Sortir à Lyon
Partager cet article :

La house de Fola­mour, notre concert préféré des Nuits Sonores

Folamour invité des Nuits Sonores.
Folamour de jour, le prince lyonnais de la house.

On le disait depuis un moment : ces dernières années la program­ma­tion « de jour » des Nuits Sonores s’est étof­fée à un tel point qu’elle était deve­nue pour nous l’at­trac­tion prin­ci­pale de l’évé­ne­ment. Eh bien c’est désor­mais enté­riné par les orga­ni­sa­teurs eux-mêmes : dix éditions après son inven­tion en 2011, le programme NS Days devient offi­ciel­le­ment le cœur du festi­val. Il hérite du site prin­ci­pal, aux anciennes usines Fagor-Brandt, tandis que les Nuits se dérou­le­ront au Sucre et à la Sucrière. Le Day 2, notam­ment, nous fait les yeux doux. Avec juste le bon équi­libre entre décou­vertes intri­gantes et grosses cartouches qui envoient du bois… ça tombe bien, jeudi est férié.

DJ Harvey, comme dans une série améri­cai­ne…

Back in the Days

Alors ça donne quoi, ces jours XXL ? La part belle aux instal­la­tions hybrides et multi­mé­dia, pour commen­cer, avec le retour de la scène 360° expé­ri­men­tée l’an dernier. On retrou­vera donc pléthore de lives « A/V » – pour audio­vi­suels – tout au long du festi­val. Les musiques élec­tro­niques et les arts visuels, c’est une tendance de fond depuis un moment ; elle prend véri­ta­ble­ment son envol ces dernières années, grâce au perfec­tion­ne­ment des systèmes de diffu­sion et de projec­tion et bien sûr à la créa­ti­vité des jeunes artistes aux manettes. Au-delà de l’in­té­rêt scéno­gra­phique, qui nous propulse dans une expé­rience toujours plus immer­sive, les perfor­mances visuelles s’af­firment aussi de plus en plus comme des outils d’en­ri­chis­se­ment du propos poli­tique des artistes. Ce sera par exemple le cas dans la colla­bo­ra­tion entre la produc­trice anglaise Aya et l’ar­tiste Sweat­mo­ther qui utilisent des tech­niques docu­men­taires pour créer un véri­table récit et inté­grer à la perfor­mance tout une réflexion sur la ques­tion des iden­ti­tés fémi­nines ou non-conformes dans le genre. On enchaî­nera avec une perfor­mance atten­due des deux régio­naux de l’étape : A Strange Wedding et Malo Lacroix, un jeune artiste visuel déjà aperçu aux côtés de Pratos. Puis on filera du côté de la grande scène où s’élan­cera notre prince lyon­nais de la house, le grand Fola­mour, lui aussi armé d’un show a/v. Pour le coup, pas sûr qu’on soit vrai­ment atten­tifs, tout occu­pés que nous serons à shaker notre booty au son des pépites funk et disco qu’il devrait distil­ler à la perfec­tion. Bonne ambiance garan­tie.

Day… and night ?

Et après tout ça, on se fait une petite nuit quand même ? Oui et même trois fois oui ! Si notre choix s’est porté sur la program­ma­tion du 26 mai, c’est aussi parce que la prog de nuit nous offre le grand retour de la rock star abso­lue DJ Harvey. Alors on pous­sera jusqu’au petit matin. Parce que fran­che­ment, quel meilleur DJ que Harvey, après s’être payé une bonne tranche de Fola­mour ? Les deux hommes partagent une connais­sance ency­clo­pé­dique et sincè­re­ment amou­reuse de la disco mais aussi un véri­table goût du risque – toujours prêts à nous surprendre, pour notre plus grand bonheur. Ça colle parfai­te­ment. Sachant que ce sera la diggeuse déglingo Jaye Ward, spécia­le­ment choi­sie par DJ Harvey pour lui ouvrir la voie… Ça va piquer au bureau vendredi ! Alexandre Queneau

Orel­san fait le plein à Gerland en star de l’In­ver­sion festi­val

Même les rappeurs finissent par se faire des cheveux blancs. On a le sentiment qu’il a toujours été là, mais Orelsan est déjà un vieux dans le « rap game », en témoigne cette mèche décolorée qu’il arbore depuis peu. Et si les horloges tournent, le rappeur sait en tirer parti pour...

La musique fait sa fête tout l’été sous le Kraken !

À moins de débarquer fraîchement d’un tour du monde qui vous aurait éloigné de l’actualité lyonnaise marquante de ces dernières semaines, vous connaissez sans doute déjà le « Kraken », cette pi-œuvre géante de 25m de hauteur qui a surgit le 4 mai dernier dans l’esplanade des Subs...

Fontaines DC fait carton plein au Transbo

Les Irlandais de Fontaines DC continuent d’agiter les salles. Les cinq musiciens à l’énergie débordante sont de retour pour un concert de post-punk déchainé au Transbordeur après la sortie le 22 avril de leur troisième album Skinty Fia, « la damnation du cerf ». Les étoiles monta...

Nick Cave, le concert immanquable des Nuits de Four­vière

Entre la lumière et l’obscurité, une ombre plane sur le rock depuis plusieurs décennies. Cette ombre, c’ est celle de Nick Cave, une présence longue, grave et dégingandée. Accompagné depuis 1984 par les Bad Seeds et la sortie de From Here to Eternity, le chanteur australien n’a e...