Sortir à Lyon
Partager cet article :

Juliette Arma­net, le dernier jour du disco au Radiant

Juliette Armanet est sur la scène du Radiant à Caluire pour son nouvel album Brûler le feu.

C’est une fille du Nord. Une fille de lettres aussi, passée par Hypo­khâgne et le jour­na­lisme. Le genre de fille avec qui on irait bien boire une bouteille de vin pour parler de litté­ra­ture, et d’amour, bien sûr. Le genre d’ar­tiste qui fait l’una­ni­mité, à sa place dans la chan­son française comme l’était son idole Michel Berger, elle qui débarque sur scène avec une telle éner­gie qu’on s’aban­donne à sa musique, conquis. De ses premières chan­sons compo­sées à 14 ans à son premier succès fulgu­rant, Juliette Arma­net a pris son temps pour arri­ver au sommet. Elle a 33 ans quand son premier album, Petite Amie, est nommé révé­la­tion de l’an­née 2018 aux Victoires de la Musique. Un bijou, foison­nant d’airs mélan­co­liques et pop à la fois : tous les Alexandre s’en souviennent. Brûler le feu, son deuxième opus parti­cu­liè­re­ment attendu, a illu­miné la fin d’an­née 2021, plom­bée par on ne sait plus quelle vague d’une pandé­mie inter­mi­nable. 

Le dernier jour du disco

Car il y a dans ses mélo­dies ce truc unique, intem­po­rel et univer­sel, qui agit comme un baume sur les myocardes les plus abîmés. Un vertige de l’amour à la Sanson, version 2022 : « Baby j’ai le rouge aux joues, t’as mon amour comme seul bijou  ». Sur le morceau Tu me Play, son «  visage comme une allu­mette » signe notre retour à la fête, nous aussi les joues rougies de retrou­ver le fris­son de chan­ter collés-serrés sans masques, embal­lés par sa propo­si­tion de tout brûler avec grâce. La première fois qu’elle est venue à Lyon, seule au piano, c’était en première partie de Philippe Kate­rine au Radiant. Elle y rempile en ce début de prin­temps pour un show élec­tro-disco plus abouti, après avoir mis le feu à l’Olym­pia le 10 mars dernier. À celles et ceux qui auraient raté le coche, pas de panique, la bête de scène est aussi program­mée pour deux dates au théâtre antique des Nuits de Four­vière cet été.

Juliette Arma­net. Mardi 29 mars à 20h au Radiant-Belle­vue à Caluire (+ première partie). Place­ment libre debout. 34 €.

Vous repren­drez bien encore un peu d’Alain Souchon ?

Il fallait le voir mettre un pied sur la scène de Fourvière cet été, guitare en bandoulière, entamant en solo Allô maman Bobo instantanément repris par le public. Souchon cache bien son jeu : à 77 ans, il prend encore des cours de chant, ne se fiche pas de son public en signant u...