Sortir à Lyon
Partager cet article :

Malik Djoudi, nouveau Gains­bourg aux Chants de mars

Malik Djoudi au festival Les Chants de Mars.

Malik Djoudi, c’est le chan­teur français dont on a tant rêvé en écou­tant les anglo-saxons. Quelque part entre James Blake, Connan Mocka­sin, The XX ou encore Blonde Redhead, sans pour autant reje­ter l’in­fluence de quelques grands d’ici, Gains­bourg en tête, le musi­cien poite­vin à la voix haut perchée trace depuis 2017 un joli chemin en dehors des sentiers battus de la pop française. Son premier album nous avait beau­coup plu mais c’est le deuxième, Tempé­ra­ments, publié en 2019, qui nous avait foudroyé. Un recueil de chan­sons douces-amères portées par des nappes synthé­tiques et des rythmes élec­tro­niques entê­tants qui finis­saient toujours par tour­ner en boucle entre nos deux oreilles, même plusieurs heures après le disque fini. Un musique puis­sante que certains produc­teurs comme Myd ou Yuksek s’étaient empres­sés de remixer pour lui donner encore plus d’al­lant, révé­lant au grand jour son poten­tiel dansant. Pour son nouvel album Troie, publié l’an dernier, Malik Djoudi s’est entouré de nouveaux musi­ciens qui l’ac­com­pa­gne­ront sur scène. Un disque plus orga­nique, plus chaud dans tous les sens du terme et cela lui va très bien. Une forma­tion claviers-basse-batte­rie qui vien­dra aussi enri­chir et litté­ra­le­ment donner du corps au show en live, sans rien déna­tu­rer de la magie de Djoudi. Soyez à l’heure : la talen­tueuse chan­teuse lyon­naise Rose­ma­rie lui ouvrira la voix. Elle est l’une de nos coups de cœur du moment et une artiste locale à suivre de près en 2022. A.Q.

Malik Djoudi (+ Rose­ma­rie) au festi­val Les Chants de Mars. Vendredi 18 mars à 20h30 salle Molière, Lyon 5e. De 25,50 à 27,50 €.

Gavin Bryars et Moon­dog, le meilleur du jazz à l’Opéra under­ground

Il y a les musiciens qu’il ne faut pas rater et ceux à ne vraiment pas louper. Gavin Bryars est à ranger dans la seconde catégorie. Le compositeur britannique, pionnier du mouvement post-minimaliste (n’allez pas lui dire, ça lui déplaît), âgé de 79 ans n’est malheureusement pas é...

L’Im­pé­ra­trice fait salle comble au Transbo

Un seul mot n’est pas suffisant pour décrire leur style. À défaut, mélangeons les : funk, groove, disco, pop, électronique, planant. Les spectateurs trouveront eux-mêmes leur qualificatif. Après un report en février, L’Impératrice se produira finalement sur la scène du Transborde...

Teenage fanclub, la pop la plus grunge de Glas­gow

À Glasgow, il y a carrément un nom pour évoquer le mouvement musical dont ils ont été les figures de proues : le « Bellshill Beat », du nom la petite banlieue Est d’où a émergé, à la fin des années quatre-vingt, une brochette de joyeux lurons adeptes du genre « indie pop » avant ...

Dry clea­ning, le post punk londo­nien qui dépote

Au départ, Dry Cleaning, c’est quatre trentenaires londoniens qui se connaissent depuis plus de dix ans. Potes d’école d’art, potes de potes, potes de soirées karaoké qui se finissent au petit matin. Lorsqu’ils montent un groupe, c’est sans le moindre plan de carrière, bien loin ...