha­bi­tude d’en­tendre et des textes inti­mistes parlant de ses bles­sures amou­reuses. Mais une fois mise en musique, l’équa­tion fonc­tionne. La chan­teuse sait trou­ver l’in­gré­dient en plus pour réveiller des chan­sons qui auraient pu être trop sages : guitare groovy sur La Grenade, lyrisme dépouillé sur la berceuse Dors, tour­billons loin­tains de cuivres sur Les Fleurs ou texte parlé sur Sainte-Victoire… Clara sait aussi manier les mots, cise­lant des paroles simples et effi­caces dans lesquelles elle se dépeint aussi bien comme un grande amou­reuse qu’une guer­rière remet­tant en ques­tion les diktats fémi­nins. Elle nous ferait presque danser à poil sur la chaloupe disco de Nue.

Le dernier titre de Clara Luciani.

Clara Luciani. Mer 17 novembre à 20h30 au Radiant-Belle­vue à Caluire (annoncé complet). radiant-belle­vue.fr

Gavin Bryars et Moon­dog, le meilleur du jazz à l’Opéra under­ground

Il y a les musiciens qu’il ne faut pas rater et ceux à ne vraiment pas louper. Gavin Bryars est à ranger dans la seconde catégorie. Le compositeur britannique, pionnier du mouvement post-minimaliste (n’allez pas lui dire, ça lui déplaît), âgé de 79 ans n’est malheureusement pas é...

L’Im­pé­ra­trice fait salle comble au Transbo

Un seul mot n’est pas suffisant pour décrire leur style. À défaut, mélangeons les : funk, groove, disco, pop, électronique, planant. Les spectateurs trouveront eux-mêmes leur qualificatif. Après un report en février, L’Impératrice se produira finalement sur la scène du Transborde...

Teenage fanclub, la pop la plus grunge de Glas­gow

À Glasgow, il y a carrément un nom pour évoquer le mouvement musical dont ils ont été les figures de proues : le « Bellshill Beat », du nom la petite banlieue Est d’où a émergé, à la fin des années quatre-vingt, une brochette de joyeux lurons adeptes du genre « indie pop » avant ...

Dry clea­ning, le post punk londo­nien qui dépote

Au départ, Dry Cleaning, c’est quatre trentenaires londoniens qui se connaissent depuis plus de dix ans. Potes d’école d’art, potes de potes, potes de soirées karaoké qui se finissent au petit matin. Lorsqu’ils montent un groupe, c’est sans le moindre plan de carrière, bien loin ...