Sortir à Lyon
Partager cet article :

Mélissa Laveaux ou le rock le plus inclas­sable

Melissa Laveaux en concert à l'Opéra de Lyon.
Mélissa Laveaux, la papesse soul rock de Montréal.

Ouf, les concerts reprennent (un peu) ! Cet album, elle l’a fait toute seule. Écrit en un an – il lui en faut d’ha­bi­tude quatre ou cinq -, sans label pour la soute­nir, « avec le fond de mon compte bancaire » dit-elle dans un rire. Un vrai choix, radi­cal, qui lui réserve une totale liberté. «  Je suis arri­vée à un stade où je me sens respon­sable des chan­sons que j’écris, je veux qu’elles soient entre de bonnes mains » explique Mélissa Laveaux, chan­teuse inclas­sable à la fois soul, créole et profon­dé­ment rock. Fan de tarot, elle s’est inspi­rée du jeu de cartes pour écrire son dernier single, Papessa, une ode à la fémi­nité mytho­lo­gique et guer­rière. Pour elle, c’est clair : le pape devrait être une femme, et si elle devait la choi­sir, ce serait Grace Jones. On la retrouve d’ailleurs dans sa scéno­gra­phie, ombre-silhouette recon­nais­sable entre mille, qui veille derrière les musi­ciens.

Papessa mili­tante, avec le sourire et le chant

Chan­ter l’exil. En 2018, son précé­dent album Radyo Siwèl, très beau, s’an­crait dans les racines musi­cales d’Haïti. Elle chan­tait presque unique­ment en créole sur des rythmes suaves et entê­tants, de ceux qui donnent envie de danser. « Je ne conçois pas de mili­ter sans avoir le sourire à la gueule » déclare-t-elle. Même au télé­phone entre deux répé­ti­tions de sa rési­dence à la Rochelle, le sourire ne quitte jamais sa voix légè­re­ment éraillée. « Le déra­ci­ne­ment fait partie inté­grante de l’ADN musi­cal de Mélissa Laveaux » écrit la jour­na­liste Jeanne Lacaille à son sujet. On entend dans ses morceaux les tradi­tions haïtiennes, le refuge à Montréal ou les sono­ri­tés cubaines de son idole, la résis­tante Martha Jean-Claude. Son quatrième album, plus intime, est éminem­ment fémi­niste. Un univers poétique et plein de mystères qui s’ap­prête à rencon­trer la grande scène de l’Opéra de Lyon. La colla­bo­ra­tion, passion­nante, ravit la chan­teuse : « J’ai un bon feeling avec la ville de Lyon, à chaque fois que je viens les salles sont toujours plus grosses ! ». On lui souhaite d’em­por­ter les foules (assises) avec elle.

Mélissa Laveaux. Jeudi 3 février à 20h à l’Opéra Under­ground, Lyon 1er. De 10 à 28€.

Gavin Bryars et Moon­dog, le meilleur du jazz à l’Opéra under­ground

Il y a les musiciens qu’il ne faut pas rater et ceux à ne vraiment pas louper. Gavin Bryars est à ranger dans la seconde catégorie. Le compositeur britannique, pionnier du mouvement post-minimaliste (n’allez pas lui dire, ça lui déplaît), âgé de 79 ans n’est malheureusement pas é...

L’Im­pé­ra­trice fait salle comble au Transbo

Un seul mot n’est pas suffisant pour décrire leur style. À défaut, mélangeons les : funk, groove, disco, pop, électronique, planant. Les spectateurs trouveront eux-mêmes leur qualificatif. Après un report en février, L’Impératrice se produira finalement sur la scène du Transborde...

Teenage fanclub, la pop la plus grunge de Glas­gow

À Glasgow, il y a carrément un nom pour évoquer le mouvement musical dont ils ont été les figures de proues : le « Bellshill Beat », du nom la petite banlieue Est d’où a émergé, à la fin des années quatre-vingt, une brochette de joyeux lurons adeptes du genre « indie pop » avant ...

Dry clea­ning, le post punk londo­nien qui dépote

Au départ, Dry Cleaning, c’est quatre trentenaires londoniens qui se connaissent depuis plus de dix ans. Potes d’école d’art, potes de potes, potes de soirées karaoké qui se finissent au petit matin. Lorsqu’ils montent un groupe, c’est sans le moindre plan de carrière, bien loin ...