Sortir à Lyon
Partager cet article :

Mélissa Laveaux ou le rock le plus inclas­sable

Melissa Laveaux en concert à l'Opéra de Lyon.
Mélissa Laveaux, la papesse soul rock de Montréal.

Ouf, les concerts reprennent (un peu) ! Cet album, elle l’a fait toute seule. Écrit en un an – il lui en faut d’ha­bi­tude quatre ou cinq -, sans label pour la soute­nir, « avec le fond de mon compte bancaire » dit-elle dans un rire. Un vrai choix, radi­cal, qui lui réserve une totale liberté. «  Je suis arri­vée à un stade où je me sens respon­sable des chan­sons que j’écris, je veux qu’elles soient entre de bonnes mains » explique Mélissa Laveaux, chan­teuse inclas­sable à la fois soul, créole et profon­dé­ment rock. Fan de tarot, elle s’est inspi­rée du jeu de cartes pour écrire son dernier single, Papessa, une ode à la fémi­nité mytho­lo­gique et guer­rière. Pour elle, c’est clair : le pape devrait être une femme, et si elle devait la choi­sir, ce serait Grace Jones. On la retrouve d’ailleurs dans sa scéno­gra­phie, ombre-silhouette recon­nais­sable entre mille, qui veille derrière les musi­ciens.

Papessa mili­tante, avec le sourire et le chant

Chan­ter l’exil. En 2018, son précé­dent album Radyo Siwèl, très beau, s’an­crait dans les racines musi­cales d’Haïti. Elle chan­tait presque unique­ment en créole sur des rythmes suaves et entê­tants, de ceux qui donnent envie de danser. « Je ne conçois pas de mili­ter sans avoir le sourire à la gueule » déclare-t-elle. Même au télé­phone entre deux répé­ti­tions de sa rési­dence à la Rochelle, le sourire ne quitte jamais sa voix légè­re­ment éraillée. « Le déra­ci­ne­ment fait partie inté­grante de l’ADN musi­cal de Mélissa Laveaux » écrit la jour­na­liste Jeanne Lacaille à son sujet. On entend dans ses morceaux les tradi­tions haïtiennes, le refuge à Montréal ou les sono­ri­tés cubaines de son idole, la résis­tante Martha Jean-Claude. Son quatrième album, plus intime, est éminem­ment fémi­niste. Un univers poétique et plein de mystères qui s’ap­prête à rencon­trer la grande scène de l’Opéra de Lyon. La colla­bo­ra­tion, passion­nante, ravit la chan­teuse : « J’ai un bon feeling avec la ville de Lyon, à chaque fois que je viens les salles sont toujours plus grosses ! ». On lui souhaite d’em­por­ter les foules (assises) avec elle.

Mélissa Laveaux. Jeudi 3 février à 20h à l’Opéra Under­ground, Lyon 1er. De 10 à 28€.

C’est votre dernière chance de voir Mans­field TYA

Depuis 2002, les musiciennes Rebeka Warrior (Sexy Sushi, Kompromat) et Carla Pallone (Vacarme) forment l’étonnant duo Mansfield.TYA. Mais voilà, c’est fini. La dernière date « ever » aura lieu le 1er novembre à l’Olympia, pour la fête des morts… Avant cela, le duo nantais viendra...

Wood­sto­wer, le meilleur festi­val elec­tro de l’été

Après une édition 2021 marquée par les restrictions, voilà l’éco-festival lyonnais enfin de retour dans toute sa splendeur, avec ses quatre scènes, son camping, son village, sa plage et sa programmation ultra festive gorgée de rap et d’électro... Qui dit retour de la fête dit ret...

Ça vous dirait un bal punk pour le 14 juillet ?

Le 13 juillet, c’est jour de bal. Veille de fête nationale oblige, les places de village et les casernes s’habillent de leurs habits de lumière, des hordes de fêtards surmotivés s’échappent au plus tôt du boulot, repassent à la maison recharger leur téléphone et s’endimancher un ...

Cory Wong, le concert le plus groovy de Jazz à Vienne

Guitariste phénoménal, Cory Wong ouvrira de son groove festif le concert du légendaire George Benson à Jazz à Vienne. Grande soirée annoncée ! Cory Wong, c’est le p’tit gars qui, l’air de rien, vient nous donner une bonne leçon de groove. Inséparable de sa Stratocaster et de s...