Sortir à Lyon
Partager cet article :

Benja­min Biolay en concert sympho­nique unique

Benjamin Biolay en concert à l'Auditorium.
Biolay devant sa Merco Benz.

Beau gosse et boudeur, la mèche tombante et l’oeil noir, les initiales de B.B. avaient commencé par un malen­tendu, celui d’un néo-Gains­bourg pour midi­nettes qui lui aussi faisait chan­ter les filles (Keren Ann, Juliette Gréco, Françoise Hardy ou feue Carla Bruni). La clope, l’al­cool, l’hu­meur parfois maus­sade et le verbe volon­tiers dégueu dans les inter­views avaient fini d’en faire un Gains­bourg à la petite semaine aux tour­ments préfa­briqués par l’am­bi­tion de la jeunesse. Le style inof­fen­sif et genti­ment anglo-saxon de son premier opus, Rose Kennedy, en faisait le gendre idéal et poli au style par trop policé. Quelques années plus tard, « Néga­tif » sonnait comme une réplique au No comment, (« affir­ma­tif ») de Gains­bourg, encore lui, et commençait de dissi­per l’équi­voque notam­ment sur scène. Mais c’est surtout avec Trash Yéyé au bide immé­rité que B.B. commence à trou­ver un langage person­nel.

Benja­min Biolay en tenue de gala pour l’Au­di­to­rium.

Biolay, maître en orches­tra­tion

Moins poseur, plus direct, Biolay commence trouve la voie d’une chan­son française enfin pop rockeuse. Sur scène, l’ou­ver­ture vers les autres de ce grand timide en mal de recon­nais­sance était encore plus palpable, comme la classe du musi­cien. Depuis le succès de La Superbe, il s’est de plus en plus consa­cré à des arran­ge­ments ultra-soignés nour­ris de ses influences, en oubliant un peu de travailler ses textes ou de les confier à quelqu’un (Vengeance, Palermo Holly­wood). Son dernier Grand prix au concept un peu foireux (il regar­dait la formule 1 quand il était petit) en pâtit lui aussi. Derrière de belles intui­tions de cet éter­nel Cali­méro de l’amour (« Comment est ta peine  »), la préca­rité des textes n’y survit une nouvelle fois que grâce à son talent de musi­cien. Mais rassu­rez-vous, celui qui a été formé au Conser­va­toire de Lyon en trom­bone est un arran­geur, un vrai, comme il l’avait déjà prouvé avec ses orches­tra­tions pour Vanessa Para­dis. On devrait donc assis­ter à l’Au­di­to­rium au show unique de ce Fren­chy singu­lier, à rebours des tour­nées préfa­briquées. Vive­ment qu’on le retrouve sur scène donc, c’est là qu’il est le meilleur.

Benja­min Biolay. Vendredi 18 et samedi 19 février à 20h avec l’ONL à l’Audi­to­rium, Lyon 3e. De 34 à 48 €.

Alela Diane, la plus douce des chan­teuses folk

Le retour discographique d’Alela Diane, avec son sublime sixième album Looking Glass, aura été l’un des événements de l’année 2022. On rêve déjà à la version live de ces ballades à la beauté immaculée. « Is this how it ends? / Est-ce ainsi que cela s’arrête ? » chante Alela Diane...

Entre­tien exclu­sif avec Cerrone, le roi du Disco

La légende du disco Marc Cerrone est de retour sur scène au Transbordeur à Villeurbanne pour un show XXL à l'image de sa musique : généreuse, passionnante et festive. Rencontre avec un pionnier inoxydable aux 70 ans de bonheur. C’est la première fois que vous jouez au Tran...

Florent Marchet, la pop clas­sieuse à la française

Il nous avait conquis il y a dix ans avec Courchevel, pop “à l’eau de rose” qui captait les destins sentimentaux et la vie des pavillons de banlieue comme peu de monde en France avant lui. Son dernier opus Garden Party s’inscrit dans la même lignée, abordant la vie familiale d’au...

Virgi­nie Despentes de retour à Lyon pour faire du bruit

On l'avait quittée en haut des pentes auxquelles elle doit son nom en train de mettre le souk au théâtre de la Croix-Rousse avec Béatrice Dalle. Avec Viril, elle faisait la leçon au mâle hétéro avec la rappeuse Casey. Visiblement, ça lui a plu puisque Virginie Despentes revient p...