Sortir à Lyon
Partager cet article :

Le nouveau punk-rock des Gender roles à décou­vrir live

Il y a un peu moins de deux ans, nous vous aiguil­lions déjà vers ce qui était alors la toute première date lyon­naise de cette jeune bande de cheve­lus en prove­nance de Brigh­ton. Nous ne nous trom­pions pas : Gender Roles avait signé au Sonic l’un des concerts de la rentrée 2020. Une date qui reste dans nos mémoires – on ne le savait pas encore, à l’époque – comme l’un de nos derniers véri­tables moments « punk rock » avant le Covid, avec force pogo, hurle­ments primaires et glis­sades sur le sol instable et houblonné de la péniche du quai des Etroits. Depuis, le gang n’a pas chômé et on nous signale dans l’oreillette qu’il serait armé d’un deuxième album en atter­ris­sage immi­nent. Un objet de toutes les convoi­tises chez les amateurs de rock alter­na­tif à tendance émotive qui n’a pour le moment pas de date de sortie offi­cielle mais dont on décou­vrira une grande partie en live, cette fois au Péri­scope. Outre-Manche ils sont clai­re­ment passés du statut de « newco­mer » promet­teur à celui de « next big thing » alors… be there or be square ! A.Q.

Gender Roles. Mercredi 1 er décembre à 21h au Péri­scope, Lyon 2 Confluence. 11 €.

Un petit bijou du music-hall pour les fêtes

Une ouvrière syndicaliste et le directeur d’une usine de confection de pyjamas qui tombent amoureux sur fond de conflit social ? Voilà un pitch politique bien inattendu pour une comédie musicale (américaine) des années 50. Pourtant, tous les ingrédients du music-hall sont réunis ...

Un dernier concert pour se réchauf­fer

Ce n’est pas la première fois que l’on vous parle ici de Raoul Vignal, notre Nick Drake lyonnais. Après avoir longtemps vécu à Berlin, le songwriter est revenu dans la région se mettre au vert pour composer son troisième album, Years in marble. On retrouve une nouvelle fois sa fo...

Le meilleur groupe de garage rock à Feyzin

Vingt ans que les infatigables Black Lips sont le meilleur groupe de garage rock du monde. Vingt ans que d’autres tentent de leur chiper le titre, sans jamais y parvenir. Comment expliquer une telle longévité ? Leur exceptionnelle présence scénique – plus punks que tous les punks...

Vous repren­drez bien encore un peu d’Alain Souchon ?

Il fallait le voir mettre un pied sur la scène de Fourvière cet été, guitare en bandoulière, entamant en solo Allô maman Bobo instantanément repris par le public. Souchon cache bien son jeu : à 77 ans, il prend encore des cours de chant, ne se fiche pas de son public en signant u...