Sortir à Lyon
Partager cet article :

Benja­min Biolay en concert sympho­nique unique

Benjamin Biolay en concert à l'Auditorium.
Biolay devant sa Merco Benz.

Beau gosse et boudeur, la mèche tombante et l’oeil noir, les initiales de B.B. avaient commencé par un malen­tendu, celui d’un néo-Gains­bourg pour midi­nettes qui lui aussi faisait chan­ter les filles (Keren Ann, Juliette Gréco, Françoise Hardy ou feue Carla Bruni). La clope, l’al­cool, l’hu­meur parfois maus­sade et le verbe volon­tiers dégueu dans les inter­views avaient fini d’en faire un Gains­bourg à la petite semaine aux tour­ments préfa­briqués par l’am­bi­tion de la jeunesse. Le style inof­fen­sif et genti­ment anglo-saxon de son premier opus, Rose Kennedy, en faisait le gendre idéal et poli au style par trop policé. Quelques années plus tard, « Néga­tif » sonnait comme une réplique au No comment, (« affir­ma­tif ») de Gains­bourg, encore lui, et commençait de dissi­per l’équi­voque notam­ment sur scène. Mais c’est surtout avec Trash Yéyé au bide immé­rité que B.B. commence à trou­ver un langage person­nel.

Benja­min Biolay en tenue de gala pour l’Au­di­to­rium.

Biolay, maître en orches­tra­tion

Moins poseur, plus direct, Biolay commence trouve la voie d’une chan­son française enfin pop rockeuse. Sur scène, l’ou­ver­ture vers les autres de ce grand timide en mal de recon­nais­sance était encore plus palpable, comme la classe du musi­cien. Depuis le succès de La Superbe, il s’est de plus en plus consa­cré à des arran­ge­ments ultra-soignés nour­ris de ses influences, en oubliant un peu de travailler ses textes ou de les confier à quelqu’un (Vengeance, Palermo Holly­wood). Son dernier Grand prix au concept un peu foireux (il regar­dait la formule 1 quand il était petit) en pâtit lui aussi. Derrière de belles intui­tions de cet éter­nel Cali­méro de l’amour (« Comment est ta peine  »), la préca­rité des textes n’y survit une nouvelle fois que grâce à son talent de musi­cien. Mais rassu­rez-vous, celui qui a été formé au Conser­va­toire de Lyon en trom­bone est un arran­geur, un vrai, comme il l’avait déjà prouvé avec ses orches­tra­tions pour Vanessa Para­dis. On devrait donc assis­ter à l’Au­di­to­rium au show unique de ce Fren­chy singu­lier, à rebours des tour­nées préfa­briquées. Vive­ment qu’on le retrouve sur scène donc, c’est là qu’il est le meilleur.

Benja­min Biolay. Vendredi 18 et samedi 19 février à 20h avec l’ONL à l’Audi­to­rium, Lyon 3e. De 34 à 48 €.

Gavin Bryars et Moon­dog, le meilleur du jazz à l’Opéra under­ground

Il y a les musiciens qu’il ne faut pas rater et ceux à ne vraiment pas louper. Gavin Bryars est à ranger dans la seconde catégorie. Le compositeur britannique, pionnier du mouvement post-minimaliste (n’allez pas lui dire, ça lui déplaît), âgé de 79 ans n’est malheureusement pas é...

L’Im­pé­ra­trice fait salle comble au Transbo

Un seul mot n’est pas suffisant pour décrire leur style. À défaut, mélangeons les : funk, groove, disco, pop, électronique, planant. Les spectateurs trouveront eux-mêmes leur qualificatif. Après un report en février, L’Impératrice se produira finalement sur la scène du Transborde...

Teenage fanclub, la pop la plus grunge de Glas­gow

À Glasgow, il y a carrément un nom pour évoquer le mouvement musical dont ils ont été les figures de proues : le « Bellshill Beat », du nom la petite banlieue Est d’où a émergé, à la fin des années quatre-vingt, une brochette de joyeux lurons adeptes du genre « indie pop » avant ...

Dry clea­ning, le post punk londo­nien qui dépote

Au départ, Dry Cleaning, c’est quatre trentenaires londoniens qui se connaissent depuis plus de dix ans. Potes d’école d’art, potes de potes, potes de soirées karaoké qui se finissent au petit matin. Lorsqu’ils montent un groupe, c’est sans le moindre plan de carrière, bien loin ...