Sortir à Lyon
Partager cet article :

Mélissa Laveaux ou le rock le plus inclas­sable

Melissa Laveaux en concert à l'Opéra de Lyon.
Mélissa Laveaux, la papesse soul rock de Montréal.

Ouf, les concerts reprennent (un peu) ! Cet album, elle l’a fait toute seule. Écrit en un an – il lui en faut d’ha­bi­tude quatre ou cinq -, sans label pour la soute­nir, « avec le fond de mon compte bancaire » dit-elle dans un rire. Un vrai choix, radi­cal, qui lui réserve une totale liberté. «  Je suis arri­vée à un stade où je me sens respon­sable des chan­sons que j’écris, je veux qu’elles soient entre de bonnes mains » explique Mélissa Laveaux, chan­teuse inclas­sable à la fois soul, créole et profon­dé­ment rock. Fan de tarot, elle s’est inspi­rée du jeu de cartes pour écrire son dernier single, Papessa, une ode à la fémi­nité mytho­lo­gique et guer­rière. Pour elle, c’est clair : le pape devrait être une femme, et si elle devait la choi­sir, ce serait Grace Jones. On la retrouve d’ailleurs dans sa scéno­gra­phie, ombre-silhouette recon­nais­sable entre mille, qui veille derrière les musi­ciens.

Papessa mili­tante, avec le sourire et le chant

Chan­ter l’exil. En 2018, son précé­dent album Radyo Siwèl, très beau, s’an­crait dans les racines musi­cales d’Haïti. Elle chan­tait presque unique­ment en créole sur des rythmes suaves et entê­tants, de ceux qui donnent envie de danser. « Je ne conçois pas de mili­ter sans avoir le sourire à la gueule » déclare-t-elle. Même au télé­phone entre deux répé­ti­tions de sa rési­dence à la Rochelle, le sourire ne quitte jamais sa voix légè­re­ment éraillée. « Le déra­ci­ne­ment fait partie inté­grante de l’ADN musi­cal de Mélissa Laveaux » écrit la jour­na­liste Jeanne Lacaille à son sujet. On entend dans ses morceaux les tradi­tions haïtiennes, le refuge à Montréal ou les sono­ri­tés cubaines de son idole, la résis­tante Martha Jean-Claude. Son quatrième album, plus intime, est éminem­ment fémi­niste. Un univers poétique et plein de mystères qui s’ap­prête à rencon­trer la grande scène de l’Opéra de Lyon. La colla­bo­ra­tion, passion­nante, ravit la chan­teuse : « J’ai un bon feeling avec la ville de Lyon, à chaque fois que je viens les salles sont toujours plus grosses ! ». On lui souhaite d’em­por­ter les foules (assises) avec elle.

Mélissa Laveaux. Jeudi 3 février à 20h à l’Opéra Under­ground, Lyon 1er. De 10 à 28€.

Alela Diane, la plus douce des chan­teuses folk

Le retour discographique d’Alela Diane, avec son sublime sixième album Looking Glass, aura été l’un des événements de l’année 2022. On rêve déjà à la version live de ces ballades à la beauté immaculée. « Is this how it ends? / Est-ce ainsi que cela s’arrête ? » chante Alela Diane...

Entre­tien exclu­sif avec Cerrone, le roi du Disco

La légende du disco Marc Cerrone est de retour sur scène au Transbordeur à Villeurbanne pour un show XXL à l'image de sa musique : généreuse, passionnante et festive. Rencontre avec un pionnier inoxydable aux 70 ans de bonheur. C’est la première fois que vous jouez au Tran...

Florent Marchet, la pop clas­sieuse à la française

Il nous avait conquis il y a dix ans avec Courchevel, pop “à l’eau de rose” qui captait les destins sentimentaux et la vie des pavillons de banlieue comme peu de monde en France avant lui. Son dernier opus Garden Party s’inscrit dans la même lignée, abordant la vie familiale d’au...

Virgi­nie Despentes de retour à Lyon pour faire du bruit

On l'avait quittée en haut des pentes auxquelles elle doit son nom en train de mettre le souk au théâtre de la Croix-Rousse avec Béatrice Dalle. Avec Viril, elle faisait la leçon au mâle hétéro avec la rappeuse Casey. Visiblement, ça lui a plu puisque Virginie Despentes revient p...