Sortir à Lyon
Partager cet article :

Totorro fait son ciné-concert de l’amour

Le post rock a fait beau­coup de bien à la musique de film. Peut-il en faire autant au roman-photo ? Quinze ans après sa sortie on se souvient encore de l’ex­cel­lente bande origi­nale par Mogwai de Zidane, un portrait du 21ème siècle, sans laquelle le film n’au­rait sans doute pas eu la même saveur. Le quatuor écos­sais avait refait le coup plusieurs fois, avec la BO de la série Les Reve­nants ou celle du docu­men­taire expé­ri­men­tal de Mark Cousins Atomic, donnée en ciné-concert événe­ment lors des Nuits Sonores 2016. Dans la même veine, leurs loin­tains cousins bretons Totorro s’at­taquent non pas au 7ème mais au 9ème art avec un « ciné-BD-concert » inspiré du vrai-faux roman-photo de Fabcaro Et si l’amour c’était Aimer ? Sur le papier, ça s’an­nonce bien : une ving­taine de thèmes instru­men­taux origi­naux ont été créés par Totorro et l’ami batteur Pierre Marol­leau pour accom­pa­gner la projec­tion sur grand écran des planches de la bande dessi­née, recom­po­sées image par image pour l’oc­ca­sion. En 4 par 3 et boosté au math rock survi­ta­miné du trio, le réalisme piquant et désa­busé de Fabcaro va prendre une autre dimen­sion. Presque litté­ra­le­ment prendre vie devrait-on dire car rappe­lons que dans l’his­toire origi­nale de Fabcaro, Sandrine tombe sous le charme de Michel, un livreur à domi­cile chan­teur de rock à ses heures perdues… À quel point les Rennais vont-ils jouer la carte de la mise en abyme ? Réponse le 28 novembre à l’Epi­ce­rie moderne. On en sera, évidem­ment. A.Q.


Totorro & Friend. Dimanche 28 novembre à 20h à l’Epice­rie moderne à Feyzin. De 9 à 13€.

Gavin Bryars et Moon­dog, le meilleur du jazz à l’Opéra under­ground

Il y a les musiciens qu’il ne faut pas rater et ceux à ne vraiment pas louper. Gavin Bryars est à ranger dans la seconde catégorie. Le compositeur britannique, pionnier du mouvement post-minimaliste (n’allez pas lui dire, ça lui déplaît), âgé de 79 ans n’est malheureusement pas é...

L’Im­pé­ra­trice fait salle comble au Transbo

Un seul mot n’est pas suffisant pour décrire leur style. À défaut, mélangeons les : funk, groove, disco, pop, électronique, planant. Les spectateurs trouveront eux-mêmes leur qualificatif. Après un report en février, L’Impératrice se produira finalement sur la scène du Transborde...

Teenage fanclub, la pop la plus grunge de Glas­gow

À Glasgow, il y a carrément un nom pour évoquer le mouvement musical dont ils ont été les figures de proues : le « Bellshill Beat », du nom la petite banlieue Est d’où a émergé, à la fin des années quatre-vingt, une brochette de joyeux lurons adeptes du genre « indie pop » avant ...

Dry clea­ning, le post punk londo­nien qui dépote

Au départ, Dry Cleaning, c’est quatre trentenaires londoniens qui se connaissent depuis plus de dix ans. Potes d’école d’art, potes de potes, potes de soirées karaoké qui se finissent au petit matin. Lorsqu’ils montent un groupe, c’est sans le moindre plan de carrière, bien loin ...